Accès à un médecin de famille: ça s'améliore à Granby

Le Guichet d'accès à un médecin de famille... (123RF.com)

Agrandir

Le Guichet d'accès à un médecin de famille (GAMF) semble porter ses fruits dans le réseau local de santé (RLS) de la Haute-Yamaska. La liste d'attente y a diminué de plus de 2000 personnes au cours de la dernière année.

123RF.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Après avoir connu des ratés lors de son lancement en avril, le Guichet d'accès à un médecin de famille (GAMF) semble porter ses fruits dans le réseau local de santé (RLS) de la Haute-Yamaska. La liste d'attente y a diminué de plus de 2000 personnes au cours de la dernière année tandis qu'elle s'allonge ailleurs dans la région.

Selon le président de l'AMOY, Dr Jacques Bergeron,... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Selon le président de l'AMOY, Dr Jacques Bergeron, le Guichet d'accès à un médecin de famille est un bon outil. 

archives La Voix de l'Est

D'ici 2018, 85% de la population québécoise devra être prise en charge par un médecin de famille. Le guichet a été mis en place en avril par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, afin de faciliter l'atteinte de cette cible. Le président de l'Association des médecins omnipraticiens d'Yamaska (AMOY), Dr Jacques Bergeron, est d'avis que le message de Québec a été entendu en Haute-Yamaska.

«La baisse du nombre de personnes sur la liste d'attente [du GAMF] est en grande partie attribuable au fait que des médecins ont pris davantage de patients en charge. L'arrivée de nouveaux médecins a aussi fait la différence. (...) D'ailleurs, on a déjà atteint la cible provinciale avec près de 84% d'inscriptions pour Granby et Cowansville.»

Selon les données de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) obtenues par La Voix de l'Est, 7914 personnes étaient inscrites au guichet d'accès dans le réseau local de santé de la Haute-Yamaska le 1er août 2015. Un an plus tard, le guichet en compte 5806.

Or, il en va tout autrement dans le RLS de la Pommeraie, qui a vu la liste d'attente pour un médecin de famille passer de 376 à 1383 personnes au cours de la même période. Le Dr Bergeron estime que cette réalité découle en partie des règles variables d'inscription dans le Guichet d'accès à la clientèle orpheline (GACO), uniformisées depuis l'entrée en vigueur du nouveau cadre. «Au niveau du GACO, la Pommeraie n'inscrivait pas tous les patients. Ça peut avoir amené un surplus avec l'arrivée du GAMF», a-t-il fait valoir.

Bémol

Malgré les résultats probants dans la prise en charge de patients orphelins en Haute-Yamaska, le président de l'AMOY concède que le Guichet d'accès à un médecin de famille n'est pas parfaitement au point. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et le gouvernement doivent «s'asseoir ensemble pour corriger le tir», dit-il.

«Il y a eu des ratés lors de la mise en place du guichet d'accès. Les médecins avaient de la difficulté à obtenir des listes de patients, cite en exemple le Dr Bergeron. Il y avait aussi des erreurs d'inscription qui faisaient en sorte qu'un patient de Sherbrooke pouvait être attribué à un médecin d'un territoire très éloigné, comme Granby.»

Un bon outil

Depuis le 1er août 2015, la liste d'attente dans l'ensemble du territoire estrien compte 6598 personnes de plus, totalisant 28 393 inscriptions. Appelé par La Tribune à commenter cette réalité, le ministre de la Santé a indiqué qu'il s'agit d'«une bonne nouvelle. Ça signifie que ça fonctionne. (...) L'outil est accessible, facile et connu, maintenant. Il est victime de son succès.» Notons que la situation des listes d'attente a suivi la même tangente à la hausse dans les RLS du Haut-Richelieu - Rouville et de Richelieu-Yamaska (voir tableau).

De son côté, la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et d'accessibilité aux soins, Diane Lamarre, est d'avis que le GAMF «ne répond pas aux besoins de la population». «Ça montre simplement que ça ne fonctionne pas. Le système est trop gros, les patients ne savent pas par quelle porte entrer pour voir un médecin rapidement, a-t-elle mentionné à La Tribune. L'hôpital ne devrait pas être leur seule option, mais ils n'ont pas de médecin de famille.»

Des propos que n'endosse pas le président de l'AMOY. «Le GAMF, c'est gros. C'est une structure qui permet d'avoir une bonne coordination provinciale pour un meilleur accès à un médecin de famille. Avec le numéro d'assurance maladie, on sait tout de suite si une personne est inscrite ou pas.»

Selon le Dr Bergeron, la prise en charge de patients orphelins par un omnipraticien du même groupe de médecine de famille (GMF), sans le faire passer par le GAMF, est une solution qui devra être davantage mise de l'avant pour réduire les liste d'attente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer