Embardée mortelle à Lac-Brome: la fatigue ou la distraction en cause

La fatigue ou la distraction au volant serait... (archives La Presse)

Agrandir

La fatigue ou la distraction au volant serait en cause dans l'embardée qui a coûté la vie à Marthe Deschamps en novembre dernier à Lac-Brome.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) Bien qu'il ne puisse le confirmer avec certitude, il est fort probable que Marthe Deschamps ait été distraite ou se soit endormie au volant quelques instants avant l'embardée lui ayant coûté la vie, conclut le coroner Gilles Sainton, qualifiant d'accidentel le décès de la Bromoise.

Rappelons que Mme Deschamps, 63 ans, a perdu la vie à la suite d'une embardée survenue sur le chemin Knowlton, à Lac-Brome, le 10 novembre dernier.

Vers 16 h 15 ce jour-là, la dame se trouvait seule à bord de son Honda CR-V 2013 et elle circulait en direction de Cowansville lorsque le véhicule a dévié de sa route, heurté un ponceau, fait plusieurs tonneaux et terminé sa course folle dans le fossé.

À ce moment-là, Mme Deschamps était toujours vivante, bien qu'inconsciente.

 Un premier témoin a contacté les services d'urgence pendant qu'un autre a tenté de percevoir son pouls. Ils ont sorti la victime du véhicule et entrepris des manoeuvres de réanimation jusqu'à l'arrivée des techniciens ambulanciers, une douzaine de minutes plus tard.

Ceux-ci ont pris le relais après avoir confirmé que la dame se trouvait en arrêt cardiorespiratoire.

Les manoeuvres se sont poursuivies pendant le transport à l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins de Cowansville, où l'ambulance est arrivée à 16 h 54.

Malheureusement, les efforts de réanimations ont été vains. Le décès de la sexagénaire a été constaté à 17 h 15.

Cause d'origine humaine

Une autopsie a eu lieu le lendemain à l'hôpital de Granby.

Un médecin légiste a relevé des fractures de trois côtes de chaque côté, en plus d'une déchirure de l'aorte.

La dame avait également une masse cancéreuse dans le poumon droit et des métastases dans le poumon gauche.

Le rapport du coroner indique par ailleurs que Mme Deschamps avait été hospitalisée quelques jours avant sa mort pour des nausées et des vomissements.

La dame souffrait également depuis quelques mois d'une surdité de l'oreille droite, d'étourdissements et de céphalées persistantes.

Le coroner estime toutefois que son état de santé n'est pas lié à son accident puisque Marthe Deschamps avait fait un aller-retour entre son domicile et la région des Laurentides, la veille de sa mort.

Les analyses toxicologiques n'ont pour leur part rien révélé d'anormal.

Véhicule conforme

L'automobile a aussi été inspectée. Elle n'a démontré aucune défectuosité et les pneus d'hiver dont elle était dotée étaient conformes aux normes du fabricant et en bon état.

En outre, le coroner relève qu'à l'endroit où a eu lieu l'accident, la route était en asphalte, sèche et en bon état.

Comme il n'y avait pas de précipitations, la visibilité y était bonne.

«Rien ne laisse croire que cette collision fait suite à une défaillance mécanique, à un problème lié à la configuration de l'endroit ou à de mauvaises conditions météorologiques. Aucun des témoins n'a déclaré avoir vu d'animal au moment de la collision. La cause de cette collision est d'origine humaine», consigne le coroner Sainton.

Cer dernier exclut toutefois le geste volontaire.

L'automobiliste roulait au-dessus de la limite permise de 90 km/h.

«Le reconstitutionniste a déterminé que le véhicule de Mme Deschamps circulait à 120 km/h en approche de la courbe», note le médecin, avant d'ajouter qu'environ «2,5 secondes avant la collision, Mme Deschamps a brusquement fait tourner le volant du véhicule (...) vers la gauche, puis (...) vers la droite pour revenir (...) à gauche. L'accélérateur a été complètement relâché, mais elle n'a pas appuyé sur la pédale de frein.»

La manoeuvre aurait provoqué la perte de contrôle du véhicule, déclenchant le système de contrôle de stabilité de celui-ci.

En outre, les expertises effectuées sur le module de contrôle des coussins gonflables ont révélé que Mme Deschamps ne portait pas sa ceinture de sécurité au moment de l'accident.

Fatigue

«Mme Deschamps a-t-elle été distraite ou s'est-elle assoupie? D'après une amie, elle semblait fatiguée. Les observations faites par le reconstitutionniste sont compatibles avec ces deux hypothèses. En l'absence d'évidence d'une autre cause, Mme Deschamps s'est le plus probablement endormie au volant», écrit le Dr Sainton.

Ce dernier rappelle que la fatigue occasionne près de 19% des accidents mortels et de 23% de l'ensemble des accidents de la route.

 Il s'agit de la troisième cause d'accidents mortels au Québec après la vitesse et l'alcool.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer