Injonction prolongée à Bolton-Est

«Ça nous donne la chance de respirer», a... (La Voix de l'Est)

Agrandir

«Ça nous donne la chance de respirer», a dit April O'Donoughue, l'une des opposantes au projet de tour de Bell Mobilité à Bolton-Est.

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Bell Mobilité et les opposants à sa future tour de télécommunications à Bolton-Est bénéficient d'un peu plus de temps pour préparer leurs arguments.

Le juge Charles Ouellet, de la Cour supérieure, a accepté mercredi de reconduire l'injonction obtenue par l'entreprise, la semaine dernière, et qui interdit aux manifestants de bloquer l'entrée de camions au site de construction situé sur le chemin Bolton Pass.

Bell Mobilité souhaite y bâtir une tour de 60 mètres, ce qui ne fait pas l'affaire des citoyens des environs qui craignent pour leur santé et les impacts sur le tourisme et l'environnement.

Parmi eux, April O'Donoughue a exprimé son soulagement à sa sortie du tribunal. D'autant plus que les opposants se sont trouvé un avocat qui accepte de les représenter pro bono, soit à titre gracieux. Il s'agit de Jean-Marc Lacourcière du cabinet Trudel, Johnston & Lespérance, à Montréal.

«On se sent déjà mieux encadrés, a dit Mme O'Donoughue. Et avec le prolongement de l'injonction, ça nous donne la chance de respirer. On doit dealer avec l'injonction et trouver un moyen d'arrêter la tour.»

Me Lacourcière ne s'est pas prononcé sur la stratégie qu'il comptait adopter. «On prend connaissance du dossier en ce moment. On n'a pas encore une ligne d'attaque.»

Coopération

Bien que les juridictions fédérales aient préséance sur les règlements provinciaux et municipaux, Mme O'Donoughue estime que la partie n'est pas jouée. «Il y a encore des choses à faire. Le ministre doit revoir sa décision. Il y a de la jurisprudence voulant que le gouvernement favorise un fédéralisme de coopération.»

Elle n'écarte pas la possibilité de rencontrer le ministre fédéral de l'Industrie, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Singh Bains. D'ici là, les parties doivent se revoir en cour le 24 août.

Hélène Vadeboncoeur, présidente du Regroupement des électrosensibles du Québec, était présente au palais de justice de Granby pour appuyer les opposants à la tour. Elle a mentionné les effets nocifs qu'une telle installation aura sur les citoyens ainsi que la faune et la flore.

«Il y a assez de preuve pour appliquer le principe de précaution, a-t-elle dit. Il faut être conscient de ce qui se passe.» Simplement être à l'intérieur du palais de justice lui donnait des maux de tête, a-t-elle indiqué.

À noter que la tour de Bell Mobilité à Bolton-Est n'est pas encore construite, mais l'équipement nécessaire a été livré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer