Face-à-face avec une lionne

La Bromontoise Anny Schneider a échappé à l'attaque... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

La Bromontoise Anny Schneider a échappé à l'attaque d'une lionne il y a plus de 40 ans lors d'un voyage à Londres. L'histoire de la gardienne du Zoo de Granby blessée la semaine dernière a fait remonter en elle de vieux souvenirs.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Bromont) En apprenant l'attaque d'une gardienne du Zoo de Granby par une lionne, il y a quelques jours, Anny Schneider a fait un bond de 40 ans en arrière dans le temps. L'ambiance, les odeurs. Tout ce moment où elle a échappé à l'attaque d'un félin a refait surface. Cet événement marquant de sa vie lui a d'ailleurs inspiré son prochain ouvrage, La lionne tapie dans la pénombre.

Printemps 1975. La Bromontoise d'adoption vagabonde en Europe. Son premier grand voyage à l'aube de la vingtaine la conduit à Londres. C'est une période sombre de sa vie: la jeune femme combine mauvaises fréquentations et consommation de drogue. Un mélange explosif qui aurait pu lui coûter la vie.

À la suite d'une surdose, Anny Schneider est «sauvée» par Java, un résident de l'immeuble où elle squatte. «Le grand gars au-dessus m'a recueillie. Il a pris soin de moi et il m'a soignée», raconte la femme aujourd'hui âgée de 60 ans.

Peu de temps après son arrivée, son nouvel ami jamaïcain lui présente son animal de compagnie, une lionne âgée d'un an et demi qu'il a réussi à faire rentrer au pays illégalement alors qu'elle n'avait que deux mois. Petite, la bête baptisée Bonnie lui sert d'animal de cirque pour les spectacles qu'il présente dans des cabarets. Il la garde en captivité dans une pièce de son grand logement, ne sachant trop quoi en faire.

«Il m'a amenée dans une des grandes pièces de cet immense appart aristocratique, se rappelle Mme Schneider. Ça sentait tellement fort! Il a ouvert la porte et il y avait cette lionne adulte dans un coin qui a tourné la tête vers nous. J'étais complètement sciée. Je n'avais jamais vu ça de ma vie de si près.»

La lionne s'est approchée de son maître en ronronnant, se remémore la Bromontoise. «J'étais effrayée, mais il m'a dit de ne pas m'en faire, qu'elle était gentille. Il lui a dit "va te coucher dans le coin Bonnie", et elle l'a fait», raconte-t-elle.

Échapper à la mort

Après cette rencontre, le pire des scénarios a bien failli se produire.

À un moment, la bête a échappé à la surveillance de son maître. «Elle s'est dressée sur ses pattes et est venue vers moi, raconte la Bromontoise. Elle a sauté et s'est soulevée à côté de moi sur le sofa. Elle a levé sa patte et c'est là que j'ai réalisé, assez vite merci, que si je ne faisais rien, elle allait m'arracher la tête. Instinctivement, j'ai crié "Java". Il a compris tout de suite et il est venu en courant comme une flèche. Elle avait levé la patte et je l'ai sentie me frôler la nuque. Java l'a frappée et engueulée. La lionne s'est couchée comme une chatte toute penaude.»

Anny Schneider avoue avoir eu la peur de sa vie lors de cet épisode surréaliste. «C'était sûrement un des événements les plus spectaculaires où je l'ai échappé belle, dit-elle. Si je n'avais pas crié, je pense qu'elle m'aurait grafignée d'aplomb. Ça se peut qu'elle voulait juste jouer, mais quand elle est venue vers moi, elle m'a enlignée avec son regard de féline. Je l'ai sentie menaçante.»

Peu de temps après, la jeune femme a quitté ce logement de Londres.

Toutes ces images sont revenues en rafale en apprenant l'attaque de la gardienne.

«C'est des moments tellement forts! Tu anticipes la souffrance. C'est ça, le pire» confie-t-elle, ajoutant que l'employée a eu un «bon ange».

Sa mésaventure lui a inspiré La Lionne tapie dans la pénombre, un livre qui raconte sa vie et pour lequel elle est toujours à la recherche d'un éditeur. «C'est une image pour dire qu'on ne sait jamais ce qui peut nous arriver. Il faut être vigilant, dit-elle. Un de mes objectifs est d'alerter les jeunes sur les dangers de la toxicomanie entre autres. Je raconte toutes les bêtises que j'ai faites dans ma vie, les épreuves que j'ai traversées pour en éviter peut-être certaines (à d'autres).»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer