La troupe T.EENAGERS couronnée au World Hip Hop Dance Championship

La troupe T.EENAGERS de l'école granbyenne Tendanse a... (fournie par l'école Tendanse)

Agrandir

La troupe T.EENAGERS de l'école granbyenne Tendanse a remporté la première place au World Hip Hop Dance Championship de Las Vegas, samedi soir.

fournie par l'école Tendanse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Alors que les plus grands sportifs de la planète sont réunis aux Jeux olympiques de Rio, Las Vegas accueillait en août les meilleurs danseurs de hip-hop.

La chorégraphie impliquait d'enlever manteaux et casquettes, en... (fournie par l'école Tendanse) - image 1.0

Agrandir

La chorégraphie impliquait d'enlever manteaux et casquettes, en plus d'exécuter de nombreux mouvements au sol.

fournie par l'école Tendanse

Quarante troupes d'une cinquantaine de pays se disputaient le titre convoité de championnes du monde, samedi soir, à la finale du World Hip Hop Dance Championship (WHHDC). Dans la catégorie junior, c'est la troupe T.EENAGERS de l'école granbyenne Tendanse qui a remporté les grands honneurs.

«On était backstage, ils ont dit 3e place, 2e place... Après, c'était nous. On pleurait! Quand on a entendu "premiers au monde", on capotait!», a confié dimanche au bout du fil Isanne Fleury, l'une des cinq danseuses de T.EENAGERS.

«Après, on a reçu des petits cadeaux et on a chanté l'hymne national du Canada», poursuit la jeune demoiselle, ne manquant pas de relever la ressemblance avec les Jeux olympiques. «C'est vraiment ça, les Olympiques de la danse! En plus, on reçoit une méga grosse médaille comme aux Olympiques», lance-t-elle. Même la parade du drapeau canadien était prévue lors de la cérémonie d'ouverture.

Isanne et ses camarades viennent de vivre toute une montagne d'émotions en participant à la plus importante compétition de danse au monde. «On a remporté la deuxième place aux nationaux, donc on s'est dit "il faut travailler fort pour avoir notre place sur le podium"», relate la danseuse.

Le processus a été long avant que Tendanse puisse enfin accéder au WHHDC. «Moi, ça fait trois ans que je viens ici juste pour regarder, analyser la compétition», mentionne la propriétaire de l'école, Geneviève Gallant. Elle a su le 5 juin que la troupe T.EENAGERS était retenue dans la catégorie junior.

«Après cette nouvelle-là, on a fait du 40 heures semaine», ajoute-t-elle, soulignant néanmoins le plaisir qu'elles ont toutes eu lors des répétitions.

Une fois à Las Vegas, la troupe T.EENAGERS a dû se qualifier à deux reprises avant d'accéder à la dernière étape du championnat. «Notre processus a été 3, 2, 1», résume Geneviève Gallant, parlant des positions obtenues en ronde préliminaire, en demi-finale et en finale.

Accomplissement d'une vie

«Ça fait quatre ans qu'on essaie, là on arrive ici, première année, championnes du monde!» À son réveil dimanche matin, Geneviève Gallant se pinçait encore.

«C'est l'accomplissement d'une vie, je pense. C'est juste incroyable. Autant pour les parents, que nous les coachs et les filles. Je pense que c'est indescriptible», rapporte celle qui vit une année exceptionnelle avec Tendanse, collectionnant médaille après médaille.

«Le secret, je pense que c'est la discipline et la passion. Rendu à ce niveau-là, il faut que tu sois passionné parce que sinon ça ne marche pas», assure la propriétaire de l'école de danse.

Geneviève Gallant a d'ailleurs rehaussé le niveau de difficulté de la chorégraphie présentée par T.EENAGERS à Las Vegas. «Leur niveau était plus fort que pour leur âge. Quand on pratiquait backstage, tout le monde arrêtait pour les regarder. C'est là que tu réalises à quel point elles sont bonnes», laisse-t-elle tomber, impressionnée par ses élèves.

La chorégraphie impliquait d'enlever manteaux et casquettes, en plus d'exécuter de nombreux mouvements au sol. «On le savait que tout allait rentrer et bien marcher, on était confiantes», relate pour sa part Isanne Fleury. Quelle meilleure façon de clore un parcours junior pour ces cinq filles de 12 et 13 ans, qui danseront chez les adultes l'an prochain!

Hip-hop aux couleurs du monde

Au championnat mondial, chaque troupe doit exécuter un numéro d'une minute et demie comportant trois styles de danse différents. La compétition en est une de déduction de points. La technique et la performance sont les deux critères évalués, chacun valant 5 points.

«C'est tellement enrichissant ici! Tu serres la main des plus grands chorégraphes, tu te promènes, t'as l'Inde à côté de toi, après t'as le Pérou», raconte Geneviève Gallant. «Chaque pays a sa culture, ils ont tous leur hip-hop. Le Japon a ses trucs particuliers, tout le monde a sa couleur», observe-t-elle.

La troupe granbyenne - formée de Kiliane Rufiange, Alison Frendo, Alexia Hébert, Isanne Fleury et Coralie Dubois - était notamment en compétition contre des équipes provenant de la Russie, de la Nouvelle-Zélande et des Philippines. Neuf équipes représentaient le Canada, toutes catégories confondues.

«Tous les meilleurs danseurs du monde se rejoignent, c'était vraiment parfait!», commente Isanne, qualifiant le WHHDC de sa compétition préférée. En plus de leurs professeures, parents et amis accompagnaient les cinq danseuses à Las Vegas.

La troupe T.EENAGERS est montée sur la première marche du podium vers 23 h 30, samedi, au Thomas&Mack Center. Ensuite, les filles ont célébré. «Quand on est arrivées à l'hôtel, on a mangé des chips pis on a fêté ça, raconte Isanne. On s'est couchées vraiment tard!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer