L'école Bee Lingue ouvre ses portes

Nancy Allen (deuxième à partir de la gauche),... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Nancy Allen (deuxième à partir de la gauche), entourée de son équipe.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Farnham) Ça sentait encore la peinture fraîche dans les tout nouveaux locaux de l'école Bee Lingue quand La Voix de l'Est s'y est présentée, vendredi après-midi. Tout est fin prêt pour la journée portes ouvertes de samedi, où futurs élèves et parents pourront visiter l'établissement.

Des murs aux couleurs flamboyantes au grand gymnase tout neuf, sans oublier la cour d'école où les enfants pourront courir et grimper sur de vieux pneus de tracteur recyclés, rien n'a été laissé au hasard par la directrice et fondatrice de l'école, Nancy Allen. «Tout est comme sur mes plans, dit-elle. C'est comme je l'avais imaginé. Ce ne sera pas l'espace qui va manquer pour faire bouger les enfants et les stimuler!»

L'école peut actuellement accueillir des enfants de 3-4 ans, en plus d'écoliers de la maternelle à la deuxième année. Pour l'instant, environ la moitié des places en garderie et en maternelle ont trouvé preneur. Il s'agit d'enfants de Farnham, de Saint-Césaire et de Sainte-Sabine, pour la plupart. «Quand la demande l'exigera, d'ici quelques années, on fera une demande de permis pour pouvoir scolariser les élèves de la troisième à la sixième année», explique la directrice, qui a déjà recruté deux éducatrices et un cuisinier. «À mesure que les inscriptions vont s'ajouter, on va continuer d'agrandir l'équipe», ajoute-t-elle.

Milieu de vie

Comme l'école occupe déjà les quelque 11 000 pieds carrés des anciens locaux de Meubles Denis Riel et qu'elle n'est pas encore remplie au maximum de sa capacité, certains espaces, comme la salle de conférence et le gymnase, pourraient être loués à la communauté pour des événements privés.

D'ailleurs, des cours d'espagnol et d'aérobie seront offerts en dehors des heures de classe. «C'est vraiment un milieu de vie, commente Mme Allen. Je veux que tout le monde y trouve son compte. C'est un plus pour la communauté.»

À visiter l'endroit, on constate que tout est en place pour la grande rentrée, prévue le 29 août. Ne manque que l'approbation finale du ministère de la Famille qui, espère-t-elle, devrait être chose faite d'ici les prochains jours, mentionne la directrice.

Enfin... presque. «Il manque seulement les petits mousses!», lance Mme Allen avec enthousiasme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer