L'UPAC s'intéresse à Farnham

Des enquêteurs de l'UPAC ont discuté avec des... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Des enquêteurs de l'UPAC ont discuté avec des membres du comité des citoyens de Farnham d'une panoplie de dossiers traités par le conseil et l'administration municipale.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) L'Unité permanente anticorruption s'intéresse à des décisions prises par le conseil de Farnham et son administration municipale. Des enquêteurs de la brigade ont discuté récemment avec des membres du comité de citoyens de Farnham pour colliger des informations.

«Nous avons eu des rencontres», confirme Michel Pelletier, directeur des opérations à l'UPAC. Il n'a pas voulu dire quels sujets avaient été abordés avec les citoyens. «On ne commente jamais nos enquêtes.»

Les enquêteurs ont rencontré le 26 juillet des membres du comité des citoyens: le président, Pierre Doucet, ainsi que Bertrand Naud et Micheline Gauthier. Joseph Courdi a également assisté à la rencontre à leur demande.

Plusieurs dossiers ont été discutés, a dit M. Courdi, joint mercredi par La Voix de l'Est. Certains touchent des décisions administratives prises ces dernières années par le conseil et la direction générale. Des transactions immobilières figurent aussi parmi les dossiers. «On leur a remis une panoplie de documents. Ça va être aux policiers de l'UPAC d'examiner tout ça et de décider ce qu'ils vont en faire», a dit l'homme d'affaires.

M. Courdi n'a pas voulu préciser la nature des dossiers en question. Il a cependant dénoncé le manque de transparence du conseil ainsi que son attitude à l'égard des citoyens qui posent des questions sur sa gestion des affaires publiques. «On a le droit de soulever des questions», a-t-il dit. «J'espère que ça va réveiller les élus.»

Transaction immobilière

Ce n'est pas la première fois que des policiers de l'UPAC se rendent à Farnham pour enquêter sur des dossiers municipaux. Des enquêteurs se sont rendus à l'hôtel de ville l'automne dernier pour obtenir des informations sur une transaction immobilière, a dit François Giasson, directeur général de la Ville.

«Ils nous ont appelés la veille pour nous dire qu'ils viendraient. Ils nous ont demandé la résolution de la transaction et l'acte de vente. La rencontre a duré quelques minutes», a indiqué le premier fonctionnaire de la municipalité. Ce dernier a dit ne pas se rappeler quelle transaction était en cause.

M. Giasson estime que le conseil et l'administration municipale n'ont rien à se reprocher. «C'est le rôle de l'UPAC de rencontrer les gens qui ont des doutes sur la gestion d'une municipalité. Que les policiers fassent leur travail. S'ils ont des questions pour nous, nous allons y répondre. On n'a rien à cacher.»

L'UPAC mène plusieurs enquêtes dans le monde municipal, a expliqué Michel Pelletier en entrevue à La Voix de l'Est mercredi. Ses policiers sont appelés dans le cadre de leur travail à parler aux citoyens et aux élus qui communiquent avec eux. «On prend des informations au téléphone. On fait des vérifications. Il faut que ce soit fondé, il faut que ce soit crédible», soutient-il.

Des rencontres peuvent ensuite être organisées, souligne M. Pelletier. «On évalue quelle est la meilleure façon de le faire. Parfois, les citoyens viennent nous rencontrer», dit-il. Le but est de permettre aux enquêteurs «d'évaluer» les informations reçues, précise-t-il.

Ce type de rencontre avec des citoyens est fréquent, a dit M. Pelletier. «On fait des rencontres tous les jours à la grandeur de la province.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer