Projet Écosphère sera au Forum social mondial

Cette année, la convergence du Forum social mondial... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Cette année, la convergence du Forum social mondial avec la foire Écosphère fait entrer celle-ci dans un nouveau chapitre, note Éric Ferland, responsable et fondateur du projet.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Sutton) Il y aura un peu de Sutton au Forum social mondial (FSM), qui a cours depuis mardi à Montréal. Cette fin de semaine, le groupe Projet Écosphère y tiendra en effet sa cinquième foire axée sur l'environnement, l'agroalimentaire et l'écohabitation, événement qui viendra clôturer le rassemblement auquel sont attendues pas moins de 50 000 personnes. Fusion naturelle entre deux initiatives visionnaires.

Dans le coin droit, le FSM, qui a vu le jour en 2011 dans la ville de Porto Alegre, au Brésil. Il s'agit, selon ses organisateurs, d'un «lieu de convergence non partisan et séculier pour tous ceux qui souhaitent trouver des solutions aux enjeux de notre temps».

Depuis mardi et jusqu'à dimanche, des dizaines de milliers de participants originaires de plus de 120 pays à travers le globe sont attendus. On comptera plus de 1300 activités et conférences organisées sur l'un des onze sites aménagés au centre-ville de la métropole.

Dans le coin gauche, la foire Écosphère, qui a pignon sur rue à Montréal depuis cinq ans et qui se déroulera pour la première fois au parc Jarry, samedi et dimanche. Dans la région, l'événement s'est tenu à Lac-Brome pendant une décennie, mais il déménagera ses pénates à Magog cet automne. Une première mouture de la foire a aussi eu lieu à l'espace 400e, à Québec, au printemps.

Cette année, la convergence du Forum social mondial avec l'événement fait entrer celui-ci dans un nouveau chapitre, note Éric Ferland, responsable et fondateur du projet. «On s'est permis des choses, note-t-il. Dans les parcs à Montréal, ça peut être difficile de tenir de nouveaux événements, mais comme on était associés au Forum social mondial, on a eu notre entrée au parc Jarry.»

«Et puis, ça va nous permettre d'accueillir plus de monde et de nous faire connaître à l'échelle nationale, et même mondiale, renchérit-il. On attend de 15 000 à 20 000 personnes au courant de la fin de semaine.»

Certes, une telle collaboration ne s'est pas réalisée en un jour. Voilà plus d'un an et demi que M. Ferland a décroché le téléphone pour proposer aux organisateurs du FSM d'unir leurs forces. «C'est à l'hiver 2015 que j'ai su que le Forum social mondial serait à Montréal. C'était la première fois que le forum avait lieu dans un pays plus développé, en Amérique du Nord, se rappelle M. Ferland, qui pour concrétiser le tout, a dû repousser de quelques semaines la tenue de la foire, normalement présentée en juin. «Je les ai approchés et ils ont tout de suite embarqué. Ils ont adoré l'idée.»

Et qui sait si la visibilité apportée par le forum n'ouvrira pas la porte à ce que la foire déborde des frontières québécoises? M. Ferland est d'ailleurs enthousiaste à l'idée de partager son expertise. «Il y a des gens en Guinée qui nous ont contactés pour réaliser un événement du même genre, et d'autres sont aussi intéressés», confie-t-il.

Pléthore d'activités

En tout, ce seront près de 150 exposants spécialisés en alimentation et agriculture biologique, commerces équitables, mode faite à partir de matériaux recyclés, produits santé, construction écologique, organismes de l'environnement et de la nature, nouvelles technologies, panneaux solaires et voitures électriques qui seront réunis au parc Jarry, samedi et dimanche.

En parallèle, une trentaine de conférences en lien avec le thème de la foire seront offertes aux participants, qui pourront également prendre part à un pique-nique, parcourir trois expositions et visionner cinq documentaires dans le cadre de l'événement. Des essais routiers en véhicules électriques et des ateliers culinaires sur l'alimentation biologique, équitable ou crue, sont aussi au menu.

Le panel des sages, le samedi soir, réunira entre autres Karel Mayrand, directeur pour le Québec et l'Atlantique de la Fondation David Suzuki et président de Réalité climatique Canada, le chercheur et auteur Alain Denault, la cofondatrice d'Équiterre Laure Waridel, le directeur général du Chantier de l'économie sociale Jean-Martin Aussant de même qu'Éric Pineault, notamment professeur au département de sociologie et à l'Institut de science de l'environnement de l'UQAM et membre du Collectif d'analyse de la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA).

Qui plus est, jusqu'à samedi, on retrouve le Fab Lab (Éco2Fest), une foire où les créatifs produiront divers prototypes de produits écologiques. Les visiteurs pourront y aller de suggestions pour améliorer le tout, après quoi les prototypes finaux seront dévoilés lors d'une soirée cocktail à laquelle prendra part l'homme d'affaires Alexandre Taillefer, porte-parole de ce volet de l'événement. Une activité de financement permettra de faire passer ces projets de l'idée à la réalité. À l'issue de l'activité, les plans seront disponibles en libre téléchargement sur l'Internet.

Après dix ans à la barre de Projet Écosphère, M. Ferland considère que les mentalités évoluent du point de vue social, même si elles ne le font pas aussi rapidement que le souhaiterait cet écologiste convaincu.

«Ici, au niveau social, on a beaucoup à faire. Le gouvernement coupe les impôts aux entreprises, qui dépensent moins chez nous, et il coupe dans les services, comme la Maison Gilles-Carle, constate-t-il, faisant référence à la fermeture temporaire de la maison de répit de Cowansville, faute de moyens. Les gens pensent que collectivement, c'est une économie, mais au contraire, ça va coûter beaucoup plus cher.»

Ce sont en effet les perceptions qu'il faut travailler à changer, laisse-t-il sous-entendre. Ce faisant, les habitudes, elles, changeront aussi. «Ce qu'on essaie de faire avec la foire, par exemple, c'est de montrer que se soucier de l'environnement, c'est positif. C'est de convaincre qu'avec des actions simples et faciles à réaliser, ce n'est pas si compliqué que ça!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer