Le niveau du lac Brome à son plus bas

Un bateau à quai touche au fond de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un bateau à quai touche au fond de l'eau.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) Jamais le niveau du lac Brome n'a été aussi bas. À la Marina Knowlton, les bateaux peinent à se rendre à la pompe à essence et certains n'ont plus assez d'eau pour flotter au quai.

Il s'agit d'une première pour Jerry Moar, le propriétaire de l'endroit. «J'ai été sur le lac pendant 48 ans. J'ai la Marina depuis 36 ans. Ça, c'est le pire!»

Chloé Alassimone, hydrologue chez Hydro Météo, précise que le niveau du lac se situait, vendredi, dix centimètres sous le minimum historique mesuré au lac Brome par l'organisme.

«Le niveau de l'eau baisse de manière graduelle depuis le mois de mai. Habituellement, on a des pluies qui remontent le niveau, qui le garde constant ou avec une baisse moins accentuée. Là, c'est sûr qu'en ce moment, il y a très peu de pluie. Ou alors ce sont des orages, mais très localisés. Donc pas assez pour recharger les nappes ou le lac Brome», explique-t-elle.

Dans un communiqué, la Ville de Lac-Brome rapporte qu'entre le début du mois de mai et le premier août, il est tombé 117 mm de pluie. En 2015, il en était tombé 417 mm. De plus, l'eau du lac approvisionne en eau potable les citoyens de Bromont.

Une entente avec Bromont oblige la Ville de Lac-Brome à relâcher une quantité minimale d'eau variant entre 0,77 et 0,88 mètre cube à la seconde dans la rivière Yamaska Nord.

Selon M. Moar, cela n'aide pas le lac dans les circonstances exceptionnelles que l'on connaît cet été. «Il faut renégocier le contrat avec Bromont. On est pris en otage. Pourquoi Bromont ne fait pas de réservoir?», se questionne-t-il.

Le propriétaire de la Marina Knowlton, Jerry Moar.... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Le propriétaire de la Marina Knowlton, Jerry Moar.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Pas encore critique

Devant cette situation, le conseiller municipal Lee Patterson n'est pas inquiet, mais invite les plaisanciers à la prudence.

«Pour l'instant, ce n'est pas ce qui nous inquiète, parce qu'il reste quand même pas mal d'eau dans le lac. Moi, je parle plutôt d'un inconvénient majeur pour les plaisanciers surtout au Lac-Brome. Pour ce qui est de la consommation d'eau à Bromont, je ne pense pas qu'on soit rendus à un stade critique.»

Du côté de la Ville de Bromont, un communiqué a également été émis avant qu'il n'y ait urgence, advenant que la situation ne se «corrige pas par elle-même», comme l'explique Catherine Page, responsable des communications.

«Les gens, étant donné qu'il fait chaud et qu'il n'a pas plu, leur consommation va en grandissant. Donc on s'est dit [...] on va demander à la population de faire un effort afin de réduire la consommation. [...] On ne veut pas amener des restrictions.»

Plaisanciers philosophes

Des plaisanciers rencontrés sur place à la marina vendredi après-midi ont indiqué devoir faire attention en naviguant sur le lac Brome et d'autres ont dû débarquer de l'embarcation pour faire le plein. Par contre, ils ne se sont pas privés pour autant et semblent avoir pleinement profité de la magnifique journée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer