Une Suttonnaise à Miss Teen Canada Globe

Dhali Berthiaume a toujours aimé faire de l'oeil... (Joël Tremblay, tirée de Facebook)

Agrandir

Dhali Berthiaume a toujours aimé faire de l'oeil à la caméra, si bien qu'elle rêve depuis plusieurs années de devenir mannequin.

Joël Tremblay, tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Dhali Berthiaume prend mercredi la route de Toronto pour participer au concours de beauté de Miss Teen Canada Globe. Pour l'adolescente de Sutton, l'une des deux seules Québécoises parmi les 25 candidates du concours, il s'agit d'un pas de plus en direction d'un de ses plus grands rêves.

Celle qui vient de terminer ses études secondaires à l'école secondaire du Verbe Divin, à Granby, a toujours aimé faire de l'oeil à la caméra si bien qu'elle rêve depuis plusieurs années de devenir mannequin.

La Suttonnaise sait toutefois que la route est longue et sinuée d'obstacles avant de percer dans un milieu parfois impitoyable. C'est pourquoi elle fait ses armes en prenant part, depuis quelques années, à des séances photo dont elle partage régulièrement le fruit sur sa page Facebook, Dhali Berthiaume modèle. Elle est en pourparlers avec une ou deux agences de mannequinat afin d'éventuellement signer un contrat de représentation.

De fil en aiguille, l'adolescente a développé un réseau de contacts, notamment par le biais du site Model Mayhem, qui permet à des modèles et des photographes d'entrer en communication.

C'est d'ailleurs via la plateforme que Dhali a été approchée pour s'inscrire à Miss Teen Canada Globe, une proposition qu'elle a bien mûrie avant de l'accepter. «Au début j'avais des doutes, je pensais que c'était peut-être une arnaque, mais finalement j'en ai entendu parler ailleurs et j'ai fait des recherches. Je me suis dit "pourquoi pas", et je me suis lancée», raconte la jeune femme de 17 ans, qui espère ainsi obtenir un peu de visibilité et rencontrer des gens qui pourraient l'aider à concrétiser son rêve.

La préparation en vue de la compétition n'a toutefois pas été de tout repos, puisque les organisateurs de Miss Teen Canada Globe ont des exigences pécuniaires élevées. «Ils t'incitent à te trouver des commanditaires», raconte celle qui a tout de même payé elle-même les frais d'inscription totalisant 3000 $.

«C'est un peu cher, mais je le fais pour l'expérience et pour voir si c'est vraiment quelque chose vers quoi je veux aller», lance Dhali, qui a heureusement pu compter sur le soutien de plusieurs commerces pour lui fournir les «cadeaux» qu'elle devait aussi apporter pour alimenter les collectes de fonds de l'organisation.

Un horaire chargé

Hôtel de luxe et transport en limousine seront entre autres au programme lors du passage de Dhali dans la Ville Reine. Une semaine jet set, mais qui comptera aussi sa part de travail ardu. De jeudi à dimanche, les 82 participantes aux trois volets du concours (Miss Canada Globe, Miss Teen Canada Globe et Miss Petite Canada Globe) s'adonneront à divers ateliers de préparation en vue de la compétition officielle.

«Ça risque d'être exigeant: il faudra se lever vers 7 h, et parfois, on risque de se coucher très très tard», anticipe l'adolescente, toutefois déterminée à se démarquer. D'ailleurs, cette future étudiante en langues au Collège Maisonneuve compte profiter de l'occasion pour peaufiner ses compétences en anglais.

Sur le site Internet de l'organisation, Miss Canada Globe affirme offrir aux jeunes femmes une «opportunité de laisser leur marque dans la société d'aujourd'hui». Le concours souhaite «restaurer la gloire des concours de beauté en mettant l'emphase sur l'éducation et l'égalité».

Un vote a cours depuis deux semaines sur le site Web du concours (www.mcgpvoting.com, dans la section Miss Teen Canada Globe) et se poursuivra jusqu'à la fin de la compétition. Il en coûte 1 $, plus 5 % de frais administratifs, pour enregistrer son choix d'un simple clic. Celle qui obtiendra la faveur des internautes s'assurera une place en demi-finale.

La grande gagnante toutes catégories, qui sera révélée lors de la finale du 14 août, signera un contrat d'un an qui pourrait lui permettre de lancer une carrière dans le mannequinat. En contrepartie, la lauréate devra sélectionner une cause caritative à laquelle 5000 $ devront être versés.

«J'aimerais aider les plus démunis», souligne la participante, qui rêve aussi de faire un voyage humanitaire pour venir en aide à autrui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer