La maison d'un pompier flambe

Un incendie s'est déclaré dimanche matin vers 5 h... (Fournie par Bruno Beauregard)

Agrandir

Un incendie s'est déclaré dimanche matin vers 5 h dans la résidence du pompier Jocelyn Lusignant, à Saint-Valérien-de-Milton. La maison serait une perte totale.

Fournie par Bruno Beauregard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Valérien-de-Milton) À 5h09, dimanche matin, le téléavertisseur du pompier Jocelyn Lusignant est venu troubler son sommeil, alors qu'il était en vacances.

Jocelyn Lusignant et sa conjointe Chloé Thibault, lors... (Fournie) - image 1.0

Agrandir

Jocelyn Lusignant et sa conjointe Chloé Thibault, lors de leur mariage. 

Fournie

Le sapeur de Saint-Valérien-de-Milton a constaté avec horreur que l'adresse affichée sur la rue du Coteau était... la sienne. Sa résidence était la proie d'un violent incendie.

«J'étais sous le choc complètement, a-t-il raconté au bout du fil à La Voix de l'Est. J'étais en camping à Ayer's Cliff, impuissant, alors que ma maison brûlait. Je tournais en rond, je ne savais pas trop quoi faire.»

La résidence est une perte totale et tout indique que le brasier est d'origine criminelle, indique le directeur du service incendie de Saint-Valérien-de-Milton, et voisin d'en face de M. Lusignant, Sylvain Laplante.

«Des anomalies ont été découvertes, comme un bidon d'essence, les fenêtres ouvertes et les avertisseurs de fumée désactivé, a révélé ce dernier. La cause est inconnue et c'est donc considéré comme suspect. L'enquête a été transférée à la Sûreté du Québec. Deux enquêteurs en scène d'incendie sont sur place et ils seront là jusqu'à tard en soirée [dimanche].»

Pour Jocelyn Lusignant, rien ne laissait présager une telle catastrophe. «Je n'ai aucune idée de pourquoi ça nous arrive. C'est terrible. On ne souhaiterait même pas ça à notre pire ennemi!»

Il précise toutefois qu'il laisse toujours ses fenêtres ouvertes «d'environ un pouce», parce qu'il ne possède pas d'échangeur d'air.

Ce dernier est arrivé en avant-midi pour constater les dégâts.

Père de deux enfants

Le père de deux enfants, âgés de trois ans et de 18 mois, est désemparé. «Comment expliquer à un enfant que sa maison a brûlé?», se questionne-t-il.

Il se réconforte un peu en se disant qu'au moins, personne ne se trouvait sur place.

Dans l'énervement, le directeur Sylvain Laplante avait quant à lui complètement oublié que son voisi ne se trouvait pas chez lui.

«Dans les 10-15 premières minutes, c'était terrible, avoue-t-il. L'embrasement était généralisé, on ne pouvait entrer. Après, je me suis rappelé qu'il était parti.»

Deux municipalités, soit Saint-Dominique et Upton, ont été appelées en renfort. Deux des 25 pompiers sur place ont été blessés pendant l'intervention, l'un à la cheville, l'autre en chutant d'une échelle. «Je souhaite le plus prompt rétablissement à mes collègues qui sont venus aider», a tenu à souligner Jocelyn Lusignant.

Il a fallu une heure aux pompiers pour maîtriser l'incendie. Les dégâts sont évalués à plus de 300 000$. Le brasier aurait pris naissance dans l'entretoit avant de se propager au reste de la résidence, a affirmé M. Laplante. Il ajoute que le plancher du rez-de-chaussée s'est effondré.

Certains pourraient trouver ironique que la maison d'un pompier brûle. M. Lusignant ne le voit pas de cette façon. «C'est comme un policier qui se fait cambrioler. C'est la vie et ça arrive des malchances... C'est plate que ça nous arrive, mais on va passer au travers», a-t-il réagi.

Pour l'instant, ce dernier ne sait pas trop ce que l'avenir lui réserve, mais chose certaine, il souhaite reconstruire sa maison. «Les experts en sinistres et les assurances vont venir faire leur travail cette semaine», affirme-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer