Hébergement: maux de tête pour les organisateurs du Challenger

Loger les participants du Challenger de tennis de... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Loger les participants du Challenger de tennis de Granby s'est révélé tout un casse-tête cette année pour le bénévole responsable de l'hébergement, Marcel St-Onge. Les hôtels affichent complet alors que plusieurs événements d'envergure sont prévus dans la région cette fin de semaine.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La région sera littéralement prise d'assaut par les touristes ce week-end. Une bonne nouvelle pour les commerçants et les hôteliers. Mais tout un casse-tête pour le bénévole responsable de l'hébergement du Challenger Banque Nationale de tennis de Granby qui peine à loger l'ensemble des athlètes et entraîneurs qui prendront part à la compétition.

«Ça fait huit ans que je m'occupe de l'hébergement et je n'ai jamais vu ça. Hier (mercredi), ça a été ma pire journée. J'ai travaillé 18 heures non-stop», a lancé Marcel St-Onge.

Le déplacement de l'événement de la mi-juillet au début août - une décision de l'Association des joueurs de tennis professionnels (ATP) et de l'International Tennis Federation (ITF) - n'a pas simplifié les choses. Les hôtels affichent déjà complet pour la fin de semaine, alors que les Voitures anciennes de Granby, l'International Bromont et les Couleurs urbaines attirent leur lot de touristes.

C'est entre autres le cas de l'hôtel Castel et Spa Confort, à Granby. Les 136 chambres de l'établissement hôtelier sont même réservées depuis l'an dernier par les amateurs de voitures anciennes, a dit Marie-Joëlle Bourdeau, directrice des ventes. «Le Challenger est plus tôt normalement et on héberge plusieurs participants. Mais cette année, on est déjà engagés auprès d'autres clients», a-t-elle fait valoir.

L'hôtel St-Christophe et le Domaine Château Bromont sont aussi remplis à pleine capacité, ont laissé savoir des responsables de ces endroits.

Casse-tête

La majorité des participants du Challenger logera néanmoins dans les hôtels et gîtes de la région. L'événement a entre autres un partenariat avec l'Éconolodge de Granby. Mais un nombre plus élevé qu'à l'habitude de joueurs s'est manifesté à la dernière minute, si bien que Marcel St-Onge s'est retrouvé avec tout un casse-tête à gérer afin d'être en mesure d'offrir un toit et un lit à tout le monde.

Au cours de la dernière semaine, lui et sa conjointe, Marie-Claude Delisle, ont géré une multitude de courriels et de coups de fil de participants «de partout à travers le monde» à la recherche d'un hébergement. Le duo a fait des pieds et des mains afin de trouver des familles d'accueil. Les nuits de ce vendredi et ce samedi posent particulièrement problème.

«Mon travail est de gérer les imprévus. Et je suis servi cette année. Il y a des joueurs qui sont organisés, mais il y en a d'autres qui se fient à nous. Ma paye, c'est leur reconnaissance», laisse tomber M. St-Onge.

Plusieurs perches ont été tendues dans le vaste entourage de l'événement. Même le maire de Granby, Pascal Bonin, accueillera un joueur colombien et son entraîneur chez lui. «Ça va me permettre de vivre le Challenger de l'intérieur», a-t-il lancé hier.

Banque de familles

Jeudi en fin d'après-midi, Marcel St-Onge avait à peu près réussi à loger tout le monde. Plus d'une vingtaine de familles ont accepté d'ouvrir leur porte à un ou deux joueurs. Mais il sait que la fin de semaine peut réserver son lot d'imprévus. «Ça arrive qu'il y en ait qui se pointent sans avertissement le samedi aux qualifications et qui veulent un hébergement», dit-il.

L'appel est ainsi lancé aux Granbyens qui aimeraient loger un ou des participants du Challenger. «On va construire une banque de noms pour les prochaines années. Le transport des participants est fourni. Il n'y a peut-être que le petit déjeuner à leur offrir», glisse Marcel St-Onge. Les personnes intéressées peuvent communiquer par courriel à hospitalitygranby@hotmail.com.

Marcel St-Onge a déjà annoncé en mai dernier qu'il s'agit de sa dernière année à titre de responsable de la logistique de l'hébergement. Une année dont il risque toutefois de se souvenir longtemps...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer