À la défense des camionneurs: des vidéos qui font du chemin

Sur sa page Facebook L'Heure juste du camionneur... (fournie par Daniel Beaulieu)

Agrandir

Sur sa page Facebook L'Heure juste du camionneur (LHJDC), Daniel Beaulieu publie des vidéos pour dénoncer les piètres conditions des camionneurs.

fournie par Daniel Beaulieu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

Lorsqu'il a commencé à publier des vidéos en ligne pour dénoncer les piètres conditions de travail des camionneurs, Daniel Beaulieu ne se doutait pas de l'ampleur que sa démarche allait prendre. Sa page Facebook L'Heure juste du camionneur(LHJDC) est suivie par plus de 25 000 abonnés et certaines de ses capsules ont été vues jusqu'à 20 000 fois. Récemment, le blogueur a dénoncé des problématiques vécues par l'industrie du transport à Rougemont et à Saint-Césaire.

Dans une vidéo publiée le 13 juillet dernier, Daniel Beaulieu se filme aux abords de la route 112, à Rougemont. Il dit trouver aberrant que les résidants d'un triplex récemment construit en face de chez Robert Transport se plaignent des allées et venues des camions dans ce secteur, alors que la compagnie y était installée bien avant eux.

«Chaque fois que tu fais ton chèque de loyer à tous les mois, réfléchis: j'ai signé un bail ici dans l'emplacement, j'ai décidé de louer un logement, j'ai donc accepté que c'était une route passante à Rougemont, j'ai donc accepté que je vais être pogné dans la poussière», lance-t-il à la caméra.

Cette plainte n'était finalement l'histoire que d'un seul citoyen, qui s'était insurgé en publiant une vidéo sur Facebook. «Il s'est incriminé lui-même en disant qu'il allait éteindre les remorques frigorifiées», a confié Daniel Beaulieu à La Voix de l'Est, ajoutant que la vidéo du plaignant avait été retirée du réseau social depuis.

Dans une vidéo publiée le 13 juillet, Daniel... (capture d'écran sur la page facebook LHJDC) - image 2.0

Agrandir

Dans une vidéo publiée le 13 juillet, Daniel Beaulieu prend la défense des compagnies de transport installées sur la route 112, à Rougemont. Un résidant du secteur se serait plaint sur Internet du bruit et de la poussière générés par les véhicules lourds dans le secteur.

capture d'écran sur la page facebook LHJDC

Faire réagir

«Combien de places au Québec sont amanchées de même?» questionne Daniel Beaulieu dans la même vidéo. Le camionneur a passé une journée à Rougemont pour tourner ces capsules, dont il a étalé la mise en ligne pendant une semaine sur sa page Facebook.

Le 14 juillet, c'est au centre-ville de Saint-Césaire qu'il s'est attaqué, clamant que la signalisation empêchait les camionneurs de se garer près des établissements de restauration rapide, le temps de prendre une pause repas ou simplement d'aller aux toilettes. «Ça, c'est une problématique que les camionneurs vivent tous au Canada. De plus en plus, les villes nous enlèvent des accès possibles pour pouvoir combler nos besoins personnels. Ça commence à être dégueulasse, c'est un combat que je ne lâcherai jamais, jamais, jamais», dénonce-t-il au bout du fil.

Daniel Beaulieu n'est pas allé voir la municipalité avec ces revendications, qu'il dit «vieilles de 100 ans». «Rendu là, c'est les gens qu'il faut qui se prennent en mains, c'est pas à moi», dit-il. Son but? Susciter une réaction pour qu'ultimement, les choses avancent.

Afin de rendre ses vidéos efficaces, Daniel Beaulieu emploie un ton criard et se permet quelques jurons. «Je suis controversé, je l'assume pleinement. J'ai un langage qui est souvent ordurier. Quand je fais des capsules avec un langage propre, je n'en ai pas, de reach! Mais quand je me lâche, là je suis entendu et j'amène à la réflexion», se défend-il, laissant tomber ce personnage au bout du fil.

Être entendu

Le résidant de La Prairie a choisi son cheval de bataille. «Moi, je vais être un gars qui va faire du talk radio Web», dit-il, avouant même réaliser un rêve de jeunesse en faisant valoir son opinion dans les médias.

«Je prends une thématique. J'informe les gens qui ne savent pas comment ça marche, la logistique de transport», explique-t-il. De nombreux accidents de la route se produisent parce que les gens ignorent la réglementation entourant les véhicules lourds, croit Daniel Beaulieu.

«J'étais tanné qu'on soit pointés du doigt et qu'on n'ait jamais la chance de se défendre. Les camions ont une nécessité dans votre vie pis le monde ne s'en rend pas compte, c'est ça qui me dérange», mentionne-t-il, citant en exemple les camionneurs qui oeuvrent dans la transformation du jus à Rougemont, un vecteur économique essentiel pour la région.

«Nous, les camionneurs, on est tout seuls, y'a personne qui parle pour nous», se désole-t-il. «On est des indésirables», se permet-il d'ajouter dans l'une de ses vidéos. Il compte changer la donne avec LHJDC, qui prendra de l'expansion prochainement.

Après avoir travaillé 35 ans dans l'industrie du transport, Daniel Beaulieu se consacrera à son blogue à temps plein. «Je veux que ce soit un véhicule», dit-il, usant d'un habile jeu de mots.

Projets

Loin d'être à la remorque de la défense des droits des camionneurs, Daniel Beaulieu en serait même le précurseur sur Internet. «Je suis le premier qui a osé se lever debout», avance-t-il.

Selon lui, seulement 25% de la communauté qui le suit est composée de camionneurs. «Le reste, c'est M. et Mme Tout le Monde». C'est pour cette raison qu'il a été approché par l'Association de camionnage en vue de la Semaine nationale du camionnage, en septembre.

Et ce n'est pas le seul projet sur la table. Daniel Beaulieu travaille à la création d'une association pancanadienne pour parler au nom des camionneurs. «Nos chauffeurs québécois, c'est des chauffeurs qui sont travaillants, qui savent ce qu'ils font. On est reconnus à travers l'Amérique du Nord comme ceux qui roulent le plus. On est des rouleux!» lance-t-il, désireux que le public reconnaisse davantage le métier.

En attendant que ce projet fasse du millage, Daniel Beaulieu se concentre sur ses capsules vidéos et ses podcasts. «J'amène les gens de mon industrie à réfléchir sur leur avenir, j'amène les gens qui partagent la route à réfléchir sur leur comportement, et je l'amène à ma façon colorée. Ça adonne que ça marche», se réjouit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer