Amiante à la maison Robinson: les promoteurs en infraction

Une amende entre 1600 $ et 3200 $... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Une amende entre 1600 $ et 3200 $ a été remise aux propriétaires du terrain où se trouvait la maison Robinson. Ils ont omis de retirer les matériaux contenant des poussières d'amiante du bâtiment avant sa démolition.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les promoteurs Raymond Lessard et Philippe Bernard se sont vu signifier un constat d'infraction pour avoir démoli la maison Robinson à Cowansville avant d'avoir retiré du bâtiment les matériaux contenant de l'amiante.

Une enquête de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) conclut que l'entreprise des deux hommes d'affaires n'a pas fait le nécessaire pour retirer les matériaux susceptibles de contenir des poussières d'amiante avant d'amorcer les travaux, explique Éloïse Bernier Leduc, responsable des communications pour l'organisme.

La Commission lui a émis une amende le 20 juin dernier. Le montant demeure confidentiel puisque l'entreprise visée peut contester l'amende au tribunal administratif, a dit Mme Bernier Leduc. Une telle infraction est passible d'une amende allant de 1600$ à 3200$, a-t-elle toutefois indiqué.

Joint lundi après-midi, M. Lessard a reconnu avoir reçu le constat d'infraction. La firme d'avocats de l'entreprise est en contact avec la CNESST au sujet de cette affaire, a-t-il dit. Il ignore quel montant leur est réclamé. «Notre avocat s'en occupe. Il parle avec les gens de la Commission», a-t-il dit.

Les entrepreneurs avaient 30 jours pour payer l'amende. Le dossier a été envoyé au tribunal administratif, a dit Mme Bernier Leduc.

Le 25 avril dernier, la maison Robinson, où les promoteurs planifiaient de construire un édifice de quatre étages de 150 logements pour personnes âgées, a été démolie. Les propriétaires n'avaient pas avisé la CNESST de l'ouverture du chantier et n'avaient pas non plus fait faire une caractérisation des matériaux du bâtiment. Un inspecteur de la Commission est intervenu le lendemain, à la suite d'une plainte d'un citoyen. Il a découvert de l'amiante dans les débris, faisant arrêter les travaux.

M. Lessard a indiqué qu'il s'est conformé aux exigences de la CNESST. «On a fait appel rapidement à une firme spécialisée pour nous aider avec l'amiante. Le lendemain, on a pu reprendre le travail parce que l'inspecteur a approuvé la nouvelle méthode de travail. On a très bien collaboré.»

Le projet de construire l'édifice de 150 logements a été abandonné après que le registre sur le nouveau plan d'urbanisme eut recueilli assez de signatures pour réclamer la tenue d'un référendum. Le nouveau plan prévoyait de modifier le zonage dans la rue Principale afin d'y permettre la construction de bâtiments de quatre étages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer