Aménagement d'un sentier pour découvrir la Yamaska

Les vestiges de l'ancienne Miner Rubber seront intégrés... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les vestiges de l'ancienne Miner Rubber seront intégrés à la première phase du projet de sentier piétonnier que la Ville de Granby a mis de l'avant, a expliqué le directeur des services techniques, Gabriel Bruneau.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La rivière Yamaska, au centre-ville de Granby, se laissera découvrir sous un nouveau jour. Un sentier piétonnier y sera aménagé en quelques phases au cours des prochaines années. Un projet qui, à terme, pourrait entraîner des coûts totaux de 900 000$.

Une première phase sera complétée dès cette année, au retour des vacances de la construction, par le Groupe AllaireGince Infrastructures, au coût de 345 000$. Le projet inclut notamment l'aménagement d'une passerelle aérienne en acier, d'une passerelle en bois au sol et la valorisation des vestiges du passé industriel de Granby, a expliqué lundi le directeur des services techniques de la Ville, Gabriel Bruneau, rencontré sur place.

«La passerelle Miner va surplomber la nouvelle passerelle aérienne, qui va être 10, 12 pieds dans les airs. Quand les gens vont voir ça, ça va agir comme un aimant sur eux», a lancé M. Bruneau.

«On voulait donner la possibilité aux gens de se rapprocher de la rivière et de mieux utiliser le secteur, en conformité avec l'environnement», ajoute-t-il.

Dans le cadre de cette première phase, les travaux se déploieront au sud de la passerelle Miner en direction de l'est, soit vers le belvédère aménagé près de la piste cyclable et du pont Patrick-Hackett. Les autres phases prévoient l'aménagement du sentier, mais à l'ouest de la passerelle, jusqu'à la rue Saint-Charles.

Un sentier «officieux» existe déjà, mais il n'est connu et fréquenté que par certains initiés. Gabriel Bruneau est convaincu que la réalisation du projet permettra à un plus grand pan de la population de découvrir ce secteur méconnu, où tous les échos de la ville s'estompent. Ne subsistent que les bruits de la rivière lorsqu'on s'aventure sur les traces du sentier.

Redonner vie

«C'est un projet stimulant parce qu'il va permettre de redonner vie à un site», souligne en outre le directeur des services techniques.

Les vieilles bases de béton qui supportaient les infrastructures transportant l'eau jusqu'à l'ancienne usine Miner Rubber, fondée en 1909, seront ainsi conservées et valorisées. Des tuyaux en acier Corten (qui a l'aspect de l'acier rouillé) seront intégrés dans cet environnement pour rappeler son passé industriel. «Au lieu de les arracher, on conserve les vestiges et on les intègre au projet», se réjouit M. Bruneau.

Le Groupe AllaireGince Infrastructures a obtenu le contrat le mois dernier, au terme d'un appel d'offres. Des travaux de préparation du terrain ont déjà été réalisés au cours des dernières semaines.

Selon Gabriel Bruneau, le projet, qui se déploie près de la bande riveraine, a reçu l'aval du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Des représentants du ministère se sont même rendus sur place pour valider les travaux. Le tracé a par ailleurs été adapté de façon à minimiser la coupe de végétation, alors que le secteur compte des arbres centenaires, souligne-t-il.

La facture du projet peut sembler élevée, reconnaît M. Bruneau. Mais «ce sont des endroits non conventionnels où nous devons travailler», fait-il valoir.

Cela fait plusieurs années que ce projet est dans les cartons de la Ville. La première phase devait être lancée en 2013, mais la soumission de l'unique entreprise ayant répondu à l'appel d'offres à l'époque étant trop élevée, le projet a été reporté. C'est finalement cette année qu'il démarrera. La réalisation des prochaines phases sera entre autres soumise cet automne au conseil municipal qui devra décider si la poursuite du projet est inscrite au programme triennal d'immobilisation 2017, souligne le directeur des services techniques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer