Le prix du manque de transparence et de jugement

Louis Villeneuve, auteur de la lettre.... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Louis Villeneuve, auteur de la lettre.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

En janvier 2014, j'interpellais publiquement la mairesse, Mme Pauline Quinlan, pour avoir modifié unilatéralement les conditions d'octroi de 2 M$ en argent et en services au COJEM (Comité organisateur des jeux équestres mondiaux). À mes yeux, cela mettait la ville à risque. En clair, une résolution de 2012, adoptée par le précédent conseil, stipulait que cette subvention était conditionnelle à ce que le provincial et le fédéral injectent 28 M$. Cette condition se voulait une protection pour la ville. En juin 2014, voyant que le fédéral ne se manifestait pas, Mme Quinlan a retiré la condition du 28 M$ sans passer par le conseil.

À l'époque, plusieurs citoyens m'ont pointé du doigt pour avoir osé dénoncer publiquement ce fait et arguaient que je faisais une tempête dans un verre d'eau. Et bien le verre d'eau vient de nous coûter 400 000 $! Si la résolution n'avait pas été modifiée, nous étions protégés et le montant aurait été de 0 $. Ce 400 000 $, c'est le montant que la ville a versé au COJEM depuis janvier 2015, et les JEM n'auront pas lieu. C'est 400 000 $ de l'argent des contribuables qui s'en vont directement à la poubelle. Et si l'on ajoute plus de 200 000 $ dépensés pour la mise en candidature sans tenir de consultation citoyenne sur l'acceptabilité sociale d'un tel évènement, on parle alors de plus de 600 000 $! Ce résultat est, selon moi, la conséquence directe d'une erreur de jugement et d'un manque de transparence envers les citoyens. Nous devons en tirer une leçon pour l'avenir.

 

À quoi pourrions-nous contribuer si l'on avait encore le 400 000 $?

 

• Revitalisation du lac Bromont?

• Contribution à un fonds vert pour l'acquisition de terrains à protéger?

• Réfection de rues?

• Parc et place publique?

• Aménagement de sentiers?

• Diminution de la dette?

• Achat d'équipement?

• Amélioration du Campus Germain-Désourdy?

 

Ajoutez à la liste. Ce ne sont pas les idées et les projets où investir ces 400 000 $ qui manquent à Bromont. Pour ce qui est des JEM 2018, nous devons maintenant tourner la page, en faire le post-mortem afin de comprendre les raisons profondes de cet échec, apprendre de l'expérience et demeurer ouverts à la présentation d'autres grands évènements sur notre territoire dans le futur.

De mon point de vue, on ne peut pas penser réaliser de tels projets sans consulter la population et s'assurer d'une très grande transparence tout au long du processus.

 

Louis Villeneuve, conseiller municipal

Bromont

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer