Attaque de trois cyclistes: «Rocky» en quarantaine

Rocky ressemble à un pitbull boxer. L'identification formelle... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Rocky ressemble à un pitbull boxer. L'identification formelle de sa race sera effectuée par des spécialistes dans les prochains jours.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Trois cyclistes ont été attaqués par un chien, vers 11 h mardi, sur la piste cyclable de Saint-Paul-d'Abbotsford, près de la jonction avec la route 235. Deux ont subi des blessures mineures à la jambe tandis que la troisième victime, une dame âgée, a été conduite à l'hôpital pour soigner une blessure sérieuse au mollet.

«C'était comme si tu avais pris une mordée dans une sandwich», décrit Mme Melançon, qui a vu la blessure de près avant que les ambulanciers transportent la dame âgée jusqu'à l'hôpital de Granby. Une partie d'un de ses mollets a été arrachée par la morsure d'un chien de taille moyenne, peut-être un jeune pitbull boxer, qui s'est vraisemblablement libéré de sa laisse avant de poursuivre les individus à vélo.

Mme Melançon, qui n'a pas voulu dévoiler son prénom, fait partie des blessés. Cette habituée de la piste cyclable La Route des champs était sur le chemin du retour vers Granby lorsqu'elle a été attaquée. «J'ai croisé 2-3 personnes qui m'ont dit "faites attention, il y a un chien! "», raconte-t-elle. Loin d'imaginer qu'elle pourrait se faire mordre, la Granbyenne a plutôt pensé qu'on lui parlait du «chien qui jappe».

«Vous pourriez interroger tous les cyclistes qui passent par là, ils le connaissent», ajoute-t-elle. L'animal, prénommé Rocky, est retenu par une chaîne à l'arrière d'une cour de la rue Principale donnant directement sur la piste cyclable. «Le chien peut facilement empiéter sur la piste cyclable de 7-8 pouces et embarquer ses deux pattes d'en avant», témoigne la cycliste. Elle s'était par ailleurs déjà fait la réflexion que la chaîne de la bête ne semblait pas très solide pour sa taille.

Chaîne fracassée

«De ce qu'on semble avoir remarqué, le chien aurait cassé son collier et serait parti à l'attaque des trois individus», a indiqué le directeur général de la Ville de Saint-Paul-d'Abbotsford, Daniel-Éric St-Onge.

Une dame avait déjà contacté les policiers pour les prévenir qu'un chien agressif avait mordu quelqu'un lorsque Mme Melançon est arrivée sur les lieux. Afin de se protéger des attaques de l'animal en liberté, «trois jeunes hommes avaient fait une barricade avec leurs vélos», décrit-elle.

«J'ai été téméraire, j'ai voulu les contourner pour aller rejoindre la dame (qui avait appelé la police) de l'autre côté de la 112. Je me sentais en sécurité avec les hommes.»

C'est à ce moment que la bête est sortie du fossé et a foncé droit sur elle, la gueule ouverte. «Il m'a mordue, il m'a snappé le mollet», dit-elle. L'animal a fait trois blessés avant que les agents de la Sûreté du Québec ne le capturent.

Aucun doute pour Mme Melançon, il s'agit bien de Rocky, le chien qu'elle entend japper lorsqu'elle roule sur La Route des champs. La cycliste s'est rendue à l'hôpital pour soigner des blessures mineures. Sur son rapport du médecin, il est indiqué que la blessure a été causée par un pitbull boxer.

Pitbulls interdits

Les chiens de race pitbull sont interdits dans l'ensemble de la MRC de Rouville. Mardi, Daniel-Éric St-Onge ne pouvait assurer que Rocky en était bien un. «On voit bien que c'est un chien qui est mixte, mais on va devoir attendre l'identification formelle par des spécialistes», dit-il.

Pour l'instant, le chien demeure sous la garde la municipalité. La Direction de la santé publique exige qu'il soit mis en quarantaine une dizaine de jours pour évaluer s'il présente des symptômes de rage ou d'une autre maladie.

Rocky pourrait cependant voir son séjour dans l'enclos prolongé. «La municipalité ne redonnera pas la garde du chien (à son maître) vu qu'il a quand même attaqué des êtres humains», annonce Daniel-Éric St-Onge. La Ville applique ainsi la notion de «chien dangereux» présente dans son règlement municipal.

«Il y a une possibilité assez importante d'émission de constats qui pourra être faite», indique le directeur général de Saint-Paul-d'Abbotsford, citant les articles sur la licence obligatoire, la nuisance et la garde prohibée de tout chien méchant ou dangereux.

La voisine pas inquiète

Les propriétaires de Rocky sont deux frères, qui cohabitent rue Principale, à Saint-Paul-d'Abbotsford. Leur voisine, Diane Levasseur, affirme n'être aucunement inquiète pour la sécurité de ses enfants lorsqu'ils jouent dans la cour arrière. «À deux, on a 14 enfants ici une fin de semaine sur deux», dit-elle.

Elle assure que Rocky n'a jamais montré de signe d'agressivité depuis que ses propriétaires l'ont acheté à l'animalerie. «C'est un petit bébé enjoué, il n'a même pas un an!», le défend-elle.

«Un gros chien a l'habitude d'avertir», ajoute Mme Levasseur, qui a été à l'emploi d'une animalerie pendant 5 ans.

Pitbull ou pas, elle est à l'aise avec les chiens. «Ça aurait été un (pitbull) pure race, j'aurais eu zéro problème avec ça», insiste-t-elle.

Les jappements de Rocky ne la dérangent pas, pas plus que ceux des autres chiens dans le voisinage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer