Parc Miner: des lendemains douloureux

Les lendemains de la sombre soirée de vendredi... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les lendemains de la sombre soirée de vendredi dernier, alors qu'un arbre a chuté sur un chapiteau au parc Miner, sont difficiles pour Nancy Madison et Christian Beauchemin.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Christian Beauchemin l'a échappé belle. Quelques centimètres. C'est tout ce qu'il manquait pour que l'arbre centenaire qui s'est abattu sur le chapiteau du parc Miner à Granby vendredi dernier lui tombe dessus, a-t-il raconté lundi.

«Il a vraiment un ange gardien», a laissé tomber sa conjointe, Nancy Madison, aussi propriétaire de l'école de danse Madessimo, qui organisait la soirée de danse salsa sous le chapiteau.

«Je pense plutôt que j'avais une équipe d'anges gardiens. Je regarde certaines photos et je ne comprends pas comment je m'en suis sorti», renchérit celui qui est entraîneur sportif à Madessimo.

Lors de la chute de l'arbre, Christian Beauchemin a reçu une branche de l'imposant feuillu sur l'épaule. L'arrière de sa tête a été frappé par un des poteaux du chapiteau. Son front a heurté durement l'ordinateur portable qu'il avait devant lui, étant aux commandes de la musique de la soirée. Des points de suture ont été nécessaires pour fermer la plaie. Un de ses bras a aussi été éraflé par la toile de la tente.

Nancy Madison n'était pas sur place vendredi. Elle était à Boston. La panique s'est emparée d'elle lorsqu'elle a été avisée de ce qui venait de se passer au parc Miner. «C'est moi qui ai organisé cette soirée-là. On se sent coupable. Je me suis dit: mon Dieu, c'est moi qui les ai envoyés à l'abattoir. Ça part avec le temps, mais au début, c'est dur à accepter...», a-t-elle raconté avec émotion.

Difficile

Les lendemains de cette sombre soirée ne sont pas faciles pour le couple. Au moins trois des 19 personnes blessées sont toujours à l'hôpital. Leurs conditions sont très sérieuses. «Il y a des gens qui ne danseront peut-être plus», glisse Nancy Madison avec tristesse.

Ces gens, des élèves de son école de danse pour la plupart, font partie de sa famille élargie, fait-elle remarquer.

Christian Beauchemin dit lever son chapeau aux services d'urgences qui sont intervenus vendredi dernier. L'élan de solidarité qui s'est activé à ce moment s'est poursuivi au cours des jours suivants, relate Nancy Madison. Les amateurs de salsa sont une communauté tissée serrée. «J'ai reçu des milliers de photos de gens qui avaient allumé des lampions chez eux», dit la propriétaire de Madessimo.

Dimanche soir, une trentaine de personnes se sont d'ailleurs réunies à l'école de danse pour écrire des messages d'amitié et d'encouragement à l'endroit des blessés.

Malgré tout, Nancy Madison et Christian Beauchemin affirment ne pas en vouloir à la Ville de Granby. «Il y a des gens fâchés qui pensent intenter un recours collectif. Mais je ne suis pas pour ça», dit Mme Madison. «C'est un Act of God», estime son conjoint. «S'il y a des gens qui veulent poursuivre, je vais tenter de les persuader de ne pas le faire. Mais j'espère que la Ville va être à l'écoute et qu'elle va aider les gens», dit celle qui croit qu'un soutien financier quelconque serait approprié dans les circonstances.

Une marche pour aider les blessés

Une marche est prévue le vendredi 29 juillet, à 21 h, à Granby afin d'amasser des fonds pour venir en aide aux personnes blessées par la chute d'un peuplier centenaire sur le chapiteau aménagé au parc Miner.

«Certaines personnes n'avaient pas nécessairement d'assurances et on aimerait les aider. (...) On veut descendre la rue Principale, peut-être à partir de l'hôtel de ville, jusqu'au site (parc Miner). On va vendre des lampions (10$) pour amasser des sous. S'il y a des gens qui veulent faire des dons, on va faire un lien Paypal. On va faire un événement Facebook et le partager à travers le Québec. Les danseurs de salsa sont solidaires. Je sais que beaucoup de gens vont marcher ou donner un coup de main», a affirmé lundi Nancy Madison, à l'origine de cette initiative et propriétaire de l'école de danse Madessimo, à Granby.

S'il n'en tient qu'à elle, 10 000 personnes défileront dans la rue Principale avec le lampion qu'elles auront acheté sur place. «Je ne peux pas faire grand-chose d'autre que d'essayer de les aider. Ça n'enlèvera pas la douleur, mais si ça peut enlever le stress financier...», dit-elle.

Certains devront se réadapter à leur nouvelle condition physique, alors qu'ils ont subi des fractures importantes, fait remarquer Nancy Madison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer