Programme de jumelage de SERY : familles recherchées

Stéphanie Bazinet (à droite sur la photo) est... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Stéphanie Bazinet (à droite sur la photo) est à la recherche de personnes désirant s'impliquer dans le cadre du programme de jumelage chapeauté par SERY. Quatre familles immigrantes, dont celle de Maritza, ses quatre enfants (Juan Camilo, Leydy Viviana, Victor Manuel et Angela Maria) et son petit-fils Nicolas, sont en attente d'une famille jumelle québécoise. Une cinquième arrive la semaine prochaine.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) est à court de familles à jumeler aux nouveaux arrivants. L'organisme lance un appel à tous pour regarnir sa banque de volontaires pour aider et accompagner les immigrants dans leurs premiers mois à Granby et la région.

Le jumelage fait maintenant partie intégrante des services offerts par SERY dès l'arrivée à Granby. « C'est la vague syrienne qui nous a amenés à démarrer le jumelage, mais on s'est aperçu que c'était très bénéfique, donc on continue pour toutes les familles, explique Stéphanie Bazinet, responsable de la francisation. On fait ça automatiquement maintenant. C'est sûr qu'on leur en parle avant, mais tous acceptent. Ça prend quelqu'un qui leur montre tout ce qui se passe dans la ville de Granby. »

Depuis janvier, 25 familles ont été jumelées avec des Québécois, alors qu'une trentaine de familles d'ici s'étaient proposées. Or, en raison des vacances estivales, les cinq familles toujours sur la liste ne peuvent s'engager qu'en septembre.

« Je les comprends, assure Mme Bazinet. Dans les premiers mois du jumelage, ils doivent faire deux visites par semaine. Ils ont tout à fait raison. [...] Si je jumelle une famille et qu'elle s'en va trois semaines, ça ne fonctionne pas. Il y en a qui passent leurs vacances ici et que ça ne leur dérange pas du tout d'être jumelés. J'aime mieux qu'ils soient honnêtes et qu'ils me disent s'ils prévoient partir. [...] Mis à part ces cinq familles-là, ma banque de jumelage est à zéro. Ça prend de nouveaux jumeaux pour s'investir auprès des nouvelles familles qui arrivent. »

 

Maintenant que le projet a fait ses preuves, Mme Bazinet espère qu'il y aura un roulement constant dans la banque de jumeaux québécois afin que tous les nouveaux arrivants puissent profiter du savoir et de l'accueil des gens d'ici.

Depuis le 8 juin, quatre familles sont arrivées à Granby, mais attendent toujours leurs jumeaux. Une cinquième débarque la semaine prochaine. Maritza, ses quatre enfants et son petit-fils font partie de ces familles en attente. Que ce soit pour s'initier à la culture locale, obtenir une aide personnalisée en cas de besoin, pratiquer le français, découvrir les lieux clés de Granby ou encore simplement se faire des amis avec qui discuter, le programme de jumelage est souhaité par la famille colombienne.

« Je fais des rencontres avec les jumeaux et, pour eux, c'est une expérience enrichissante, indique Stéphanie Bazinet. Ils apprennent les vraies valeurs de la vie. Quand on rencontre les familles qui ont des jumeaux québécois, elles disent que c'est une chance inouïe d'avoir quelqu'un à côté d'elles qui les aide et qui leur fait découvrir la ville. Si elles ont une petite question, elles ne sont pas obligées de prendre rendez-vous avec leur intervenant. Elles savent vers qui se tourner. Je recommande le jumelage à tous les organismes d'immigration. »

Quelques organismes ayant la même mission que SERY ont par ailleurs adopté un programme similaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer