Un Valériennois de 62 ans périt sur la route 116

Un homme de 62 ans a perdu la... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un homme de 62 ans a perdu la vie dans une embardée, à Acton Vale, lundi. Les circonstances de la perte de contrôle sont inconnues.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Acton Vale) Un homme de 62 ans, de Saint-Valérien-de-Milton, a perdu la vie dans une embardée survenue sur la route 116, à Acton Vale, lundi à 9h.

Le conducteur roulait en direction d'Upton lorsqu'il a franchi la voie inverse avant de heurter une boîte aux lettres et de terminer sa course sur le côté. Il a fallu l'intervention du service incendie d'Acton Vale pour enlever le toit du véhicule et extirper la victime, Gérard Daviau, de l'habitacle.

Noël Brousseau attendait une livraison lorsque sa conjointe a entendu un bruit s'apparentant à une porte qui claque. M. Brousseau est sorti, n'a vu que des gravats dans son entrée et a constaté la disparition de sa boîte postale. Il s'est avancé jusqu'à l'avant de la maison, où il a aperçu la camionnette de la victime.

«J'ai essayé de lui porter secours, mais c'était impossible d'avoir accès au monsieur, raconte-t-il. Je suis retourné à la maison pour demander à ma conjointe d'appeler les secours, j'ai pris mon cellulaire et j'ai été en communication avec le 911 pendant que j'essayais de l'aider. Mon fils est arrivé et il a réussi à briser la vitre.»

Impuissant

Le trou dans la vitre lui a permis d'avoir à tout le moins un accès visuel avec le conducteur. L'homme a été aidé par des passants.

L'un d'eux raconte que le pouls de la victime était faible et que M. Daviau réagissait lorsqu'ils lui parlaient. «Par contre, quelques minutes après, nous avons perdu le pouls du monsieur, rapporte une jeune femme, qui préfère ne pas être identifiée. À ce moment-là, j'ai regardé pour voir si c'était possible d'entrer dans la cabine pour faire les manoeuvres, mais malheureusement il était trop loin pour que nous puissions faire autre chose. Les autorités sont arrivées en moins de 10 minutes et ont fait un excellent travail!»

Noël Brousseau espérait que les paramédicaux puissent réanimer la victime, mais il a appris plus tard que son décès avait été constaté à l'hôpital de Saint-Hyacinthe.

«C'est frustrant parce que tu sais qu'il y a quelqu'un dans le camion, mais tu ne peux pas l'aider», glisse-t-il, impuissant, pendant que la remorqueuse extirpe la camionnette de l'enclos de ses chevaux. Si l'accident était survenu dix minutes plus tard, les chevaux du couple auraient été à l'extérieur et la situation aurait été pire, selon lui, puisqu'ils se seraient enfuis sur la route.

Route dangereuse

C'est par ailleurs le deuxième enclos sur son terrain qui se fait abîmer par une voiture en l'espace d'un mois à peine. Auparavant, une femme avait percuté la clôture à l'intersection des routes 116 et Cournoyer en pleine nuit. «Ici, c'est une ligne droite et les lignes sont doubles. Il y a souvent des gens qui dépassent quand même. Ce matin, ça ne semble pas être le cas. Ça ressemble à un malaise. Il n'y a pas de traces de freinage», analyse-t-il.

Des traces de freinage ont toutefois été trouvées dans la pelouse, fait savoir le porte-parole de la Sûreté du Québec, Claude Denis. Toutes les causes sont étudiées pour expliquer l'accident.

Lorsqu'on lui parle de la route 116, Noël Brousseau n'hésite pas à dire qu'elle est risquée. Tout comme sa voisine, il pointe une croix installée pratiquement en face de chez lui. Un jeune homme y a perdu la vie il y a deux ans.

La voisine dénonce d'ailleurs la vitesse à laquelle les gens roulent sur la route 116, à la hauteur de la route Cournoyer. «Il y a toujours quelque chose qui arrive sur cette route-là. Aucun de mes petits-enfants n'a le droit d'aller sur cette route pour faire du vélo. C'est trop dangereux. Les gens ne respectent pas la limite», déplore-t-elle.

Elle-même dit respecter la limite ou rouler moins vite lorsque les conditions météorologiques l'exigent et pourtant, et il n'est pas rare qu'un poids lourd la suive de trop près malgré tout.

Dans le cas de la mort tragique du conducteur de la camionnette, les circonstances s'éclairciront au fil de l'enquête et selon les résultats de l'autopsie. La route a été fermée jusqu'à 12h15, le temps que la SQ complète son enquête sur les lieux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer