Mario Talbot passe le flambeau à son filleul

Le fondateur et directeur général de la Fondation... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le fondateur et directeur général de la Fondation Roger-Talbot, Mario Talbot, passe aujourd'hui le flambeau à son filleul, Patrick Talbot.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) Lorsque La Voix de l'Est l'a rencontré au camping de Roxton Pond, samedi, Mario Talbot était fier de commenter l'évolution du terrain. Il faut dire qu'il en a mis, du temps et de l'énergie, dans ces vacances spécialisées offertes à une clientèle de déficience intellectuelle adulte. Le fondateur et directeur général de la Fondation Roger-Talbot passe aujourd'hui le flambeau à son filleul, Patrick Talbot.

«Les dernières années, je ne l'ai pas eu facile», confie Mario Talbot, qui a perdu son beau-père en avril, avant de voir son propre état de santé s'aggraver. Déjà opéré au cerveau en 1998, le directeur de la Fondation a dû subir une opération du colon en novembre dernier.

«C'est certain qu'avec mes problèmes de santé, je ne pouvais pas continuer», admet Mario Talbot, qui n'en demeure pas moins nostalgique. L'ex-enseignant se consacre à la Fondation qu'il a créée depuis 1978, soit deux ans après le décès de son frère Roger, atteint de déficience intellectuelle.

L'une des premières activités à avoir été mises en place, en 1983, a été le programme de vacances spécialisées au camping de Roxton Pond. «Il y en a un qui a élevé ses enfants ici, au camping. Ça fait 43 ans qu'il est ici, il était là avant qu'on arrive avec la Fondation. Ses enfants ont élevé leurs enfants ici», raconte M. Talbot, qui a aussi vu grandir la génération suivante. «Il y en a un qui est autiste, il va à l'université», poursuit Mario Talbot, qui s'est attaché à cette famille. L'intégration dans la société de ces personnes atteintes d'une déficience intellectuelle est sa plus grande fierté.

Continuité

Maintenant que son neveu et filleul prend la relève, la cause est entre de bonnes mains, croit le Roxtonais. «Il (Patrick Talbot) a connu mon petit frère, il a été élevé chez nous, avec Roger. Il sait c'est quoi, le respect des handicapés. Puis il y croit. Il a un dynamisme assez remarquable, il fonce, c'est une personne qui est intègre», souligne-t-il.

Des changements s'imposeront, Mario Talbot en est conscient, mais ce sera dans la continuité de ce qui a été instauré depuis près de 40 ans. «C'est pas de dire: on désamorce tout pis on repart à zéro, non. C'est dans un esprit de continuité et d'harmonie, et que le noyau familial soit encore en place», dit-il. Le nouveau directeur général a d'ailleurs été choisi à l'unanimité lors d'une réunion de famille. Le transfert des pouvoirs à Patrick Talbot se fera à l'Action de grâce, le 9 octobre prochain.

Davantage de services

Ce qui importe à Mario Talbot, c'est que les services demeurent. «Surtout avec tout ce qui se passe actuellement au niveau des CRDI (NDLR: Centre de Réadaptation en Déficience intellectuelle), la fermeture de postes, des ateliers de travail», relève le fondateur, qui est à l'origine des stages en milieu de travail pour cette clientèle. Patrick Talbot, qui est le directeur du Home Depot de Sherbrooke, emploie d'ailleurs huit personnes handicapées.

«Tout ce qu'on avait mis de l'avant, ça a toujours été boycotté par les organisations gouvernementales,» déplore Mario Talbot. «C'est un peu normal, ils ont les budgets. Nous autres, on n'a jamais eu de subvention», poursuit-il. L'organisme s'autofinance entre autres grâce au Vestiaire économique de Granby, qui a permis d'amasser plus de 100 000 $ l'an dernier. Récemment, une aide fédérale de 16 000 $ a cependant permis l'embauche de six nouveaux employés, dont une coordonnatrice formée en éducation spécialisée.

«C'est sûr que l'hébergement (des personnes handicapées), c'est plus complexe avec tous les organismes (gouvernementaux)», concède le nouveau directeur général. Mais avec l'aide de ces nouveaux intervenants, il a l'intention de proposer des «fins de semaine de répit» aux parents qui souhaiteraient partir en petites vacances l'esprit en paix.

Projets au camping

Au cours des deux prochaines années, Patrick Talbot compte consolider les revenus de la Fondation, soit le Vestiaire économique et le camping.

Cet été, 60 espaces ont été réservés sur le site de Roxton Pond pour une période de 3 semaines, ce qui représente de 15 à 20 % d'inscriptions de plus que l'an passé. «Si la demande grandit, on pourrait peut-être offrir un mois de vacances spécialisées», souhaite le nouveau directeur général.

D'autres projets sont sur la table, comme un camp de jour pour personnes handicapées et un partenariat avec le service des loisirs de la municipalité pour offrir des cours de natation. La piscine du camping, fait remarquer Patrick Talbot, est l'une des plus grosses piscines extérieures au Québec. «On devrait avoir des bons développements d'ici l'année prochaine», révèle-t-il.

La Ville collabore déjà avec le camping pour le spectacle de l'auteure-compositrice-interprète Andréanne A. Malette, qui sera présenté le 29 juillet prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer