Un incendie vite maîtrisé au Foyer Sutton

Un incendie de cause électrique a forcé l'évacuation... (Google Street View)

Agrandir

Un incendie de cause électrique a forcé l'évacuation des 71 résidents à mobilité réduite du Foyer Sutton, vers 8h30, samedi. Par mesure de précaution, le service d'incendie de Sutton a déployé son protocole d'intervention pour les bâtiments «à risque très élevé».

Google Street View

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Sutton) Un incendie d'origine électrique a forcé l'évacuation des 71 résidents à mobilité réduite du Foyer Sutton, vers 8 h 30, samedi. Les détails recueillis par le service d'incendie lors de l'appel l'ont mené à enclencher le «protocole 10-13» pour les bâtiments à risque très élevé. Les pompiers de cinq municipalités voisines ont été appelés en renfort. Ils étaient 52 au moment de la vaste opération, qui s'est finalement déroulée de façon optimale, selon le porte-parole du service incendie de Sutton, Marc-Antoine Fortier.

Personne n'a été blessé ni même incommodé par la fumée lors de l'incendie. «La détection de l'incendie par le personnel et l'appel au 911 rapidement ont évité les dégâts», résume Marc-Antoine Fortier, qui a eu l'occasion de constater l'efficacité du protocole 10-13 entre le moment où l'appel est entré, à 8 h 30, et la fin de l'intervention, deux heures plus tard. C'était la première fois que ce protocole d'appel était appliqué à Sutton depuis sa mise en place, il y a quelques années.

Le porte-parole du service incendie tient d'ailleurs à souligner l'efficacité des répartiteurs de la Centrale 911 de Sutton. «C'est des gens qui sont souvent dans l'ombre et qui font un travail remarquable. Ils sont derrière l'ordinateur et ils nous donnent les bons détails sans voir l'établissement», fait-il remarquer.

Protocole 10-13

Trois protocoles existent pour les incendies dits «à haut risque». Le 10-13 est le premier niveau, suivi du 10-14. «Le protocole 10-15, c'est pour les situations semblables à Lac-Mégantic. Il y a beaucoup plus d'intervenants, je vous dirais que l'ensemble de la MRC va intervenir chez nous», indique Marc-Antoine Fortier pour illustrer la gradation des procédures établies selon l'importance du brasier.

Les bâtiments de grande envergure, résidentiels, commerciaux et industriels, sont ciblés par ces procédures. Sur le territoire de Sutton, il s'agit surtout de centres d'hébergement pour personnes âgées ou à mobilité réduite, comme le Foyer Sutton.

Samedi matin, ce sont donc 52 pompiers qui se sont présentés à la résidence de la rue Western. «Pour prévenir le pire», indique M. Fortier, qui n'a voulu courir aucun risque en faisant appel aux services incendie des municipalités de Frelighsburg, Lac-Brome, Cowansville, Dunham et de Richford, au Vermont.

Heureusement, ces pompiers n'ont eu à offrir qu'une assistance, puisque le personnel du foyer avait déjà enclenché son propre processus d'évacuation. «Ils ont vraiment fait un travail exemplaire», remarque Marc-Antoine Fortier.

Dans le calme

Lorsqu'ils ont perçu un début d'odeur de fumée, les employés de la résidence ont immédiatement alerté les pompiers de Sutton, puis enclenché le processus d'évacuation horizontale. Ce processus vise à déplacer l'ensemble des résidents dans les quatre sections coupe-feu de l'établissement, soit les salles à manger.

«Les résidents n'étaient même pas au courant (qu'il y avait un feu). On les déplace, mais on ne dit pas nécessairement pourquoi. Pour eux, c'était un peu plus de bonne heure pour les repas», commente l'infirmière clinicienne Karine Crack, qui explique que la suite des choses s'est déroulée dans le calme.

«Personne n'était en danger, so on n'avait rien d'autre à faire ou à dire», admet l'infirmière, qui est aussi l'assistante immédiate de la supérieure. Tout le personnel du Foyer de Sutton, dit-elle, savait quoi faire dans le cas où une situation d'urgence se présentait. «On était prêts. Ici, la formation est donnée et les mises à jour sont faites. C'est tous les intervenants, pas juste les infirmières ou les infirmières auxiliaires, c'est tout le monde!» précise-t-elle, incluant dans le lot le personnel administratif et celui de l'entretien ménager. Vingt-deux employés se trouvaient sur le plancher au moment de l'incendie.

Quatre minutes après l'appel, les pompiers de Sutton arrivaient sur les lieux. «À Sutton, on a fait des calculs dans les cinq dernières années et c'est nous qui avons un des temps de mobilisation les plus rapides», fait valoir Marc-Antoine Fortier.

Cause électrique

Les flammes ont pris naissance dans la chambre mécanique, au rez-de-chaussée de l'établissement. Le pompier Marc-Antoine Fortier parle d'une défectuosité du système à eau chaude. Son homologue du service d'incendie de Cowansville, Gilles Deschamps, donne un peu plus de détails. «C'est un réservoir qui a chauffé, les fils ont fondu», dit-il. Les dommages sont évalués à moins de 10 000$.

«On a entendu des histoires d'horreur comme quoi les bâtiments n'ont pas de système d'alarme et ne sont pas conformes», rapporte le porte-parole du service d'incendie de Sutton. Marc-Antoine Fortier cite le Foyer Sutton en exemple. «Celui-là est muni d'un système d'alarme et de gicleurs, et le personnel a une bonne formation», les félicite-t-il.

En une demi-heure, le feu était maîtrisé. Aucune chambre n'a été touchée et l'intervention du service ambulancier n'a pas été nécessaire. À la suite des vérifications des techniciens responsables du bâtiment, aucune enquête supplémentaire n'est requise. La situation était de retour à la normale en fin de journée, samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer