Nouveau-né chez les macaques japonais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les gardiens du Zoo de Granby ont fait une heureuse découverte dans l'habitat des macaques japonais, le 16 juin, alors qu'ils procédaient au nettoyage de l'endroit pendant que les singes mangeaient à l'intérieur. Ils ont entendu un petit cri et ont retrouvé un bébé macaque, le premier depuis des années.

«C'est une jeune femelle, elle se porte très bien», indique le chef des soins animaliers du zoo, Carl Fournier.

Puisque l'ancien habitat des macaques japonais était moins grand, la proximité avec les mâles obligeait même le zoo à injecter des contraceptions aux femelles. Cependant, tout a changé lorsque le nouvel habitat a accueilli ses locataires.

«Ça fait quelques années qu'on n'avait pas eu de reproduction. On a eu deux nouveaux mâles qui sont arrivés et c'était pour recommencer la reproduction», explique Carl Fournier.

Deux femelles ont donc eu la possibilité de s'accoupler avec un mâle dans les derniers mois.

Il fut aisé pour les gardiens de retrouver la mère, Miu. On soupçonne d'ailleurs l'autre d'être en gestation. Son petit pourrait voir le jour à la fin de l'été, croit M. Fournier.

Lorsqu'ils ont trouvé le jeune macaque japonais, ils l'ont transporté à l'intérieur du pavillon de son espèce. On y a transféré l'incubateur où il se trouve et où il reçoit son biberon de lait.

«On veut qu'il entende le bruit des autres, qu'il connaisse leur odeur. On l'introduit déjà avec une autre femelle qui n'a pas de comportement de dominance. Elle a peu d'intérêt pour le bébé. Au moins, le bébé voit deux fois par jour pendant une heure un autre macaque. Vers six semaines d'âge, on va introduire d'autres spécimens. On peut parler de mois pour son introduction au groupe, selon comment ça va se passer, pour éviter qu'il soit blessé.»

En temps normal, le bébé aurait dû être transporté par sa mère lorsque le groupe, composé de clans familiaux, est entré. Cependant, il a été laissé derrière. Plusieurs raisons peuvent l'expliquer. « (...) C'est le premier bébé de notre femelle. Ce n'est pas rare, quand c'est le premier bébé, que la femelle ne s'en occupe pas. Aussi, cette femelle est plus bas dans la hiérarchie», mentionne Carl Fournier.

Les macaques japonais vivent en hiérarchie matrilinéaire. Plus une femelle trouve dans le haut de la hiérarchie, plus ses descendants le seront aussi.

Toujours sans nom

« (...) Comme la mère n'a pas voulu s'occuper de son bébé, on l'élève à la main. On minimise nos interactions avec le bébé. On veut avoir un jeune macaque qui va avoir des comportements de macaques pour le réintroduire dans le groupe. On veut le faire le plus rapidement possible.»

Une peluche à poil long représentant un paresseux a été intégrée à l'incubateur pour que le macaque japonais s'y agrippe. Cela permet notamment d'éviter que les gardiens le touchent inutilement. Il s'y agrippe notamment lorsqu'on lui donne le biberon. Comme ce n'est pas le premier bébé élevé «à la main» au Zoo de Granby, il est plus facile de réduire les contacts.

Par ailleurs, elle n'a toujours pas de nom. Les gardiens ont fait des propositions qui sont entre les mains des communications du Zoo. On décidera éventuellement comment procéder pour lui donner son nom, soit par choix interne ou par concours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer