Les faits divers en bref

Un homme de 33 ans fera face à diverses accusations en lien avec une virée... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Un homme de 33 ans fera face à diverses accusations en lien avec une virée effectuée sur la route 112, à la hauteur de Marieville, dans la nuit de mercredi à jeudi. Un signaleur routier a été heurté au cours de l'incident, mais s'en est tiré avec des blessures mineures.

Vers 3 h 45, les policiers ont en effet aperçu un véhicule qui circulait en sens inverse, dans une voie étant également fermée à la circulation en raison de travaux ayant cours sur la route provinciale. Les patrouilleurs ont tenté d'intercepter la voiture, mais le conducteur a refusé de s'immobiliser.

La chasse s'est poursuivie jusque dans un cul-de-sac où les policiers ont arrêté le conducteur du véhicule, qui semblait avoir les capacités affaiblies par l'alcool, et son passager, qui était en possession d'une petite quantité de stupéfiants. Ce dernier a été libéré alors que son acolyte est demeuré détenu et a été interrogé par les policiers jeudi en matinée. Les analyses ont décelé que son taux d'alcoolémie était près de trois fois au-dessus de la limite permise, a fait savoir Ingrid Asselin, porte-parole de la Sûreté du Québec en Montérégie.

En outre, les policiers ont appris qu'avant de croiser le chemin du chauffard, celui-ci avait heurté un signaleur routier alors qu'il conduisait à basse vitesse. Le travailleur se serait retrouvé sur le capot de la voiture et aurait été traîné sur quelques centaines de mètres, a ajoutéMme Asselin. Il ne souffrirait toutefois que de blessures mineures. Marie-ève Martel

Trois hommes arrêtés à la St-Jean de Marieville

Les festivités de la St-Jean-Baptiste se sont terminées au poste de police pour trois individus dans la mi-vingtaine, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Marieville. Une altercation à proximité du parc Édouard-Crevier a mené à leur arrestation, vers 1 h 32.

«Ça se chicanait, ça se poussaillait», a indiqué le sergent Michel Campbell de la Sûreté du Québec. Alertés par des résidents voisins du parc, les policiers de la SQ se sont rendus sur les lieux, où ils ont constaté l'état d'ébriété de six individus qui se querellaient dans la rue.

Du lot, trois ont été arrêtés pour bris de probation ou bris de condition. Ils devaient garder la paix et adopter une bonne conduite, ne pas consommer d'alcool et ne pas communiquer ou être en présence de gens ayant un dossier criminel. À ce non-respect des conditions de leur remise en liberté s'ajoute la possession d'une arme prohibée.

«Il y en a un qui avait un poing américain», rapporte le sergent Campbell. Les hommes, biens connus des policiers, n'ont offert aucune résistance au moment de leur arrestation. Ils ont été libérés après un certain délai. De nouvelles accusations seront portées contre les trois individus, tous de Marieville.

La date de leur comparution n'est pas connue à l'heure actuelle. Les trois hommes, biens connus des policiers, n'ont offert aucune résistance au moment de leur arrestation. Marie-Élise Faucher

Me Thomas Walsh cité à procès pour menaces de mort

L'avocat qui représente les derniers accusés du projet Cure, Me Thomas Walsh, devra subir un procès pour menaces de mort envers un policier. A

insi en a décidé le juge Maurice Galarneau au terme de l'enquête préliminaire, cette semaine, au palais de justice de Longueuil.

Me Walsh, 71 ans, aurait intimidé un policier avant une audience concernant le nouveau procès que doit subir Werner Kyling et quatre présumés complices accusés d'avoir opéré un réseau de trafic de marijuana dans les environs de Bedford.

En salle de cour au palais de justice de Granby, il aurait fait mine de le tirer en imitant un pistolet avec ses mains. Pascal Faucher

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer