Célébrer le lac Bromont d'une rive à l'autre

Un tout nouveau pavillon éducatif portant sur le... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un tout nouveau pavillon éducatif portant sur le lac Bromont sera inauguré le 25 juin à quelques pas de la plage municipale, rue Frontenac. On voit ici Anne Joncas, de l'organisme ACBVLB, Louis Villeneuve, conseiller municipal du district et responsable des dossiers environnementaux, Mélanie Tremblay, directrice marketing chez Bromont immobilier et Pauline Quinlan, mairesse de la ville.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Attrait méconnu de la population de la région, le lac Bromont sera à l'honneur le 25 juin. Ce sera l'occasion de découvrir les caractéristiques de la biodiversité que recèle ce plan d'eau. D'ailleurs, un tout nouveau pavillon éducatif sera dévoilé en ce sens. Les citoyens pourront également se familiariser avec les nombreuses activités que l'on peut pratiquer près de la plage municipale. Cette journée spéciale sera marquée par la traditionnelle traversée du lac à la nage.

«On a la chance d'avoir un beau lac, sans bateau à moteur, et avec une plage municipale. Le but premier de cette journée festive est de faire découvrir cet actif récréatif exceptionnel de la ville. On veut en profiter pour conscientiser les citoyens à poser des gestes concrets pour le protéger», a indiqué Anne Joncas, présidente du conseil d'administration de l'organisme Action conservation du bassin versant du lac Bromont (ACBVLB).

Des ballades en canot, en kayak et en pédalo sont au menu. Les visiteurs pourront également s'initier à la planche à pagaie [paddle board], une discipline en essor depuis quelques années. Une nouveauté pour cette septième mouture de la fête du lac Bromont. 

En ce qui concerne le volet environnemental de la célébration, une biologiste prendra place à bord d'un ponton pour faire découvrir la faune aquatique du secteur. Il sera notamment possible d'observer des castors, des loutres, des tortues ainsi qu'une foule d'oiseaux dans leur habitat naturel.

De plus, les nageurs s'élanceront sur des circuits d'un ou deux kilomètres. La sécurité de la traversée sera assurée par des sauveteurs. De même, le service des incendies supervisera l'activité. Les jeunes pourront aussi s'en donner à coeur joie en escaladant un jeu gonflable sur les rythmes musicaux d'un DJ. «On veut que les gens s'approprient le lac. Ce sera une journée mémorable et on attend la foule en grand nombre», a fait valoir Anne Joncas. En cas de forte pluie, l'événement, qui se déroulera de 11 h à 18 h, sera reporté au 26 juin.

Pavillon

Question de poursuivre sa mission, qui consiste principalement à «protéger et réhabiliter» le lac Bromont et les écosystèmes de son bassin versant, ACBVLB a engagé une étudiante en biologie pour la saison estivale. Cette embauche a été la prémisse du projet de pavillon éducatif, aménagé à quelques pas de la plage municipale. «On avait besoin d'un bureau pour notre biologiste. Elle doit entre autres s'occuper du suivi de la qualité de l'eau du lac qui, comme on le sait, a été fermé à quelques reprises à cause d'épisodes d'algues bleu vert. Alors on s'est dit que ce serait bien de faire d'une pierre deux coups en faisant un petit centre d'interprétation du lac Bromont», a expliqué Anne Joncas.

Le budget de l'OSBL était toutefois limité pour réaliser cette initiative. C'est finalement Bromont immobilier qui a aidé ACBVLB à mettre le projet sur les rails en quelques jours en lui donnant un conteneur. «Le lac est un des points saillants de la ville. Pour que les touristes et les générations futures en profitent, il faut le protéger. (...) C'était tout naturel pour nous de contribuer à un aussi beau projet mené par et pour la communauté», a indiqué Mélanie Tremblay, directrice marketing de l'organisation.

Deux volets

Outre le suivi de la qualité de l'eau du lac, la biologiste répondra aux questions des citoyens sur les cyanobactéries, a précisé Anne Joncas. L'horaire du pavillon reste à déterminer, mais la jeune universitaire devrait être présente en semaine. Des bénévoles prendraient la relève les week-ends, a-t-elle ajouté.

Les panneaux éducatifs disposés dans l'infrastructure se déclineront en deux volets. Le premier consiste à expliquer l'état de santé précaire du lac et le projet de restauration unique au Québec, à base d'un composé nommé Phoslock. Celui-ci pourrait aller de l'avant prochainement (voir autre texte). Le second point abordé sera de démythifier la notion de bassin versant ainsi que le plan d'action de la Ville, notamment pour réduire les apports en phosphore. «L'idée, c'est de donner une seconde chance au lac, a mentionné la présidente du c.a d'ACBVLB. On veut sensibiliser les gens à l'importance de minimiser les impacts de l'activité humaine sur le plan d'eau. Et je crois plus que jamais qu'on a de bons outils pour y arriver.»

Pour de plus amples renseignements à propos de l'organisme et de la programmation de la fête, consultez le site lacbromont.ca

Anne Joncas, présidente du c.a d'ACBVLB, pilote depuis... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Anne Joncas, présidente du c.a d'ACBVLB, pilote depuis près d'une décennie le projet de restauration du lac Bromont. 

Alain Dion, La Voix de l'Est

Restauration du lac Bromont

Un procédé unique pour lutter contre les cyanobactéries

La prolifération des cyanobactéries dans le lac Bromont pourrait bientôt être chose du passé. En effet, le projet novateur à base de Phoslock, qui consiste à contrôler le phosphore dans les plans d'eau, pourrait être lancé dès cet automne, a appris La Voix de l'Est. Il s'agirait d'une première au Québec.

Comme bien des plages à travers la province, celle du lac Bromont a été fermée à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie en raison de la concentration élevée d'algues bleues. D'ailleurs, des études de longue haleine menées par un groupe de recherche de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) ont démontré en 2014 le piètre bilan de santé du plan d'eau. Le Phoslock, un composé chimique non toxique pour l'humain, s'avérait la meilleure solution pour contrer l'apparition de cyanobactéries. Un incontournable, soutient Anne Joncas, présidente du conseil d'administration d'Action conservation du bassin versant du lac Bromont (ACBVLB), qui porte à bout de bras le projet de restauration depuis plus d'une décennie. «Il y a tellement de sédiments et de phosphore accumulés au fond du lac au fil des ans. Même si on stoppait complètement tous les apports au lac, la situation est irréversible, a-t-elle indiqué en entrevue. Il faut agir pour sauver le plan d'eau. C'est un actif incroyable pour la communauté.»

En fait, le Phoslock est constitué d'argile et maintient le phosphore au fond du lac. Ceci empêche la multiplication des cyanobactéries en surface, car on leur coupe alors les vivres. Le coût d'une application de ce composé dans le lac Bromont est estimé à près de 650 000 $, a mentionné Anne Joncas. La municipalité de Bromont a déjà consenti 300 000 $ pour l'initiative environnementale à même son budget 2016. Une enveloppe similaire est prévue au rôle triennal d'immobilisations pour l'année suivante. La prochaine étape pour la Ville consiste à déposer une demande de certificat d'autorisation au ministère de l'Environnement. Cette requête devra au préalable recevoir l'aval des élus bromontois. Le sujet devrait être à l'ordre du jour de la séance ordinaire du conseil de juillet, a indiqué la responsable des communications de Bromont, Catherine Page.

Campagne de financement

Anne Joncas croit énormément au projet de Phoslock. À tel point qu'elle consacre bénévolement près de 40h par semaine - en moyenne - à l'initiative. «On a une excellente collaboration du Ministère depuis le début dans le projet. C'est un marathon et la ligne d'arrivée est très proche. Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud», a-t-elle illustré.

Comme dans la plupart des projets, l'argent est le nerf de la guerre. Anne Joncas multiplie donc les démarches pour que Québec emboîte le pas en octroyant l'enveloppe nécessaire afin que le projet voie le jour.

De son côté, ACBVLB profite du dévoilement, le 25 juin, d'un pavillon éducatif à la plage municipale (voir autre texte) pour lancer une nouvelle campagne estivale de financement. Ainsi, pour chaque don que l'OSBL recevra, un poisson sera symboliquement accroché dans un arbre à proximité du lac. La somme recueillie ira à la restauration du plan d'eau. Des subventions émanant du privé sont également envisagées.

L'automne dans la mire

Selon Anne Joncas, le projet de longue haleine a de «bonnes chances» d'être concrétisé au cours des mois à venir. «Si tout se déroule comme prévu, il devrait y avoir une application de Phoslock cet automne à Bromont. C'est un procédé qui a fait ses preuves depuis plusieurs années ailleurs sur la planète, entre autres en Europe, a-t-elle fait valoir. Mais ce serait une première au Québec. C'est très stimulant de savoir que ça ouvrirait la porte à sauver des centaines d'autres lacs à travers la province.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer