La Fête nationale au parc Daniel-Johnson réussie

L'auteure-compositrice-interprète Émilie Janvier faisait partie du spectacle de... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

L'auteure-compositrice-interprète Émilie Janvier faisait partie du spectacle de la Fête nationale, le 23 juin.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) La météo plus que clémente a été la meilleure alliée du comité organisateur de la Fête nationale, qui se tenait au parc Daniel-Johnson de Granby, jeudi soir et vendredi. Les familles ont été nombreuses à fouler le site plombé de soleil, les 23 et 24 juin.

L'auteure-compositrice-interprète Émilie Janvier faisait partie du spectacle de... (Marie-Élise Faucher) - image 1.0

Agrandir

L'auteure-compositrice-interprète Émilie Janvier faisait partie du spectacle de la Fête nationale, le 23 juin. 

Marie-Élise Faucher

«En six ans que je coordonne la Fête nationale, c'est la plus belle édition, et de loin!», confirme Mathieu St-François de Vie culturelle et communautaire de Granby.

Sans pouvoir avancer de chiffres précis, le coordonnateur évaluait à plusieurs milliers les personnes qui foulaient le vaste site en milieu d'après-midi, vendredi. Des familles, en majorité. Celles interrogées par La Voix de l'Est sont unanimes: le congé des Québécois tombait à point cette année, rallongeant la fin de semaine d'une journée.

«Ça tombe un vendredi cette année, c'est l'idéal!», commente cette famille, partie de Waterloo à vélo pour venir manger au parc Daniel-Johnson. Les jeux d'eau attiraient les tout-petits tandis que la danse en ligne sous le chapiteau était populaire auprès des aînés.

Devant la scène, un mélange de générations s'activait le temps d'une séance de zumba sur l'air de Bopépine de Plume Latraverse. Partout, des fleurdelisés bleu et blanc décoraient les joues des enfants.

Comme par les années précédentes, un tournoi de volleyball de plage était organisé en collaboration avec les festivités de la St-Jean-Baptiste. «Le papa ou la maman joue, et celui qui ne joue pas se promène sur le site avec les enfants. Ça pour moi, c'est quelque chose de winner!», se réjouit l'organisateur, fier du succès de la journée familiale.

nouveautés Jeunesse

Valeur sûre à chaque Fête nationale, les jeux gonflables accaparaient une bonne partie du budget de 90 000$, a indiqué Mathieu St-François. C'est la première fois que les modules étaient séparés en deux zones: les jeux gonflables pour les enfants en bas âge et ceux pour les enfants de 12 ans et plus. «Ça désengorge les files d'attente et ça sécurise les parents», remarque Jacques Labrecque, qui fait partie du comité organisateur.

Autre nouveauté permettant de bonifier l'aspect sécurité, des bracelets étaient distribués aux enfants. Le nom et les coordonnées du parent à rejoindre en cas de pépin (un enfant perdu, par exemple) y étaient indiqués. L'idée, efficace et peu coûteuse, a plu à l'Unité de Sauvetage Haute-Yamaska. L'organisme a manifesté son intérêt de reproduire le concept lors de futurs événements.

Le spectacle jeunesse, normalement théâtral, mettait plutôt en valeur les arts du cirque avec le spectacle Hisse et Ho. Les deux représentations ont attiré de nombreux curieux.

Ventres pleins

Dans le but d'offrir une option collation santé et d'encourager les producteurs locaux, deux nouveaux kiosques étaient installés sur le site: le Roi de la Fraise de St-Paul-d'Abbotsford et Les Petits Fruits du Clocher, qui servaient une limonade à la camerise.

La Fête nationale ne serait pas complète, à Granby, sans le traditionnel Festival de l'Omelette géante, qui en était à sa 29e édition cette année. Le public a assisté à la casse de plus de 10 000 oeufs dans l'immense casserole.

«On met des oignons, du bacon, puis c'est servi avec du sirop d'érable», décrit Nicole Mercier de la Confrérie de l'Omelette géante. Des «épices secrètes» complètent la recette typiquement québécoise. Tous ont eu droit à une portion gratuite.

Soirée du 23 juin

Au-delà de 12 000 spectacteurs se sont par ailleurs rassemblés devant la scène du parc Daniel-Johnson, jeudi soir. Les artistes locaux vainqueurs du concours «Gagne ta scène» ont ouvert les festivités, vers 18h30.

La troupe Musicophonie leur a succédé, suivie par l'auteure-compositrice-interprète Émilie Janvier. Après un discours patriotique rendant hommage au fleurdelisé, le collectif Édouard Lagacé et compagnie s'est emparé de la scène.

«Ça manquait de classiques québécois», a fait remarquer Mélanie, une Granbyenne. «Quand je vais à la St-Jean, je m'attends à du Charlebois pis du traditionnel. J'en aurais pris un peu plus!», ajoute-t-elle, ne manquant toutefois pas de complimenter la qualité des feux d'artifice qui ont illuminé le ciel en fin de soirée.

«Tu calcules 1000$ de la minute», précise Jacques Labrecque, à propos de la séquence de 15 minutes présentée par Royal pyrotechnie. Elle représentait un investissement de 17 000$.

Sans anicroche

La soirée musicale du 23 juin s'est déroulée sans anicroche du côté du service de police de la ville de Granby. Quelques enfants ont été signalés disparus, mais ils ont vite été retrouvés après que leur nom ait été affiché sur l'écran géant, a indiqué l'agent Marc Farrand.

«Ça arrive toujours à chaque événement populaire. Il va y en avoir d'autres à la Fête de Granby, il va y en avoir d'autres aujourd'hui (vendredi) avec les festivités qui se poursuivent», a-t-il mentionné.

Heureusement, les enfants portés disparus lors des rassemblements des dix dernières années, à Granby, ont toujours été retrouvés.

Aucune autre intervention policière n'a été nécessaire sur le site. Ailleurs dans la ville, des rassemblements de fêtards ont été à l'origine de 4 ou 5 plaintes de bruits.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer