Des cônes orange à la frontière

Plusieurs cyclistes passent par le poste frontalier de... (photo janick marois)

Agrandir

Plusieurs cyclistes passent par le poste frontalier de East Pinnacle pour se rendre au Vermont, souligne le maire Jean Lévesque. «C'est assez gênant de voir l'état de l'asphalte où ils doivent passer.»

photo janick marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) L'état d'un chemin menant à la frontière tombe-t-il sous la juridiction d'une municipalité? C'est le débat qui oppose Frelighsburg et le ministère des Transports du Québec (MTQ) au sujet du chemin Richford, au bout duquel se trouve le poste frontalier East Pinnacle.

«On dirait que c'est la frontière entre un... (Photo Janick Marois) - image 1.0

Agrandir

«On dirait que c'est la frontière entre un pays moderne et un pays sous-développé. On veut encourager les Américains à venir chez nous. Et c'est [ça] la bienvenue qu'on leur offre», déplore le maire de Frelighsburg, Jean Lévesque. 

Photo Janick Marois

Le dernier tronçon d'un peu plus d'un kilomètre menant aux États-Unis est dans un piteux état. À quelques endroits, de gros nids-de-poule forcent les automobilistes et les cyclistes à zigzaguer pour les éviter. Par mesure de précaution, la municipalité a installé des cônes orange de construction pour avertir les usagers de la route du danger.

La situation exaspère le maire Jean Lévesque. «On dirait que c'est la frontière entre un pays moderne et un pays sous-développé. On veut encourager les Américains à venir chez nous. Et c'est [ça] la bienvenue qu'on leur offre», dit-il d'un geste théâtral en montrant les nombreuses crevasses dans la chaussée du côté canadien.

Il est clair, insiste M. Lévesque, que le MTQ devrait être responsable de cette route et de son entretien. Il en veut pour preuve que le MTQ s'occupe des 12 autres kilomètres où débute le chemin Richford à partir de la route 237. «Cette route est une entrée officielle au Canada. Je ne pense pas que ce soit la responsabilité de la municipalité de payer pour la réparer», dit-il.

Des estimations pour procéder à la pose d'une nouvelle couche d'asphalte s'élèvent à environ 200 000$, a indiqué le maire. Ce qui correspond au budget annuel de l'ensemble des travaux de voirie de la municipalité. «C'est une goutte d'eau dans le budget du MTQ, mais pas pour nous. On ne peut quand même pas tout mettre de côté ailleurs dans la municipalité pour nous occuper de ce chemin-là.»

Ce tronçon nécessite davantage qu'une nouvelle couche de bitume, croit M. Lévesque. La fondation de la route doit être refaite. «On a encore bouché des trous cet hiver. Mais c'est tellement en mauvais état que nos réparations ne tiennent pas. C'est gaspiller de l'argent que de continuer de les boucher.»

Réforme de 1993

Le dernier kilomètre du chemin Richford est sous la responsabilité de Frelighsburg depuis 1993. Son transfert du MTQ à la petite municipalité s'inscrivait dans le cadre de la réforme Ryan, du nom du ministre de l'époque, Claude Ryan. Le MTQ s'est alors départi de plusieurs milliers de kilomètres de routes en refilant leur entretien aux municipalités, au grand dam de celles-ci.

Le gouvernement québécois est responsable des 12 premiers kilomètres du chemin Richford, mais pas du dernier kilomètre, confirme Nadège Tessier, porte-parole du MTQ pour la direction de l'Estrie. Cette section sert de collectrice, explique-t-elle, alors que la dernière portion est considérée un chemin local.

La responsabilité du MTQ bifurque sur le chemin des Érables qui débouche sur le chemin Richford dans un angle de 90 degrés, souligne Mme Tessier. Le débit journalier moyen annuel pour la partie sous la juridiction du MTQ est de 380 véhicules.

La municipalité a déposé en début d'année une demande pour que le MTQ reprenne la responsabilité du dernier segment du chemin Richford, a dit Mme Tessier. «On analyse la demande», a-t-elle dit. «Il n'y a aucun échéancier», a-t-elle ajouté.

La municipalité songe à mettre en branle son plan B dans l'éventualité où le MTQ refuse de reprendre à son compte le dernier kilomètre du chemin Richford. Elle enlèvera l'asphalte. «On va tout grinder et le laisser en chemin de terre. Ça nous coûterait environ 9000$, 10 000$», a dit M. Lévesque.

Les données de l'Agence des services frontaliers du Canada font état de l'entrée de 11 131 voyageurs au Canada par le poste de East Pinnacle, entre le 1er avril 2015 et le 31 mars 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer