Rue Léger : les citoyens prêts à aller jusqu'au bout

Les résidants de la rue Léger souhaitent bloquer... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les résidants de la rue Léger souhaitent bloquer le projet lors du registre, même si cela implique que certains d'entre eux, qui attendent le prolongement des réseaux d'aqueduc et d'égout, pourraient être privés de ces travaux. Plus de 1200 signatures au registre seront nécessaires pour inciter le conseil municipal à décréter un référendum ou refaire ses devoirs.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les citoyens de la rue Léger à Granby, opposés à l'aménagement d'une piste multifonctionnelle dans leur rue, sont déterminés à aller jusqu'au bout pour se faire entendre. Et ils souhaitent avoir l'appui de la population lors de l'ouverture d'un registre à l'hôtel de ville les 11 et 12 juillet.

Hattie Dittman lors de son intervention au micro... (Archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Hattie Dittman lors de son intervention au micro pendant la rencontre d'information organisée par la Ville au sujet du projet de la rue Léger.

Archives La Voix de l'Est

Ce registre sera ouvert dans le cadre du règlement d'emprunt de 2,7 millions$ lié à la réalisation des travaux qui, outre l'ajout d'une piste multifonctionnelle, prévoient l'aménagement des services d'aqueduc et d'égout sur un segment de la rue (de Côté à Palmer-Cox, incluant la rue Benoit) et la réalisation de travaux de voirie sur un autre (de King à Côté).

«On va essayer de sensibiliser la population en général. Les gens sont optimistes. On croit qu'on va réussir», a affirmé mardi Hattie Dittman. Celle-ci a rencontré La Voix de l'Est avec deux autres résidants de la rue Léger, David Beaudin et Brigitte Gagnon.

Lundi soir, une vingtaine de résidants se sont réunis au parc Brunet pour décider des actions qu'ils poseront au cours des prochaines semaines. Ces actions ne sont pas détaillées pour le moment. Mais, selon le trio rencontré, la mobilisation demeure aussi forte.

La semaine dernière, les résidants de la rue Léger ont participé massivement aux rencontres d'information organisées par la Ville au sujet de ce projet. Ils ont répété à cette occasion, avec moult arguments, qu'ils ne comprenaient pas le bien-fondé de l'ajout d'une piste multifonctionnelle - dont les coûts d'aménagement sont estimés à 170 000 $ - dans leur rue. Cette piste doit être semblable à celle de la rue Drummond, avec une bande de béton et une bande gazonnée pour séparer les marcheurs, coureurs et cyclistes des automobilistes.

Actions juridiques

Les résidants souhaitent bloquer le projet lors du registre, même si cela implique que certains d'entre eux, qui attendent le prolongement des réseaux d'aqueduc et d'égout, pourraient être privés de ces travaux. Plus de 1200 signatures au registre seront nécessaires pour inciter le conseil municipal à décréter un référendum ou refaire ses devoirs.

David Beaudin précise que les résidants ne sont pas contre l'aménagement d'un réseau local de pistes multifonctionnelles. «C'est la façon dont c'est amené...», déplore-t-il.

Les réponses de la Ville au sujet de leurs préoccupations sur les notions de sécurité et le degré d'inclinaison de la pente dans leur rue ne les ont pas convaincus. Aussi, ils ne veulent pas se retrouver avec un bout de piste multifonctionnelle sans être sûrs qu'il sera lié à court terme à d'autres segments.

Dans les circonstances, le recours à une action juridique pourrait-il être envisagé?

«On aimerait mieux être écoutés et arriver à une entente. Mais s'il faut prendre des moyens légaux pour faire entendre le gros bon sens, peut-être qu'on n'aura pas le choix», dit David Beaudin.

«On va se tenir et aller jusqu'au bout. On est les employeurs de ces gens-là (les élus) jusqu'en 2017», ajoute Hattie Dittman.

Si des conseillers municipaux se font discrets sur... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Si des conseillers municipaux se font discrets sur le dossier de la rue Léger, d'autres se prononcent d'emblée en faveur d'un réseau local qui permettrait une plus grande mobilité active et défendent le choix des rues ciblées. 

Archives La Voix de l'Est

Des conseillers à la défense du projet

Si des conseillers municipaux de Granby se font discrets sur le dossier de la rue Léger, où l'aménagement d'une piste multifonctionnelle est contesté, certains d'entre eux se prononcent d'emblée en faveur d'un réseau local qui permettrait une plus grande mobilité active sur le territoire et défendent le choix des rues ciblées.

Chose certaine, ils devront tous clairement afficher leurs couleurs lors de la prochaine séance régulière du conseil, le lundi 4 juillet. Car un règlement d'emprunt de 2,7 millions$ sera adopté pour la réalisation des travaux. De ce montant, une enveloppe de 170 000$ est allouée à l'ajout d'une piste multifonctionnelle.

Un avis de motion en ce sens a été déposé mardi matin, lors d'une séance extraordinaire du conseil. Dans la foulée, un registre sera ouvert à l'hôtel de ville les 11 et 12 juillet.

«On a beaucoup discuté. Là, c'est le temps de trancher. Et c'est ce que le conseil va faire d'un côté ou de l'autre le 4 juillet. On va vivre avec la décision», a déclaré le maire Pasca Bonin aux médias au terme de la séance.

Parmi les conseillers municipaux contactés par La Voix de l'Est, Robert Vincent et Denyse Tremblay (voir encadré) n'ont pas voulu se prononcer sur le dossier. «On va attendre le vote. Vous pourrez voir ma position là-dessus à ce moment-là», a éludé M. Vincent.

Jean-Luc Nappert, lui, se dit en faveur d'un réseau de pistes multifonctionnelles à Granby, mais il a l'intention de préciser davantage sa pensée lorsque ce point sera traité le 4 juillet.

Analysé

«Si on regarde le bien-être de la collectivité, il faut aller de l'avant, malgré l'opposition. Quand on voit le plan, on ne peut pas dire que la rue Léger n'a pas de sens. Elle va éventuellement être connectée à la rue Simonds Sud et à la piste cyclable par la rue Dorchester. C'est un axe nord-sud très clair», estime pour sa part Éric Duchesneau.

Michel Mailhot et Julie Bourdon abondent dans le même sens. M. Mailhot souligne en outre qu'il serait plus facile de relier la piste multifonctionnelle à l'Estriade à partir de la rue Léger qu'à partir de la rue Saint-Charles Sud. «On l'a étudié (le choix de la rue Léger). On ne l'a pas sorti de nulle part», affirme-t-il.

M. Mailhot, dont la propriété est située rue Bourget, une des rues visées pour l'aménagement d'un tronçon du réseau local, dit même avoir «hâte» d'avoir une piste multifonctionnelle devant chez lui. «La mentalité n'est pas encore là, mais au fur et à mesure qu'on va en faire, les gens vont s'habituer», croit Michel Mailhot.

Jocelyn Dupuis, Stéphane Giard et Robert Riel plaident tous en faveur de l'aménagement d'un réseau local destiné à favoriser l'utilisation de moyens de déplacement autres que l'automobile.

«Comme dans bien des projets, il y a des gens en désaccord. Mais je crois que c'est une question de vision et d'avenir», soutient Stéphane Giard.

Joël Desmarais n'a pas rappelé La Voix de l'Est.

Denyse Tremblay a préféré ne pas commenter le... (Archives La Voix de l'Est) - image 3.0

Agrandir

Denyse Tremblay a préféré ne pas commenter le dossier de la rue Léger.

Archives La Voix de l'Est

Des airs de déjà-vu

L'opposition des citoyens de la rue Léger à Granby à l'aménagement d'une piste multifonctionnelle dans leur rue a des airs de déjà-vu pour la conseillère municipale Denyse Tremblay.

Les résidants du boulevard de l'Estrie, où elle habite, ont multiplié les actions à une époque, allant jusqu'à déposer une demande d'injonction en 2010 pour empêcher la Ville d'aménager un lien cyclable entre le parc Daniel-Johnson et le Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin pour relier la Granbyenne. Le lien a finalement été réalisé rue Drummond.

La principale intéressée est cependant peu loquace. Mme Tremblay a préféré ne pas commenter le dossier de la rue Léger. «Ce sont deux dossiers différents, a-t-elle dit. Nous, c'était pour relier la Route verte du Québec, pas une piste multifonctionnelle locale.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer