Sutton: le rêve prend son envol

Les organisateurs en ont mis plein la vue... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les organisateurs en ont mis plein la vue aux invités avec des performances enlevantes de deux artistes de cirque.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sutton) Le parc culturel et la résidence d'artistes D'Arts et de rêves ont été inaugurés en grand, samedi après-midi à Sutton, sous un chaud soleil rendant le temps idéal pour le lancement.

Les organisateurs en ont mis plein la vue aux invités, avec des performances enlevantes de deux artistes de cirque.

Le parc, un lieu idyllique de sept acres où coule paisiblement un petit ruisseau, inspirera certainement la création et la paix. Les sentiers rappellent les paysages bucoliques des Alpes suisses. Il sera ouvert gratuitement au public à longueur d'année.

«Un an et trois mois à penser, à rêver cet endroit... et regardez où nous sommes rendus aujourd'hui», a lancé l'une des responsables du projet, Nicole Côté, visiblement fière du résultat. Son mari Henri Lamoureux et sa nièce, Joanie Leroux-Côté, l'ont accompagnée dans l'aventure.

Plusieurs personnalités étaient présentes pour l'occasion. Clément Richard, ancien ministre de la Culture sous René Lévesque, s'est chargé de l'animation, tandis que la directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil, était la présidente d'honneur.

«C'est un projet unique et important pour le développement culturel», a indiqué M. Richard.

«Je suis impressionnée des valeurs très modernes véhiculées ici, a affirmé pour sa part Mme Bondil. Ce sera un lieu remarquable et rassembleur. Vous pouvez compter sur le Musée des beaux-arts pour aider à décorer le parc.»

Résidences

Les résidences, qui ne sont pas encore complétées à 100%, commenceront à accueillir des artistes à partir de septembre.

Les artistes, qui y vivront deux à la fois pour une période de six semaines, peuvent faire parvenir leur dossier de candidature pour être acceptés. «Ils devront faire valoir leur projet devant un jury de sélection, mentionne Nicole Côté. On espère accueillir des artistes d'ici, mais aussi d'ailleurs dans le monde.»

Chacun aura sa chambre, en plus d'avoir accès aux espaces communs, comme la salle de bain et la cuisine.

Trois types d'activités se dérouleront dans la résidence: la très large catégorie des arts visuels (peinture, sculpture, photographie, etc.), les arts du cirque, ainsi que la littérature.

Améliorations

«Pourquoi ce projet?, questionne Nicole Côté. Parce que les arts sont essentiels à la vie. Ça mène tout droit au bonheur, ça fait réfléchir. Un parc comme ça ajoute à la culture. Des sculptures seront ajoutées au fil du temps, ça sera toujours en constante amélioration.»

Pour ces améliorations, Mme Côté et son équipe se sont fixé un objectif: recueillir 50 000$ auprès du public. «On a encore des travaux importants à faire pour rendre ça plus accessible, plus agréable», explique la dame, ajoutant qu'il s'agit d'un projet échelonné sur cinq ans.

Elle pense également à un amphithéâtre à ciel ouvert de 350 places pour accueillir les arts du cirque, qui pourrait être ajouté d'ici cinq ans.

Son mari, Henri Lamoureux, est fier de la réalisation collective. «Ce projet écoculturel en plein coeur de la ville de Sutton est possible grâce à l'effort collectif et à la solidarité des gens et des bénévoles, lance-t-il. C'est un beau legs pour les générations futures.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer