Sécurité sur la 112: Saint-Césaire passe à l'action

Le sondage mené en ligne entre le 11 mai... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le sondage mené en ligne entre le 11 mai et le 7 juin dévoile que 56,4% des 162 répondants affirmaient avoir expérimenté au moins un «quasi-accident» dans la dernière année en traversant la route 112 à Saint-Césaire.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) Après de nombreuses semaines d'attente, des représentants de Saint-Césaire ont finalement rencontré leurs homologues du ministère des Transports, jeudi. La problématique de la vitesse et de la sécurité routière sur la route 112, notamment à l'intersection avec les rues Bouthillier et de Vimy, a été abordée.

Saint-Césaire a pu profiter de cette réunion pour réclamer la pose de blocs Jersey - une mesure temporaire pour ralentir la vitesse - et l'installation d'une traverse piétonnière avec arrêt obligatoire ou un feu de circulation, comme solution à long terme.

Québec a cependant freiné les ardeurs de la Ville quant à sa participation.

«Ils vont nous permettre d'aménager un passage piétonnier avec un arrêt, mais on ne peut pas installer de lumière, confirme le maire Guy Benjamin, déçu, mais pas surpris. Et c'est la Ville qui doit prendre en charge le projet, car ils n'ont pas d'argent.»

Ce faisant, le conseil municipal devra se concerter sur les avenues à emprunter pour tenter de sécuriser l'intersection. La possibilité d'installer un trottoir sur la rue de Vimy et empiétant sur la rue Principale pourrait être envisagée.Transport scolaire

Entre temps, la municipalité avait entrepris des démarches auprès de la Commission scolaire des Hautes-Rivières. Une rencontre entre les deux instances a eu lieu la semaine dernière.

Lors de la séance publique du conseil, mardi soir, les élus ont adopté une résolution pour demander à la commission scolaire d'évaluer la possibilité d'offrir gratuitement le transport scolaire aux écoliers de l'école St-Vincent et de la polyvalente Paul-Germain-Ostiguy demeurant au nord de la route 112.

«Des motifs de sécurité doivent être sérieusement réexaminés dans l'organisation du transport scolaire», indique la municipalité, qui souhaite que la zone concernée soit «qualifiée à haut risque».

Un feu piétonnier réclamé

La Césairoise Nancy Beauregard, co-instigatrice de la pétition de 437 signatures et du mouvement «Sécurité piétonnière à Saint-Césaire : j'y participe !», a déposé mardi soir, à la séance du conseil, un mémoire d'une vingtaine de pages compilant les résultats du sondage tenu en ligne entre le 11 mai et le 7 juin derniers.

Dans le document, dont La Voix de l'Est a obtenu copie, on apprend que 56,4 % des 162 répondants affirmaient avoir expérimenté au moins un «quasi-accident» dans la dernière année en traversant la route 112. Environ 40 % des personnes sondées choisissent pour leur part de traverser ailleurs qu'aux traverses balisées, et ce, à leurs risques et périls.

Un répondant sur trois ignore également où se trouvent les corridors scolaires de Saint-Césaire puisque ceux-ci sont mal identifiés. Pour cette raison, 70 % des répondants demandent un meilleur affichage des corridors, par panneaux ou marquage.

L'installation d'un feu piétonnier à l'intersection de la 112 avec les rues de Vimy et Bouthillier demeure la solution prisée par le plus grand nombre de répondants (85,2 %).

Recommandations

Le comité citoyen formule en fin de mémoire quatre recommandations. Les deux premières suggèrent l'adoption par le conseil municipal d'une résolution visant à établir une stratégie de négociation à déployer d'ici la prochaine rentrée scolaire auprès du ministère des Transports pour obtenir des mesures permanentes et temporaires aux traverses piétonnières de la route 112.

On propose ensuite l'adoption et le déploiement d'un plan d'action permettant de mieux identifier les corridors scolaires, et ce, toujours d'ici la rentrée.

Enfin, l'adoption d'une approche municipale intégrée en matière de transports actifs et de saines habitudes de vie, conjointement avec le CLSC du Haut-Richelieu-Rouville, est réclamée.

Le mémoire a également été soumis à la Direction de la Santé publique de la Montérégie, au ministère des Transports et à la députée d'Iberville, Claire Samson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer