Délit de fuite envers un cycliste : le chauffard déclaré coupable

Charles Fortin soutenait ne pas avoir remarqué qu'il... (La Voix de l'Est)

Agrandir

Charles Fortin soutenait ne pas avoir remarqué qu'il avait frappé un cycliste à Granby en 2014.

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Charles Fortin a fait preuve d'«aveuglement volontaire» en omettant de s'arrêter après avoir frappé un cycliste à Granby en 2014. Le tribunal n'a pas cru la version de l'accusé selon laquelle il croyait avoir heurté un animal.

Par conséquent, l'homme de 75 ans de Roxton Pond a été trouvé coupable jeudi de délit de fuite causant des lésions corporelles, une infraction passible d'un emprisonnement maximal de cinq ans. Il n'avait pas d'antécédent judiciaire.

M. Fortin reconnaissait être l'auteur de l'accident qui a blessé Pierre Beauregard le 19 août 2014 en soirée. La victime de 43 ans circulait alors sur le 9e rang Ouest en compagnie de son neveu de sept ans. Son corps a roulé sur plusieurs mètres à la suite de l'impact.

Distraction

À son procès, l'accusé a toutefois nié avoir eu connaissance qu'il avait frappé un cycliste. Le temps était nuageux, a-t-il dit, il s'allumait une cigarette et après l'impact, il a regardé dans son rétroviseur gauche plutôt que dans le droit. Il a souligné qu'il n'avait pas cherché à cacher la voiture qu'il a utilisée ce soir-là et qui appartenait à un ami. Il ne l'a pas non plus fait réparer, bien que le phare droit ait été fracassé.

Pour sa défense, Me Pascale Gauthier a plaidé qu'un doute raisonnable existait quant à sa responsabilité civile et criminelle.

La Couronne n'était pas de cet avis. Me Élise Côté-Lebrun a qualifié la version de l'accusé d'«invraisemblable» et rappelé, entre autres, que les cyclistes étaient vêtus de couleurs claires et qu'il était fort improbable qu'ils n'aient pas été remarqués.

Crédibilité

La juge Julie Beauchesne, de la Cour du Québec, s'est rangée à l'avis du ministère public. «La clarté n'était pas en jeu, a dit la magistrate. Les cyclistes étaient visibles et ils étaient deux.» L'accusé, a-t-elle ajouté, n'avait aucun indice qu'il ait pu frapper un cerf de Virginie.

«Il aurait dû prendre la peine d'arrêter et de vérifier. Il n'a fait que regarder dans le miroir opposé à l'impact.» Pour le tribunal, Charles Fortin a refusé de se renseigner pour ne pas connaître la vérité. Il est aussi «peu crédible quand il dit qu'il n'a fait aucune vérification sur le véhicule de son ami».

La juge a également fait remarquer que l'accusé s'était rendu aux autorités 16 heures après avoir appris qu'il était recherché et non sitôt après l'avoir entendu aux nouvelles, tel qu'il l'avait indiqué.

M. Fortin n'a pas réagi à son verdict et les parties ont fixé les observations sur la peine au 29 septembre. Entre-temps, l'accusé reste en liberté. La Voix de l'Est n'a pu joindre Pierre Beauregard, jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer