L'ami des bernaches interpelle Québec

Les activités d'effarouchement des bernaches avec l'utilisation de... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les activités d'effarouchement des bernaches avec l'utilisation de chiens et d'une buse contreviennent aux lois qui visent la protection des animaux, soutient le Granbyen Marc Fournier, qui milite depuis quelques années pour que les oiseaux migrateurs aient accès à un plus grand espace au parc Daniel-Johnson.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les activités d'effarouchement des bernaches avec l'aide de chiens et d'une buse au parc Daniel-Johnson à Granby contreviennent-elles aux lois qui visent la protection des animaux? C'est ce que soutient le Granbyen Marc Fournier. Il a récemment dénoncé la situation à Québec, par la voix de son avocat, auprès de deux ministères.

Marc Fournier, qui milite depuis plusieurs années à Granby afin que les bernaches aient accès à plus d'espace au parc Daniel-Johnson, a interpellé le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) ainsi que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Le Granbyen, surnommé l'ami des bernaches, s'élève contre les activités d'effarouchement des oiseaux migrateurs réalisées depuis quelques semaines au parc par la firme GPF Gestion de la faune.

«Notre client est notamment d'avis que cette façon de faire est inadmissible et contrevient à la récente Loi visant l'amélioration de la situation juridique de l'animal (NDLR: Loi sur le bien-être et la sécurité de l'animal) ainsi qu'à la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune (LVASJA)», peut-on lire dans la plainte rédigée par l'avocat Éric Cloutier, dont La Voix de l'Est a obtenu copie.

Me Cloutier soutient entre autres que l'article 1, alinéa 2, de la LVASJA prévoit qu'est considéré «comme domestique un animal qui vit auprès d'un humain pour des fins d'agrément». «Les ornithologues conviendront que les oiseaux du lac Boivin rencontrent cette condition», relève l'avocat granbyen. «Cette loi prévoit qu'il est interdit de poser des gestes susceptibles de mettre un animal en détresse, notamment de l'exposer à des conditions qui lui causent une anxiété et une souffrance excessive», précise-t-il également dans sa correspondance.

Rien d'illégal

Une bernache n'est pas un animal de compagnie au sens de la nouvelle Loi visant l'amélioration de la situation juridique du Québec, a toutefois fait valoir mercredi la directrice adjointe aux affaires juridiques à la Ville de Granby, Me Marlène Painchaud.

Ce qu'a confirmé le relationniste au MAPAQ, Yohan Dallaire Boily. «Les bernaches ne font pas partie des animaux cités dans la nouvelle loi», a-t-il relevé.

La bernache d'Amérique étant une espèce sauvage, elle relèverait davantage du ministère de la Faune, voire du gouvernement fédéral, a avancé le relationniste.

Marlène Painchaud précise par ailleurs que la Ville de Granby a octroyé un contrat à «une firme sérieuse (GPF Gestion de la Faune) qui détient tous les permis nécessaires émis par Environnement Canada». «C'est quelque chose qui est permis dans la loi. Donc, au départ, ce n'est pas quelque chose d'illégal. (...) Quant à nous, il n'y a pas de fondements à la plainte de M. Fournier», ajoute Me Painchaud.

Selon elle, la Ville a l'intention de faire valoir son point au MAPAQ. Le porte-parole de ce dernier a, pour sa part, refusé de commenter de façon précise la lettre de M. Fournier, mais il a assuré qu'une suite lui sera donnée, selon si le ministère est concerné ou pas.

GPF Gestion de la Faune ne réalise pas ce type d'activités d'effarouchement de bernaches qu'à Granby. L'entreprise est aussi active à Magog et à Rosemère, entre autres, a affirmé le copropriétaire de l'entreprise, Marc-André Fortin.

Au cours des dernières années, la Ville de Granby a mis de l'avant plusieurs mesures pour inciter les bernaches à s'installer ailleurs. Mais les résultats n'ont pas été suffisamment concluants, de sorte que la salubrité liée aux fientes des oiseaux migrateurs demeurait une problématique importante au parc. D'où le recours à cette nouvelle méthode.

Il a été impossible d'obtenir un son de cloche du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer