Rue Léger: «On n'a rien demandé de ça»

Les citoyens de la rue Léger se sont... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les citoyens de la rue Léger se sont succédé au micro pour faire connaître leur opposition au projet d'aménagement d'une piste multifonctionnelle.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby n'a pas réussi à faire l'unanimité autour du projet d'aménagement d'une piste multifonctionnelle rue Léger, mardi soir, alors que se déroulait la première des deux assemblées publiques de consultation, prévues pour les résidants concernés par les travaux. Ceux-ci ont continué à s'opposer avec force à l'ajout de cette infrastructure dans leur rue.

«On n'a rien demandé de ça et vous nous l'imposez», a dénoncé un citoyen à quelques reprises au cours de la soirée.

Les résidants ont exprimé leur refus sur tous les tons et avec différents arguments durant plus de deux heures et demie. L'assemblée publique de consultation n'était d'ailleurs pas terminée lorsque la représentante de La Voix de l'Est a dû quitter pour écrire.

Mais ils avaient fort à faire, car le maire, Pascal Bonin, est, pour sa part, convaincu du bien-fondé de l'aménagement d'un réseau de pistes multifonctionnelles.

«Je pense sincèrement que c'est la chose à faire parce que la plupart des plaintes des citoyens portent sur la vitesse dans les rues et la sécurité. (...) Là, on a une occasion qui s'offre à nous pour que les enfants d'aujourd'hui et de demain soient en sécurité. C'est ma priorité numéro un. Je n'ai pas l'intention de rebrousser mon chemin. J'ai fait mes devoirs et j'aurais l'impression de manquer mon coup», a-t-il lancé.

Les modes de transport sont aussi en transformation, note le maire Bonin, et l'aménagement de voies cyclables est, à ses yeux, appelé à s'accélérer au cours des prochaines décennies.

Ailleurs

Mais s'il n'en tient qu'aux résidants de la rue Léger, le réseau cyclable se déploiera ailleurs que dans leur rue. L'importance de la pente dont l'artère est pourvue fait à elle seule en sorte qu'il est inconcevable d'y aménager une piste multifonctionnelle, ont répété plusieurs d'entre eux.

Quelques rares résidants, de jeunes parents notamment, ont bien tenté de se prononcer en faveur du projet, mais comme ils habitaient des rues environnantes, ils n'ont pas semblé émouvoir la majorité de la salle, hostile au projet.

Concerné par les travaux, Richard Rainville a pour sa part dit trouver le projet «très bien» et a avancé que l'évaluation municipale des propriétés pourrait augmenter. Son intervention a toutefois fait réagir une citoyenne, Hattie Dittman. «Vous êtes de Gaz Propane Rainville (NDLR: il est un des copropriétaires)? Vous êtes l'ami de M. Bonin. C'est pour ça que vos tanks sont encore sur la rue Saint-Charles», a-t-elle lancé.

La soirée a ainsi été houleuse par moment. À d'autres occasions, c'est toutefois le maire Bonin qui a réagi, comme lorsqu'une autre résidante de la rue Léger, Suzette Lapierre, a affirmé avoir un «haut-le-coeur» lorsqu'elle voit la piste multifonctionnelle de la rue Drummond.

«Vous n'êtes pas de votre époque madame», a-t-il laissé tomber, suscitant aussitôt les protestations de l'assistance.

Réseau global

Au début de la rencontre, le directeur des services techniques de la Ville, Gabriel Bruneau, a notamment présenté le plan global de mobilité active appelé à se déployer dans la Ville au cours des prochaines années. En vertu de celui-ci, un réseau «utilitaire» de pistes multifonctionnelles sera aménagé dans certaines artères, telles Simonds Sud, Léger, Bourget Ouest, Saint-Hubert, Robitaille et Mountain, pour permettre de se «greffer au réseau récréotouristique» (Estriade, Granbyenne, etc.).

L'ajout des pistes multifonctionnelles s'effectuera lorsque des travaux de voirie ou de prolongement de réseau d'égout et d'aqueduc, comme c'est le cas dans la rue Léger, s'imposeront. «Faites les égouts, l'aqueduc, et pavez la rue, mais le reste du projet, on n'en veut pas», a lancé Hattie Dittman. Selon les résidants, la cohabitation des marcheurs, cyclistes, coureurs et automobilistes est déjà harmonieuse.

Les coûts totaux du projet de la rue Léger sont évalués à 2,7 millions, dont 71% de la facture serait assumée par la Ville. Détail: celle-ci défraie 100% des 170 000$ nécessaires pour l'ajout de la piste multifonctionnelle. Le reste de la facture est assumée par les citoyens riverains qui profiteront de l'ajout des nouveaux services d'aqueduc et d'égout.

Une pétition comptant 210 signatures de citoyens opposés au projet de la piste multifonctionnelle dans la rue Léger a été déposée mardi. Le conseil municipal a en outre été invité à se pencher sur un scénario qui permettrait l'aménagement de la piste dans les boisés Miner.

L'exercice devrait se répéter ce mercredi soir, alors qu'une deuxième assemblée publique de consultation est prévue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer