Ferme expérimentale: le fédéral maintient le suspense

L'avenir de la ferme expérimentale n'a toujours pas... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'avenir de la ferme expérimentale n'a toujours pas été déterminé par le gouvernement fédéral.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Ottawa) Le gouvernement fédéral n'a pas encore décidé quel avenir attend la ferme expérimentale de Frelighsburg. Toutes les options sont sur la table, de la relance des activités de recherche à la vente de la propriété.

Les libéraux n'ont pas encore statué sur ce qu'ils entendent faire. «Toutes les options sont ouvertes», a déclaré Jérémy Ghio, conseiller politique pour le Québec du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lawrence MacAuley.

M. Ghio, en entrevue lundi à Ottawa au terme d'une présentation à des élus municipaux de la circonscription de Brome-Missisquoi, a expliqué que le dossier de la ferme expérimentale est à l'étude au ministère. Aucune date limite n'a été ciblée pour rendre une décision, a-t-il dit à La Voix de l'Est.

Le député de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, souhaite que la ferme soit relancée. Il vient de former un comité en ce sens composé de représentants de la municipalité ainsi que de producteurs agricoles du secteur. M. Ghio a indiqué qu'il s'agissait d'une «initiative du député».

Le comité remettra un rapport au ministre MacAuley d'ici quelques semaines. «On espère pouvoir faire une annonce cet été», a dit M. Paradis. Son frère Pierre, ministre de l'Agriculture du Québec, est au diapason avec lui dans ce dossier, affirme-t-il.

Jean Lévesque brûle d'impatience que le gouvernement se fasse une tête dans cette affaire. Le maire de Frelighsburg a réitéré l'intérêt de sa municipalité pour acquérir la propriété de 113 hectares. «On a déposé une proposition pour l'acheter. Elle est encore sur la table», a-t-il dit, déclinant de dévoiler le montant.

La municipalité utilise déjà un des bâtiments comme caserne de pompiers. De locataire, elle aimerait devenir propriétaire pour mettre le bâtiment aux normes.

Le plan de l'administration municipale est de confier le reste du domaine à une coopérative de recherche en agroalimentaire. Quatre secteurs seraient ciblés: la pomiculture, les petits fruits, les vignobles et la foresterie.

Pas de subvention

Lors d'une présentation du ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire lundi à Ottawa, M. Lévesque a interpellé les fonctionnaires sur les programmes de subventions pour des fermes comme celles de Frelighsburg. En existe-t-il pour lesquels la municipalité pourrait formuler une demande, a demandé le maire. Aucune, ont-ils répondu.

Le gouvernement conservateur a annoncé en décembre 2012 qu'il se départait de certaines de ses fermes expérimentales au pays, dont celle de Frelighsburg. La cessation des propriétés visées a été écartée par les autorités politiques; elles tenaient à vendre ses actifs au prix du marché.

En 2014, la valeur de la ferme expérimentale de Frelighsburg était de 679 900 $, soit 468 100 $ pour le terrain et 211 800 $ pour les bâtisses. L'arrivée du Parti libéral au pouvoir en octobre dernier a eu comme effet d'arrêter le processus de vente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer