Cohabitation sécuritaire sur la route : encore du travail à faire

Les policiers de la Sûreté du Québec ont... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les policiers de la Sûreté du Québec ont émis 11 avertissements, samedi, à des cyclistes qui étaient en infraction, principalement parce qu'ils ne roulaient pas à l'extrême droite de la chaussée et qu'ils ne circulaient pas en file.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Venise-en-Québec) Des cyclistes qui roulent au milieu de la voie. D'autres qui sont deux, voire trois, à pédaler côte à côte. Un automobiliste qui commet un excès de vitesse après en avoir dépassé quelques-uns. Le partage de la route n'est pas encore parfait et il reste du chemin à faire, même s'ils sont nombreux à respecter la loi, a pu constater La Voix de l'Est.

À l'occasion de la Journée cycliste du lac Champlain, où plus de 850 cyclistes étaient réunis samedi pour rouler sur l'un des quatre parcours proposés - dont un dans un secteur de la MRC de Brome-Missisquoi -, les policiers de la Sûreté du Québec étaient présents pour assurer la sécurité des usagers et rappeler les règles. Les principales consignes données aux participants avant le départ: rouler à l'extrême droite de la chaussée, dans le sens de la circulation, en file et dans un peloton de 15 personnes maximum.

Les organisateurs de l'événement avaient tout mis en oeuvre pour assurer la sécurité, notamment sur le réseau routier. Des affiches leur rappelant de rouler à la file avaient été installées à différents endroits sur le parcours. «La sécurité, c'est primordial. C'est scruté au peigne fin», affirme Suzanne Chartrand, une des membres de l'organisation.

Infractions

Une fois le coup d'envoi donné, les cyclistes ont emprunté en grand nombre les routes de Venise-en-Québec, en passant par Pike River, Saint-Armand et Bedford. Moins de 15 minutes plus tard, La Voix de l'Est a été témoin de certaines infractions. Un cycliste a même été vu en train de circuler au beau milieu de la route, sur la ligne médiane.

Au total, les policiers ont émis 11 avertissements.

À certains endroits, la cohabitation entre cyclistes et automobilistes n'était pas de tout repos. Le chemin Saint-Armand, une route sinueuse, étroite et vallonneuse, représente ainsi un défi. La visibilité des automobilistes y est réduite en raison des nombreuses côtes et, lorsqu'ils veulent dépasser un cycliste, la situation peut être risquée puisqu'ils ne voient pas si des véhicules arrivent en sens inverse. Ils réduisent leur vitesse et roulent derrière les cyclistes jusqu'à ce que la route leur permette un dépassement.

«Souvent, l'automobiliste sera en infraction parce que ça fait deux ou trois pelotons qu'il dépasse et il est moins patient», indique le sergent Hugo Lizotte, policier à la Sûreté du Québec dans Brome-Missisquoi, qui a participé à l'opération samedi.

C'est exactement ce qui s'est produit à un moment sur le parcours alors qu'un automobiliste a commis un excès de vitesse. Il a reçu une contravention pour ce geste.

La campagne de sensibilisation Partageons la route dans... (Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

La campagne de sensibilisation Partageons la route dans la MRC Brome-Missisquoi sera axée sur les camionneurs et les cyclistes cet été.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Brome-Missisquoi : une 3e campagne de sensibilisation

Les usagers de la route de la MRC de Brome-Missisquoi sont une fois de plus invités à la partager et à être courtois alors que la saison de cyclisme en est à ses premiers coups de pédale. La campagne de prévention sera davantage axée sur le partage entre les cyclistes et les camionneurs cet été.

«C'est une façon de rendre Brome-Missisquoi sécuritaire, affirme Arthur Fauteux, maire de Cowansville et préfet de la MRC Brome-Missisquoi. Le concept de partage est un des fondements de notre société.»

Chacun a un rôle à jouer pour protéger les autres, ajoute-t-il. «Il faut faire attention aux plus vulnérables sur la route», dit M. Fauteux, précisant que le message s'adresse aussi bien aux cyclistes et aux automobilistes qu'aux camionneurs.

La campagne de sensibilisation Partageons la route en est à sa troisième année. Implantée en collaboration avec la MRC, la Sûreté du Québec dans Brome-Missisquoi et le service de police de Bromont, cette dernière porte ses fruits. Aucun événement tragique impliquant un cycliste n'est en effet survenu depuis son lancement.

Contrôle routier Québec s'est joint au projet cette année. Les contrôleurs iront à la rencontre des citoyens pour leur démontrer les dangers qui les guettent à proximité des poids lourds. Grâce à des tapis rouges installés autour du camion, ils sont à même de voir les difficultés visuelles auxquelles sont confrontés les camionneurs en s'assoyant dans leur mastodonte.

«Soyons conscients que les conducteurs ont de la difficulté à vous repérer près des véhicules», résume Jean-François Bromow, directeur du bureau de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Les contrôleurs seront à l'exposition agricole de Bedford, du 11 au 14 août et à celle de Brome, du 2 au 5 septembre.

De leur côté, les agents de la SQ et de la police de Bromont distribueront des dépliants d'information rappelant aux usagers de la route les consignes de base. Aux camionneurs, notamment, on demandera d'ajuster leur vitesse à l'approche d'un cycliste, de surveiller et d'anticiper ses déplacements et de le dépasser en préservant un espace sécuritaire.

La campagne de sensibilisation se traduira également par la diffusion de messages dans des dépliants d'information touristique de Brome-Missisquoi, des bannières qui se promèneront dans la MRC lors de la tenue de diverses activités et par la diffusion dans les médias sociaux.

De mieux en mieux

Les cyclistes constatent que le comportement des automobilistes à leur égard s'est amélioré au cours des dernières années. Mais de part et d'autre, la situation n'est pas encore tout rose.

«Ce n'est pas toujours convivial, estime Céline Chartier, qui participait à la Journée cycliste du lac Champlain. Mais depuis trois, quatre ans, ça s'est amélioré. Mais il y a toujours place à amélioration!»

La cycliste affirme que lorsque les voitures effectuent des dépassements, la manoeuvre peut s'avérer risquée. «Parfois des automobilistes nous klaxonnent quand il n'y a pas d'accotement et qu'on roule sur l'asphalte», rapporte Mme Chartier.

Julie Huard et David Robichaud pratiquent le vélo de route depuis quelques années. Ils disent avoir noté une amélioration depuis leurs débuts. «C'est un sport qui est de plus en plus populaire et les gens sont plus conscientisés. Il y a plus d'annonces qui invitent au partage de la route», dit le cycliste.

Règle générale, les sorties à vélo de Julie Huard se déroulent sans anicroche. «Je trouve que ça va bien. Souvent les automobilistes ralentissent, se tassent», dit-elle.

Malgré tout, il y a encore des infractions qui sont commises, aussi bien par les automobilistes que les cyclistes, disent ceux rencontrés par La Voix de l'Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer