Prolongement de la rue Lauder à Cowansville: des résidants choqués

En marge de l'assemblée, le maire Arthur Fauteux... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

En marge de l'assemblée, le maire Arthur Fauteux a reconnu que le prolongement de la rue Lauder allait avoir pour effet d'accroître le nombre de véhicules sur la rue Church.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le prolongement envisagé de la rue Lauder à Cowansville choque des résidants de la rue Church. Ils craignent que l'ajout d'un nouveau tronçon de 150 mètres augmente de manière significative le nombre d'automobiles sur leur artère.

Quelques résidants ont fait connaître leur mécontentement aux membres du conseil lundi soir lors de leur assemblée ordinaire. Ils disent avoir été pris de vitesse par la Ville, croyant à tort que le projet n'était pas aussi avancé. Ils déplorent par ailleurs le fait que le conseil se servira d'un règlement d'emprunt général pour financer les 418 000$ que coûteront les travaux.

Le mois dernier, le conseil a adopté un règlement d'emprunt de 3 millions de dollars pour payer certains travaux d'infrastructures à venir. Il s'agit, dans le jargon municipal, d'un règlement d'emprunt parapluie, c'est-à-dire qu'il n'est lié à aucun projet précis. Des administrations municipales adoptent ce type d'emprunt pour éviter d'adopter à la pièce un règlement d'emprunt chaque fois qu'elles veulent réaliser un projet.

Une citoyenne y voit un manque de transparence de la Ville. Une autre a indiqué aux conseillers que les citoyens du secteur auraient signé le registre réclamant un référendum s'ils avaient su que le projet de prolongement de la rue Lauder allait être lié au règlement d'emprunt parapluie. «Ce règlement aurait été contesté», a lancé une dame.

La conseillère du quartier, Marie-France Beaudry, a dû se défendre d'avoir mal informé les citoyens lors d'une rencontre de quartier, le 8 mars. Le projet n'était pas prêt, a-t-elle expliqué, mais il avançait, assure-t-elle. «C'est sûr qu'avec la densification de la ville dans le secteur que le projet allait se faire», a-t-elle dit.

En marge de l'assemblée, le maire Arthur Fauteux a reconnu que le prolongement de la rue Lauder allait avoir pour effet d'accroître le nombre de véhicules sur la rue Church. Les résidants de la rue Elisabeth l'emprunteront aussi, a-t-il dit. C'est l'un des effets du développement résidentiel, a-t-il dit, faisant remarquer que la rue Church a été aménagée pour servir de collectrice pour les rues avoisinantes.

Sur le fait que le projet a soudainement débloqué, M. Fauteux l'explique par l'ouverture récente de Central Maine&Quebec Railway à ce que le nouveau segment de la rue Lauder passe sur sa voie ferrée. «Ça fait quelques années qu'on leur en parle, mais ils ne voulaient pas. Ils sont maintenant d'accord. Il nous reste des discussions à avoir avec Transports Canada.»

Pour atténuer les effets de l'augmentation de la circulation sur la rue Church, M. Fauteux a dit que la Ville cherchera des moyens pour s'assurer que les automobilistes respectent la limite de vitesse permise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer