Un Granbyen parmi les leaders de demain

Le Granbyen Dardan Isufi fait partie des 20... (fournie)

Agrandir

Le Granbyen Dardan Isufi fait partie des 20 récipiendaires de la Bourse d'études TD de 70 000$ qui récompense le leadership communautaire. On le voit portant le noeud papillon, à droite du drapeau canadien.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Parce qu'il a exercé un leadership communautaire sans pareil en 2016, un étudiant de Granby obtient une bourse de 70 000$. Entretien avec un jeune homme inspirant.

Dardan Isufi.... (Fournie) - image 1.0

Agrandir

Dardan Isufi.

Fournie

Dardan Isufi fait partie des 20 étudiants de partout au Canada récipiendaires de la Bourse d'études TD. Au Québec, trois lauréats verront leurs droits de scolarité et leurs frais de subsistance payés pendant la durée de leurs études postsecondaires. «On est privilégiés d'avoir grandi dans des milieux socioéconomiques assez aisés», reconnaît l'étudiant de 19 ans. Il compte redonner au suivant. «C'est à nous, maintenant, d'ouvrir la voie à d'autres personnes, ouvrir de nouveaux horizons», dit-il.

Et le Granbyen croit que le changement passe d'abord par l'implication citoyenne. «Tout passe par là. C'est de même qu'on apprend les enjeux et les réalités qui touchent notre société», dit-il. Son engagement personnel s'est notamment traduit par des actions concrètes pour l'environnement. Déjà au secondaire, il fondait le comité du Jour de la Terre et organisait un événement de célébration de la Terre pour les jeunes des environs. Son enthousiasme pour les initiatives vertes ne s'est pas démenti, puisqu'il est toujours impliqué au sein de l'organisme Environnement Jeunesse. «On peut bien se fermer les yeux envers les crises environnementales, commente Dardan Isufi, mais tôt ou tard, elles vont nous rattraper.»

Discours social

En plus d'avoir à coeur le bien-être de la planète, le jeune boursier s'intéresse à la politique. Mais le terme ne plaît pas à Dardan Isufi, qui préfère parler du «vivre ensemble». Élu directeur des affaires internes au collège Dawson, il se charge notamment de résoudre les différends scolaires. «Ce poste m'a permis de mieux comprendre les rouages administratifs de l'école et les intérêts des étudiants», constate-t-il. Il a participé à l'élaboration de divers projets, dont une simulation parlementaire à l'Assemblée nationale.

Lorsqu'on l'interroge sur ce qui le préoccupe le plus lorsqu'il regarde l'actualité aujourd'hui, Dardan Isufi prend un long moment pour réfléchir. «Actuellement, comme humanité, on fait face à la montée du néo-libéralisme un peu partout à travers la planète. Nous, au Québec, on le voit avec les mesures d'austérité ou la rigueur budgétaire. À l'échelle mondiale, les guerres et les conflits interarmées sont une de mes grandes préoccupations», répond-il.

Pas étonnant qu'à son CV déjà impressionnant s'ajoute son engagement dans la protection des droits de la personne à travers le monde. Le Granbyen est en effet membre du conseil d'administration de la section francophone d'Amnistie internationale (AI). Lors de la cérémonie de remise des bourses, mardi à Ottawa, il a pu rencontrer la représentante anglophone de l'organisme. Les deux lauréats comptent collaborer au Conseil national d'AI, dans un an. Dardan Isufi parle d'établir d'éventuelles politiques, «dont le droit à un environnement sain comme un droit fondamental», précise-t-il.

Ouverture d'esprit

Le jeune homme se dit rassembleur et facile d'approche, deux qualités qui lui ont bien servi dans son implication. Encore plus fondamentale, dit-il, il y a l'ouverture d'esprit. «Sans liberté intellectuelle, on ne peut pas avancer. Il faut être ouverts au changement et à des idées nouvelles pour atteindre nos objectifs», lance-t-il avec éloquence.

Le Granbyen souhaite continuer à s'impliquer en étudiant en sciences politiques à l'Université McGill. «J'aimerais ça rester étudiant toute ma vie. Je trouve étrange cette vision technocratique qu'on a de l'éducation, c'est-à-dire étudier pour arriver a une fin», fait-il remarquer. Le jeune homme n'a d'ailleurs pas de futur métier en tête; il voyagera et continuera à parfaire ses apprentissages.

Chaque année, le Groupe Banque TD offre 20 bourses d'études à des finissants du secondaire ou du cégep qui ont fait preuve de leadership dans leur milieu. Au total, 1,4 million$ a été remis. Depuis 1995, la TD a versé plus de 21 millions$ à 420 élèves canadiens pour leurs études postsecondaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer