JEM: controverse autour d'un montant octroyé par Investissement Québec

Le financement des Jeux équestres mondiaux, qui doivent se tenir à Bromont en... (Philippe Millereau / KMSP)

Agrandir

Philippe Millereau / KMSP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Le financement des Jeux équestres mondiaux, qui doivent se tenir à Bromont en 2018, a eu des échos vendredi à l'Assemblée nationale à la suite du dépôt du rapport de la vérificatrice générale. Une irrégularité concernant l'allocation au comité organisateur de l'événement (COJEM) d'une somme de six millions de dollars est au coeur de la controverse.

«Une autre tuile tombe sur la tête du gouvernement libéral. La Vérificatrice générale nous révèle que le gouvernement s'est ingéré dans le fonds propre d'Investissement Québec pour imposer un cautionnement de six millions de dollars pour les Jeux équestres mondiaux, c'est trois fois plus que la norme permise. (...) Alors, le gouvernement libéral, qui a tordu le bras à Investissement Québec pour réaliser ce prêt-là?», a lancé en Chambre le député péquiste de Sanguinet, Alain Therrien.

De son côté, la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, a fait valoir que le gouvernement allait tenir compte des 10 recommandations formulées par la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc.

Dans son rapport, celle-ci a souligné qu'une lettre de cautionnement de six millions de dollars a été produite par Investissement Québec (IQ), en mars dernier, «en faveur du COJEM dans le cadre de ses propres interventions financières. Or, une telle forme d'intervention ne correspond pas à ce que réalise habituellement IQ à même ses capitaux propres. L'urgence de répondre aux besoins du COJEM a été évoquée. Nous nous serions donc attendus à ce qu'un décret soit obtenu afin de confirmer la volonté gouvernementale de participer à ce projet à même le FDE [Fonds de développement économique]», peut-on lire dans le document.

Toujours selon le rapport de la vérificatrice générale, «le COJEM a sollicité le gouvernement pour bénéficier de ce programme et obtenir une garantie de prêt. Un avis favorable du ministère du Tourisme a été émis le 19 septembre 2014. Toutefois, la somme demandée excédait le montant maximum pouvant être alloué par ce programme (deux millions de dollars).»

Mme Leclerc a également souligné que les membres du conseil d'administration d'Investissement Québec ont exprimé lors de réunions un «grave inconfort» à propos de cette «intervention financière» anormale.

Tous les détails dans La Voix de l'Est de samedi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer