Les producteurs laitiers manifestent à Ottawa

Une cinquantaine de producteurs laitiers sont partis de... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une cinquantaine de producteurs laitiers sont partis de Granby en autobus en direction d'Ottawa pour manifester aux côtés de leurs confrères des quatre coins de la province.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Les producteurs laitiers de la région se sont fait entendre, jeudi, en joignant leur voix à celle de leurs collègues des quatre coins de la province à Ottawa afin d'inciter le gouvernement fédéral à mettre un frein à l'importation de lait diafiltré américain. Les importations entraînent non seulement la perte de revenus, mais elles pourraient aussi mener à la disparition de certaines fermes, soutiennent-ils.

«C'est parce que ma fille est là sinon je pense que j'abandonnerais», confie Daniel Meunier, propriétaire d'une femme laitière familiale à Brigham. Sa fille Patricia a joint les rangs de l'entreprise il y a deux ans. Malgré les pertes financières occasionnées par la diminution du prix du lait, qui est provoquée par l'importation de lait diafiltré en provenance des États-Unis, il continue pour sa fille.

«On a de la difficulté à couvrir notre coût de production avec la diminution du prix, ajoute-t-il. On ne peut pas continuer comme ça indéfiniment. L'an passé on a perdu autour de 20 000 $. Ça fait plus d'un an que ça dure. Si rien ne se fait, il va falloir prendre des décisions qu'on n'a pas envie de prendre.»

«C'est sûr que c'est difficile d'arriver, renchérit sa fille, véritablement passionnée par son métier. C'est un mode de vie. Je suis née là-dedans. C'est une passion. Je ne me vois pas faire autre chose.»

Le duo père-fille faisait partie d'une cinquantaine de producteurs laitiers qui sont montés à bord d'un autobus à Granby en direction d'Ottawa où des milliers d'agriculteurs ont manifesté. Des producteurs prenaient aussi la route à partir de Saint-Césaire. «On s'en va à Ottawa pour que le gouvernement prenne ses responsabilités», fait valoir Robert Beaudry, producteur laitier et administrateur au syndicat du lait Montérégie-Est.

 

Gestion de l'offre menacée

Les producteurs laitiers affirment que l'achat de lait diafiltré américain par les transformateurs canadiens, notamment de l'industrie du fromage et du yogourt, est en forte croissance depuis quelques années. L'importation de ces concentrés liquides menace le système de gestion de l'offre de l'industrie, ce qui a inévitablement un impact sur les revenus des agriculteurs, soulèvent-ils.

Pour une ferme de taille moyenne, les pertes sont estimées entre 30 000 $ et 40 000 $ par année. Ces gains en moins fragilisent encore plus la situation des jeunes producteurs qui ont souvent des engagements monétaires importants, mais qui n'ont plus les revenus pour les honorer, affirme M. Beaudry. 

«Cet argent-là n'est pas là pour l'ensemble de la société. C'est des gens par ici qu'on ne fait pas travailler, dit-il. On est 600 producteurs en Montérégie-Est. C'est beaucoup de monde qui fait marcher l'économie. Il ne faut pas oublier que l'agriculture c'est une grosse section économique. On l'oublie souvent. Mais on en a besoin parce que quand les producteurs ont de l'argent, ils améliorent le confort de leurs animaux, ils améliorent leur entreprise et cet argent-là est réinvesti dans la région.»

«C'est un enjeu monétaire, renchérit Samuel Racine, un producteur laitier de Brigham, également administrateur au syndicat du lait Montérégie-Est. On a perdu dans la dernière année 20 000 $. On est encore rentable, mais si ce n'est pas réglé, c'est sûr que ça n'ira jamais en s'améliorant. C'est plus dur ces temps-ci de penser à des investissements quand on n'est pas sûr pour notre prix.»

Les producteurs espèrent que le gouvernement agira sans tarder dans ce dossier avant que des fermes ne disparaissent. «On est tous forts et unis. On a tous le même message à apporter au gouvernement. Il faut qu'il bouge parce que c'est la survie de nos fermes, surtout les plus petites, qui est en jeu», affirme

Le député de Shefford à la défense des producteurs

Le gouvernement fédéral est déterminé à trouver des solutions pour le secteur laitier et continuera à défendre la gestion de l'offre, assure le député de Shefford, Pierre Breton.

Par voie de communiqué, il a réitéré que ses collègues et lui travaillent à résoudre le plus rapidement possible l'enjeu du lait diafiltré. Pierre Breton dit travailler en étroite collaboration avec les producteurs laitiers du Québec et l'UPA afin de soutenir le gouvernement et l'industrie à faire des investissements stratégiques.

Il a d'ailleurs rencontré des producteurs de la circonscription de Shefford au cours des dernières semaines en compagnie du Secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture, le député Jean-Claude Poissant, dans le but de trouver des solutions viables et durables au sujet du lait diafiltré, fait-il savoir dans le communiqué.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer