Cowansville: des parcomètres pour financer des projets

Le maire de Cowansville, Arthur Fauteux, la directrice... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Cowansville, Arthur Fauteux, la directrice générale de la Chambre de commerce de Cowansville et région, Cathy Bernard, et Olivier Ricard, directeur du service de l'aménagement urbain et de l'environnement, ont annoncé la création du stationnement à réinvestissement local, basé sur l'initiative américaine de Parking Benefit District. Les recettes des parcomètres seront réinvesties dans des projets au centre-ville.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) L'argent qui sera inséré dans les parcomètres du centre-ville de Cowansville sera réinvesti dans le centre-ville. Le maire Arthur Fauteux et le directeur du service de l'aménagement urbain et de l'environnement, Olivier Ricard, ont annoncé mardi la mise en place du projet de stationnement à réinvestissement local, connu aux États-Unis sous le nom de Parking Benefit District.

«On n'est pas peu fiers d'une initiative de cette nature, a lancé M. Fauteux, en début de conférence de presse. C'est non seulement une première dans la région, mais c'est aussi une première au Québec. C'est tellement nouveau que l'Office québécois de la langue française ne savait pas quoi faire avec le terme anglophone!»

De fait, l'expression «stationnement à réinvestissement local» sera intégrée, dans les prochains jours, dans le Grand dictionnaire terminologique de l'OLF après qu'un terminologue se fut penché sur la traduction de Parking Benefit District, à la demande de Cowansville.

Le seul autre projet qui lui ressemble est le Fonds de dynamisation des artères commerciales, aussi connu sous le nom de Fonds des parcomètres, créé dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal. Une partie des recettes des parcomètres est redistribuée aux commerçants par les sociétés de développement commercial (SDC) et les associations commerciales.

Dans le cas de Cowansville, on parle plutôt de 100% des recettes qui seront réinvesties. Ce qui les différencie également est que le fonds est géré par la municipalité et non distribué aux SDC et associations de commerçants et que le Plateau-Mont-Royal a augmenté les tarifs des parcomètres pour générer ces fonds, ce qui ne sera pas le cas à Cowansville, soutient Olivier Ricard. Enfin, contrairement à l'arrondissement montréalais, il faudra que les projets soient des aménagements physiques.

Financer la revitalisation

Chaque fois qu'un automobiliste glisse une pièce de monnaie dans un parcomètre, l'argent sera versé dans un fonds qui sera réinvesti dans le centre-ville, et uniquement dans cette zone. «C'est ça, le génie de cette initiative-là, ajoute le maire. Ce que je trouve doublement intéressant, c'est qu'on va le faire avec la participation des commerçants et avec leurs idées.»

Pour ce faire, les commerçants du centre-ville seront tous invités à une rencontre avec la municipalité pour mettre en commun leurs idées. Par la suite, les gens de la Ville cogiteront pour déterminer combien coûteraient ces projets. «Tout le monde est un peu rêveur, observe M. Ricard. Si le projet retenu coûte 30 000$ et que je n'ai que 15 000$ dans le fonds de stationnement, je suis 15 000$ dans le trou.»

Un projet porteur qui profitera à l'ensemble des commerçants sera ensuite choisi. L'argent de 2016 pourrait être utilisé en 2017.

Des opportunités

Les occasions ne manquent pas et «ce ne sera pas la Ville qui va décider, ce sera vous, les commerçants, a repris Olivier Ricard, devant une poignée de commerçants venus entendre la nouvelle. À la Ville, on est dans nos bureaux une partie de la journée, mais vous êtes là pratiquement tous les jours, matins et soirs.»

Les parcomètres permettent d'amasser en moyenne 16 000$ par année. Les commerçants pourront choisir de mettre de côté cet argent pendant deux ou trois ans pour réaliser un projet plus important.

Aux États-Unis, cette initiative a permis de réaliser des aménagements urbains, d'installer du mobilier comme des bancs de parc, de construire de nouveaux trottoirs et de faire des installations éphémères et estivales. Certaines villes américaines ont revalorisé les arbres qui avaient été coupés dans l'année, aménagé de nouvelles pistes cyclables ou encore de nouvelles places de stationnement.

La nouvelle a fait le bonheur de la Chambre de commerce de Cowansville et région. «C'est une super bonne nouvelle, a commenté la directrice générale, Cathy Bernard. Ça entre en plein dans nos visions. On a un comité avec des gens d'affaires pour revaloriser le centre-ville. La Chambre est excessivement fière. Il y a plein de belles choses à faire.»

Le problème des parcomètres trop souvent défectueux a été soulevé par des commerçants. M. Ricard a assuré qu'il se pencherait sur la situation pour trouver une solution.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer