Sentence de travaux pour un «escroc de la réno» de Saint-Césaire

Selon Radio-Canada, qui l'a rencontré en 2015, Stéphane... (Ici Radio-Canada)

Agrandir

Selon Radio-Canada, qui l'a rencontré en 2015, Stéphane Roberge utilise différents stratagèmes pour ne pas payer ses fournisseurs et sous-traitants.

Ici Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Un entrepreneur de Saint-Césaire a été condamné par le tribunal à la suite de différentes accusations de fraude, et il n'en a pas fini avec la justice.

Propriétaire de Tourbe SR et de Gaélix, Stéphane Roberge avait plaidé coupable l'an dernier à 12 chefs d'accusation de fraude, de fabrication et d'usage de faux documents, au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu. Selon Le Journal de Chambly, il avait contrefait des bons de commande de matériaux de construction à la quincaillerie BMR de cette municipalité.

Les transactions analysées par la cour totalisaient 970$. La majorité de cette somme a déjà été remboursée, ce qui incitait la défense à demander une absolution. Le juge a refusé, préférant privilégier la dissuasion. Il a prononcé une sentence de 120 heures de travaux communautaires et une probation de deux ans.

M. Roberge fait face à d'autres accusations pour des infractions similaires survenues en 2012 et 2014. Il devrait des centaines de milliers de dollars à diverses entreprises pour des matériaux obtenus ou des services rendus, incluant 73 000$ à l'entreprise Les gazons Sainte-Julie. Ce dossier est présentement devant la Cour d'appel.

Par le passé, il a été condamné à rembourser des sommes allant de 5800$ à 14 000$ à diverses entreprises pour factures non payées, et a été condamné en de multiples occasions en 2014 et 2015.

Fausse monnaie

Stéphane Roberge doit subir une enquête préliminaire pour fraude à la fin juin au palais de justice de Saint-Hyacinthe. Un procès est prévu en septembre dans un autre dossier pour fraude, possession et usage de monnaie contrefaite. Selon l'émission La facture, il a payé un fournisseur avec de faux billets de 20$. Un autre dossier est pendant au palais de justice de Longueuil.

Au radiodiffuseur public, il a indiqué en 2015 qu'il vivait une période difficile à cause d'une association qui a mal tourné et qu'il tente de relancer sa compagnie et de payer ses créanciers.

Toujours selon Radio-Canada, l'entrepreneur - qui serait criblé de dettes - utiliserait différents stratagèmes pour faire faire des travaux en ne payant pas ses fournisseurs et sous-traitants, notamment par de fausses déclarations, l'utilisation d'une double identité (Éric Langevin) et d'une fausse licence de la Régie du bâtiment du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer