16e Défi têtes rasées: l'émotion au rendez-vous

Le porte-parole du Défi têtes rasées, Eliot Brodeur,... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le porte-parole du Défi têtes rasées, Eliot Brodeur, était bien content de pouvoir s'attaquer aux cheveux de son père, Ghyslain.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Dans une ambiance émouvante, le 16e Défi têtes rasées a eu lieu dimanche avant-midi aux Galeries de Granby, où une soixantaine de personnes ont fait une croix sur leur chevelure pour la cause des enfants malades. Au terme de la journée, 48 958$ ont pu être remis à Leucan.

Un petit garçon attend timidement sur le bord de l'estrade, où les participants défilent trois par trois pour se faire raser le coco. Il s'agit du porte-parole officiel de l'événement, Eliot Brodeur, six ans, qui est bien content de pouvoir s'attaquer aux cheveux de son papa, Ghyslain.

«Leucan nous a beaucoup apportés, confie le papa d'Eliot, qui est en rémission d'une leucémie. Le but, c'est de remettre à Leucan ce qu'ils ont fait pour nous. Il faut que ça reste en vie et le meilleur moyen, c'est par la levée de fonds.»

On peut dire mission accomplie en ce qui le concerne, puisqu'il a remis 5135$ à Leucan. La tante d'Eliot Brodeur, Jessie Roy, a aussi participé en laissant aller ses cheveux blonds, remettant du même coup 10 420$. Personne dans l'assistance - très nombreuse - n'est resté de marbre pendant ce moment touchant.

Eliot, lui, était très gêné lorsque La Voix de l'Est l'a interpellé pour une entrevue. Avec des petits hochements de tête, il a fait comprendre qu'il était reconnaissant de ce que Leucan a fait pour lui, puisque grâce à l'art-thérapie, ses séjours à l'hôpital lui ont paru bien moins longs.

Tout le monde interpellé

«Tout le monde se sent interpellé par Leucan, c'est beau à voir», fait remarquer la chargée de projet pour Leucan-Estrie, Sara-Maude Parr-Boucher.

Et les participants lui donnent raison. À peu près tous les types de personnes ont défilé sur les chaises des coiffeuses, dévoilant fièrement le montant total qu'elles ont pu amasser. Que ce soit des jeunes filles du primaire, de jeunes adultes, de grands gaillards dans la force de l'âge ou de vieilles dames, toutes les catégories d'âge étaient représentées.

Parmi eux, Cédric Dumouchel, un jeune homme à la longue crinière bouclée et rebelle, s'est fait pousser les cheveux durant un an précisément pour se les faire raser. «On dit que les gens avec les cheveux rasés se font regarder de travers parfois. J'ai vécu la même chose, mais pour la raison contraire: avoir les cheveux très longs! , raconte-t-il. Je trouvais que c'était un petit geste symbolique pour leur rendre hommage.»

Celui grâce à qui l'idée du Défi têtes rasées a germé, Serge Tremblay, également propriétaire du Sports Expert, est très fier de voir l'événement perdurer. «Quand tu vois que maintenant, ça a lieu partout au travers la province et que ça amasse autour de 4,5 M$ par année, c'est fantastique», confie-t-il. Et encore une fois pour une 16e année, Serge Tremblay a décidé de sacrifier ses cheveux en étant parmi les premiers à passer sous le rasoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer