Congrès du PLC: des divisions sur l'aide médicale à mourir

Le congrès des libéraux a officiellement débuté jeudi... (Photo John Woods, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le congrès des libéraux a officiellement débuté jeudi à Winnipeg.

Photo John Woods, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joan Bryden
La Presse Canadienne
Winnipeg

Les libéraux, qui sont réunis à Winnipeg, se sont empressés d'agir pour éviter que le projet de loi restrictif sur l'aide médicale à mourir ne détourne l'attention de leur premier congrès depuis leur victoire l'automne dernier.

Jeudi, les journalistes n'ont pas été autorisés à assister à une rencontre de la Commission libérale féminine nationale qui précédait le Congrès et lors de laquelle la vice-présidente à la commission, Wendy Robbins, a tenté en vain d'obtenir les appuis à une résolution d'urgence appelant à des amendements au projet de loi du gouvernement sur l'aide médicale à mourir.

Les journalistes n'ont même pas pu entrer dans le couloir à l'extérieur de la salle où se tenait la réunion. Sans explication, deux reporters ont cependant eu la permission d'entrer dans la pièce.

Le programme du congrès, qui a officiellement débuté jeudi soir et qui se termine samedi, contient d'autres événements fermés aux médias, notamment les ateliers sur les politiques et une séance questions-réponses sur un autre sujet potentiellement controversé: la proposition d'une nouvelle constitution pour le parti.

Les libéraux n'ont jamais banni les médias des ateliers sur les politiques auparavant, et cette décision semble en contradiction avec la promesse du premier ministre Justin Trudeau d'une plus grande transparence.

Suivant la rencontre des femmes du parti, Wendy Robbins a indiqué que sa résolution, qui proposait une approche plus permissive de l'aide médicale à mourir, n'avait pas obtenu une majorité d'appuis, après que quelques députées eurent exprimé leur opposition.

En somme, elle a affirmé que les libéraux se font dire: «avalez votre pilule et dites oui (au projet de loi).»

Wendy Robbins a toutefois recueilli davantage que les 10 signatures requises pour appuyer sa motion de dernière minute et compte la soumettre au Comité des politiques nationales du parti. Il est de la discrétion du comité de rejeter ou d'accepter que la résolution soit débattue au Congrès.

Cependant, il semble improbable que le comité soit favorable. Wendy Robbins a indiqué que la présidente du comité, Maryanne Kampouris, l'avait informée qu'une telle résolution devait être endossée par une entité, telle que la commission des femmes, même si les règles ne spécifient pas cette exigence.

La résolution de Mme Robbins presse le gouvernement d'abandonner les critères restrictifs d'éligibilité et de plutôt adopter les conditions plus permissives définies par la Cour suprême quand celle-ci a invalidé les articles du Code criminel interdisant l'aide médicale à mourir l'an dernier. La résolution demande aussi au gouvernement de permettre les requêtes anticipées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer