Transport scolaire: Sogesco mise en demeure

«Ce qu'on veut, c'est ramener le service normal... (Julie Catudal, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Ce qu'on veut, c'est ramener le service normal et permettre aux parents d'avoir une vie familiale et de travail normale, dit Éric Racine, directeur général par intérim de la commission scolaire. Nous aussi, on est un peu pris en otage là-dedans.»

Julie Catudal, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Bedford) Sogesco a sept jours de classe pour rétablir le service, avertit Val-des-Cerfs, faute de quoi la commission scolaire se cherchera un autre transporteur pour assurer les 18 circuits d'autobus interrompus depuis mercredi dans le secteur de Bedford.

«Le compte à rebours est commencé», signale Éric Racine, directeur général par intérim de Val-des-Cerfs. Une mise en demeure a été envoyée à cet effet à l'entreprise drummondvilloise. Sogesco a mis sa vingtaine d'employés d'Autobus Yamaska, division ABC, en lock-out depuis le 20 mai. Les négociations patronales-syndicales achoppent sur des questions de tâches et de rémunération.

De son côté, Val-des-Cerfs vérifie si un autre transporteur est disponible pour prendre le relais à partir du 2 juin. «On continue de travailler le dossier comme si ça ne se réglait pas demain [vendredi]», dit M. Racine, alors qu'une rencontre de médiation est prévue.

«Ce qu'on veut, c'est ramener le service normal et permettre aux parents d'avoir une vie familiale et de travail normale. Nous aussi, on est un peu pris en otage là-dedans.»

Sur demande de parents, les directions d'école peuvent étirer les heures de service de garde et de surveillance, précise Val-des-Cerfs. Le réseautage entre parents est aussi encouragé. «On cherche des façons d'endiguer les problèmes pour les parents, dit Éric Racine. Je les remercie d'ailleurs, ainsi que les directions d'établissement, pour leur compréhension dans toute cette affaire.»

927 élèves touchés

Le directeur général par intérim corrige aussi les chiffres avancés en début de semaine: il ne s'agit pas de 700, mais bien de 927 élèves des commissions scolaires Eastern Townships et Val-des-Cerfs qui sont touchés par l'interruption du transport scolaire.

Il se réjouit toutefois que les écoles de Brome-Missisquoi n'aient rapporté que 10 absences dues au conflit de travail chez Sogesco, mercredi, et cinq jeudi. «C'est quand même cinq de trop», dit M. Racine.

Selon les informations obtenues par La Voix de l'Est, Sogesco songe à un plan B advenant que la rencontre de vendredi n'aboutisse pas à un règlement. Des cadres assureraient le transport scolaire. Val-des-Cerfs restera à l'affût afin de s'assurer que des briseurs de grève ne soient pas utilisés.

«Je ne veux pas me mettre en porte à faux envers la loi ou causer plus de préjudices, dit Éric Racine. Je veux une solution négociée le plus rapidement possible et que mes élèves aient accès aux services auxquels ils ont droit et pour lesquels on a signé un contrat de bonne foi il y a quatre ans.»

Le contrat entre la commission scolaire avec Sogesco arrive à échéance à la fin de l'année scolaire 2016-2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer