Ancienne Imperial Tobacco: une trentaine de lofts à louer

Une terrasse commune aux locataires pourrait être aménagée... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une terrasse commune aux locataires pourrait être aménagée sur le toit et offrir une vue imprenable sur la ville.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) L'idée n'est pas nouvelle, mais elle pourrait bien se concrétiser cette fois-ci. Le propriétaire de l'ancienne Imperial Tobacco à Granby, Pierre Laflamme, souhaite aménager 30 lofts résidentiels aux étages supérieurs de la bâtisse industrielle centenaire. Un projet qui pourrait entraîner un investissement de plus de trois millions $, dit-il.

«J'ai hâte de voir des lumières aux troisième, quatrième et cinquième étages, de voir qu'il y a de la vie. C'est un projet qui m'allume. Je suis rendu là. Et je pense qu'il y a des gens prêts à me suivre dans l'aventure», a affirmé le promoteur mercredi, lors d'une visite guidée des lieux.

Le projet a été envisagé plus d'une fois au cours des 15 dernières années, avant même que Pierre Laflamme soit propriétaire des lieux. Mais il a avorté pour différentes raisons. Contrairement à d'autres moutures du projet, M. Laflamme ne souhaite pas vendre les lofts, mais bien les louer. Il affirme ne pas être prêt à vendre par morceaux - du moins pour le moment - la bâtisse industrielle pour laquelle il a eu le coup de foudre, il y a six ans.

Et l'intérêt semble être là pour les lofts d'une superficie de 750 à 2000 pieds carrés que le promoteur souhaite aménager. Déjà, des ententes de prélocation ont été conclues pour 10 des 30 unités qui seront offertes, dit-il. 

Portes ouvertes

Deux journées portes ouvertes seront par ailleurs tenues les 11 et 12 juin pour valider cet intérêt et réserver, si possible, d'autres unités de lofts. Le coût mensuel des loyers variera de 675 $ à 1375 $, selon la superficie désirée.

Pierre Laflamme souhaite d'abord s'assurer de la rentabilité de l'opération avant de donner le feu vert à Construction Luc Archambault, mandaté comme entrepreneur général dans ce projet. Si tout se déroule comme prévu, les travaux de transformation de 48 000 pieds carrés du bâtiment seront lancés à l'automne pour livraison des lofts en juillet 2017. Le zonage du secteur permet les habitations résidentielles, précise le propriétaire.

Respect du patrimoine

Le patrimoine et l'âme des lieux seront en outre respectés dans l'aménagement des lofts, assure M. Laflamme. Les imposantes poutres et colonnes de cèdres de l'Ouest, de même que les murs de briques et les hauts plafonds sont là pour rester.

Seuls les planchers de bois sont appelés à disparaître. Car les étages seront isolés et insonorisés, notamment avec l'ajout d'une dalle de béton à chacun des paliers. Quelque 200 fenêtres de l'édifice devront aussi être remplacées. Un garage au sous-sol et un garage extérieur souterrain sont aussi prévus dans les plans. Des espaces pourront être réservés par les locataires selon une tarification mensuelle.

Une terrasse commune, avec une vue imprenable sur Granby, devrait également être aménagée sur le toit.

Certains locataires pourraient ainsi avoir un atelier au 164, rue Cowie et vivre au 166, rue Cowie. Pierre Laflamme souhaite de cette façon créer un «milieu de vie» autour de l'ancienne Imperial Tobacco.

Selon lui, il ne reste plus d'immeubles industriels du genre pouvant accueillir des résidants dans l'axe Montréal-Sherbrooke. Le taux d'occupation du reste de la bâtisse, qui s'étend du 160 au 166, rue Cowie et accueille majoritairement des commerces et bureaux de professionnels, frise les 100 %. Il ne reste plus qu'un local de 2000 pieds carrés à louer, dit Pierre Laflamme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer