Pistes multifonctionnelle: une partie de la facture aux riverains

Les coûts de la piste multifonctionnelle, aménagée en... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les coûts de la piste multifonctionnelle, aménagée en 2011 dans la rue Drummond, ont été assumés par la Ville de Granby parce qu'elle permet de lier le réseau cycliste régional, affirme le directeurgénéral de la Ville, Michel Pinault.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Pour favoriser la mobilité active, la Ville de Granby souhaite déployer au cours des prochaines années un réseau local de pistes multifonctionnelles, comme celle prévue rue Saint-Hubert Nord. Et les citoyens riverains seront appelés à assumer une partie des coûts. Seule la piste multifonctionnelle de la rue Drummond a fait exception à la règle.

Les coûts de cette piste, aménagée en 2011 sous l'administration municipale précédente, ont été payés entièrement par la Ville, a appris La Voix de l'Est. Une différence qui s'explique, selon le directeur général de la Ville, Michel Pinault, par le fait que la piste multifonctionnelle de la rue Drummond «fait davantage partie du réseau régional reliant la Route verte par la boucle du Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin et le parc de la Yamaska». «À l'époque, on n'était pas dans un contexte de réseau local de mobilité active», ajoute-t-il.

A contrario, la piste multifonctionnelle de la rue Saint-Hubert Nord est en quelque sorte le premier jalon de ce nouveau réseau que la Ville souhaite étendre, au gré des travaux routiers qui s'imposeront. Le but: que le réseau local permette éventuellement d'accéder au réseau régional.

Cet été, des travaux de réfection sont prévus rue Léger et l'aménagement d'une piste qui favorise la marche et le vélo est aussi inclus dans le projet. Les citoyens seront bientôt avisés des détails de ce projet, dont la nature des travaux varie selon les segments de rue (prolongement de réseau et voirie), laisse savoir l'hôtel de ville. Mais environ 50% de la facture de la piste multifonctionnelle devrait être assumée par les citoyens riverains, l'autre 50% l'étant par la Ville.

«Pour que les citoyens des secteurs résidentiels puissent se rendre au réseau régional via un réseau local sécuritaire, il faut des infrastructures de voirie telles celles proposées sur Saint-Hubert ou Léger», fait valoir Michel Pinault.

Mineur

Le fait que les riverains aient à payer pour des infrastructures n'est pas nouveau, relève le DG de la Ville. Les trottoirs aménagés dans les nouveaux développements sont assumés à 100% par eux, dit-il.

«Il me semble qu'on est à une époque où les trottoirs sont moins versatiles que les pistes multifonctionnelles», renchérit le maire Pascal Bonin.

À ses yeux, il importe que les citoyens prennent le temps d'assister aux séances d'information prévues dans le cadre des différents projets qui se présenteront. Le dossier de la rue Saint-Hubert Nord a été mal perçu, déplore-t-il. La mobilisation musclée des résidants du secteur a incité, en début de semaine, le conseil municipal à mettre le projet de réfection de cette rue sur la glace.

«La piste multifonctionnelle est un point mineur dans le dossier de la rue Saint-Hubert. Sur un projet de 3,3 millions, la part des riverains était de 82 000$ pour la piste. On a glissé complètement. L'enjeu n'était pas là», estime le maire.

La part des citoyens était plus importante pour refaire la canalisation des fossés. Ils défrayaient 515 000$ pour cette opération, alors que la Ville assumait 975 000$ pour cette partie des travaux. Le gros morceau du projet, les travaux de voirie, d'une valeur de 1,6 million$, étaient, eux, complètement à la charge de la Ville. Au total, la Ville assumait 82% de la facture du projet.

«Pour faire la rue Saint-Hubert, il faut régler le problème hydrologique. Il faut refaire les fossés, les canalisations. C'est sine qua non. C'est inévitable que le service pluvial soit payé en partie par les citoyens», dit le maire.

Qualité de vie

Avec le réseau local de pistes multifonctionnelles que la Ville souhaite bâtir au fil des ans, l'administration municipale veut améliorer la «qualité de vie des citoyens», affirme Pascal Bonin.

L'accueil tiède réservé par les citoyens de la rue Saint-Hubert Nord à l'aménagement d'une telle piste dans leur rue le laisse perplexe. «C'est bizarre que les gens soient si fiers du réseau cyclable et qu'ils n'en veulent pas devant chez eux», s'interroge le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer