Sages-femmes : vers un point de service à Granby

Une pétition regroupant près de 2000 signataires a... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une pétition regroupant près de 2000 signataires a été remise, jeudi, à Johanne Fleurant du CIUSSS de l'Estrie par Caroline Jacob, instigatrice du mouvement pour un point de service de sages-femmes ici.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Plutôt que de se rendre à la maison de naissance de Sherbrooke, les futures mères de la région qui souhaitent être suivies par une sage-femme pourraient avoir une nouvelle option sous peu. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie vient de déposer une demande à Québec pour l'implantation d'un point de service à Granby.

Les deux maisons de naissance les plus près des territoires de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi sont situées à Sherbrooke et à Richelieu. De quoi décourager plusieurs couples d'ici d'opter pour cette pratique.

Une pétition avait par ailleurs été lancée afin d'obtenir un point de service dans la région en septembre. Environ 2000 personnes ont endossé la cause. La pétition a été remise jeudi par l'instigatrice du mouvement, Caroline Jacob, à Johanne Fleurant, directrice adjointe des programmes jeunesse au CIUSSS de l'Estrie, dans les locaux du CLSC de la Haute-Yamaska. Un groupe composé d'une dizaine de mères de famille et de sages-femmes était également présent.

«On est très fières de voir qu'autant de gens nous appuient, a indiqué Mme Jacob. Ça prouve qu'il y a une réelle demande pour un point de service dans la région. De façon symbolique, on a choisi de remettre la pétition dans le cadre de la semaine mondiale de l'accouchement respecté.»

De toute évidence, la démarche, chapeautée par le Regroupement Les sages-femmes du Québec, a fait écho au CIUSSS de l'Estrie. «C'est bien de voir que la population des territoires de Granby et La Pommeraie sont favorables à ce service. Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de signatures pour la pétition, a mentionné Mme Fleurant. On a fait l'analyse nécessaire. Et on a déposé [au cours des dernières semaines] une demande au ministère [de la Santé] pour avoir un point de service à Granby. Cependant, on n'a aucune idée du délai de réponse.»

Le point de service serait implanté à même les locaux du CLSC de la rue Saint-Joseph. Le CIUSSS de l'Estrie prévoit l'ajout de trois sages-femmes pour desservir le territoire, notamment les clientèles en situation de pauvreté ou à faible scolarité, a précisé Mme Fleurant.

«Un incontournable»

Amélia Giroux-Gagnon était présente lors de la remise de la pétition, jeudi. La Bromontoise mère de deux jeunes enfants a eu recours aux services de sages-femmes, malgré les nombreuses embûches. «Avoir un point de service ici, c'est un incontournable. Rouler des kilomètres chaque semaine pour le suivi en fin de grossesse, ça ne fait qu'ajouter du stress. Sans compter que le risque d'accoucher dans l'auto est plus grand.» 

En fait, le «cadre de référence pour le déploiement des services de sage-femme au Québec», émis par le ministère de la Santé en mars, stipule que d'ici 2019, 10 % des Québécoises pourront recevoir un suivi périnatal et être assistées par une sage-femme. Selon Mme Fleurant, cette cible est déjà atteinte en Estrie.

Si un tel service voit le jour à Granby, le CIUSSS de l'Estrie prévoit qu'environ 160 accouchements résulteront du suivi des sages-femmes qui y travaillent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer