Le Printemps vert porte ses fruits

La Ferme Héritage Miner a reçu les jardiniers... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

La Ferme Héritage Miner a reçu les jardiniers souhaitant échanger leurs surplus de semences ou de vivaces. À 10h, il ne restait plus grand-chose tellement l'activité a été populaire.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le 14 mai a été une journée fort chargée pour le Printemps vert dans la région. Nombreuses corvées de nettoyage des rives, balade Envirovélo, démonstration de rapaces à effaroucher, formation en agriculture, les activités ne manquaient pas pour la belle journée du week-end.

Soulianka Viens a installé un conteneur de l'écocentre... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Soulianka Viens a installé un conteneur de l'écocentre de la MRC Haute-Yamaska au parc Daniel-Johnson pour extraire ce qui pouvait être récupéré des déchets puisés dans la rivière, comme du bois. 

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Alors que la Ferme Héritage Miner recevait dès 9h les habitués pour le traditionnel échange de semences et de vivaces, la Fête de la rivière battait son plein sur les rives de la Yamaska. L'événement a connu un nouveau record de participation avec 220 bénévoles prenant part à la corvée, dont une soixantaine de scouts.

«Une première: un conteneur de l'écocentre est là et une partie des déchets va prendre le chemin de l'écocentre», note Mathieu St-François, animateur à la vie communautaire à la Ville de Granby.

Soulianka Viens, de l'écocentre de la MRC Haute-Yamaska, qui tenait un petit kiosque d'information au parc Daniel-Johnson l'an passé, a eu l'occasion de constater la quantité d'objets qui allaient être condamnés à l'enfouissement. «Quand j'ai vu le lot de choses, j'ai décidé d'en sortir le maximum de l'enfouissement. Ça rend l'événement encore plus vert et ça me sert de sensibilisation pour les citoyens», explique-t-elle.

Des cadets lui ont donné un coup de main pour trier les bennes à ordures. Trois cent trente-six pieds cubes de matières ont ainsi été retirés de l'enfouissement pour être dirigés vers l'écocentre. Si l'an dernier, vélos et divans avaient été repêchés dans la rivière, cette fois, on parle plutôt de bois, de métal et d'autres matériaux plus communs.

Les bénévoles ont d'ailleurs trouvé un endroit qui a servi de dépotoir à un entrepreneur, indique M. St-François. «Ça existe encore, du dumping sauvage, déplore-t-il. C'est tout à fait illégal et, à mon sens, immoral.»

Fausses croyances

Soulianka Viens rappelle à ce propos que, contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas pour tous les rebus que les entrepreneurs doivent payer lorsqu'ils fréquentent l'écocentre. Tout ce qui fait l'objet d'un programme gouvernemental, comme Recycfluo pour les ampoules fluorescentes, est sans frais. Idem pour l'électronique. Autre exemple, un émondeur qui coupe des branches chez un particulier peut lui faire signer un formulaire qui lui permettra de ne pas payer pour leur recyclage.

La première équipe à revenir au parc après avoir arpenté des berges a récupéré des bouteilles d'alcool, des papiers, des restes de nourriture et des sacs, rapportent les scouts Thomas Laliberté, Aymen Aissaoui et Philippe Vanasse-Paquet. Un ballon de soccer a aussi été trouvé.

Les garçons étaient heureux de pouvoir aider par ces gestes simples. «Ça nous sensibilise, remarque Philippe Vanasse-Paquet. On voit ce que ça fait si on jette des déchets par terre.»

«Il y a aussi un effet positif, reprend le jeune Victor Bustos. Beaucoup de gens passaient et nous demandaient ce qu'on faisait.» Ils se sont fait un plaisir de leur raconter le but de la Fête de la rivière et de les sensibiliser au passage.

Des activités partout

Les Amis du bassin versant du lac Waterloo tenaient aussi leur traditionnelle journée de nettoyage des berges du lac et de la rivière Yamaska Nord, tandis que Sainte-Cécile-de-Milton et Saint-Joachim-de-Shefford conviaient leurs citoyens à un grand ménage du printemps dans les rues et fossés.

La Ferme Héritage Miner a reçu pour sa part les jardiniers souhaitant échanger leurs surplus de semences ou de vivaces. On y a vu des lilas, des plants de tomates, deux plants d'arachides, des légumes japonais et des plants de cassis, entre autres choses, raconte Laurie Brown, bénévole pour l'occasion. Un don à la ferme était demandé si un échange n'était pas possible. À 10h, il ne restait plus grand-chose tellement l'activité a été populaire.

Parallèlement, les visiteurs ont pu voir la création d'un mur végétal vertical, visiter le marché public ou assister à un atelier de création d'un jardin autochtone.

Enfin, Bernard Valiquette, de la Fondation SÉTHY, a guidé un petit groupe de cyclistes pour leur faire connaître les défis environnementaux autour de la rivière à Granby. Ils ont fait quelques arrêts significatifs où M. Valiquette a raconté l'histoire de la rivière Yamaska et de l'industrialisation de Granby autour de celle-ci. L'activité sera offerte tout l'été, sur demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer