Palmarès HEC des municipalités: Granby fait bonne figure

Granby est au premier rang des villes de... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Granby est au premier rang des villes de 50 000 à 100 000 habitants où le coût de l'administration générale pèse le moins lourd sur l'ensemble des dépenses.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Granby est au premier rang des villes de 50 000 à 100 000 habitants où le coût de l'administration générale pèse le moins lourd sur l'ensemble des dépenses. C'est ce que révèle le nouveau palmarès HEC sur l'évolution des dépenses municipales.

Le maire de Granby, Pascal Bonin, estime que... (Archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Granby, Pascal Bonin, estime que le nouveau cadre financier de la Ville a porté ses fruits.

Archives La Voix de l'Est

«Je suis sûr que c'est accentué par le gel d'embauche qu'on a décrété. Parce que ce qui coûte cher, c'est l'augmentation des coûts de la main-d'oeuvre. Là, les coûts sont plus contrôlés. Moins on hypothèque notre budget avec la masse salariale, plus on fait des travaux», a commenté le maire, Pascal Bonin.

À Granby, l'administration générale représente 10,42 % des dépenses globales, alors que la moyenne des 10 villes du même groupe de référence (Drummondville, Saint-Hyacinthe, Shawinigan, Repentigny, etc.) est de 12,60 %, selon le palmarès. Celui-ci inclut, cette année, les données de 2014.

Autre indicateur où la Ville de Granby trône en tête de liste: le coût de l'administration générale par habitant. Cette dernière engendre des coûts de 136,39 $ par habitant, tandis que la moyenne du groupe est de 195,56 $.

«L'administration municipale est le poste budgétaire où les municipalités ont une plus grande marge de manoeuvre. Ce n'est pas un service direct à la population. Il y a des gains à faire là, si elles veut être plus efficaces, optimiser les façons de traiter un compte de taxes ou le paiement d'un citoyen», a noté le directeur du Centre sur la productivité et la prospérité aux HEC, Robert Gagné.

De façon plus générale, Granby (1309 $) vient tout juste derrière Drummondville (1249 $) en matière de dépenses totales par habitant. Une information qui, année après année, fait tiquer le maire Bonin. Selon lui, il est impossible de comparer les municipalités, car elles ne disposent pas du même type de desserte policière. «La facture de notre service policier, nous la payons à 100 %, en plus de subventionner le service de police de Drummondville (assuré par la Sûreté du Québec) par nos taxes et nos impôts», déplore-t-il.

En baisse

Le palmarès HEC révèle en outre que la Ville de Granby a réduit ses dépenses de 1,6 % en 2014. Une tendance observée dans l'ensemble des municipalités québécoises, selon Robert Gagné. Au cours des dernières années, les dépenses municipales étaient plutôt à la hausse.

«L'année 2014 est une année où les coûts des services municipaux ont diminué ou très peu augmenté. (...) Il n'y a pas d'explications universelles. Chacune des municipalités y est allée d'une manière ou d'une autre pour freiner l'augmentation des dépenses. Chose certaine, il semble qu'elles soient capables de contrôler leurs dépenses, contrairement à ce que certains (administrateurs) disent», estime M. Gagné.

Ce dernier souligne que 2014 correspond par ailleurs à la première année du nouveau mandat des administrations municipales, après l'élection de novembre 2013.

Pascal Bonin croit que ces résultats sont le fruit du nouveau cadre financier de la Ville qui prévoit, outre le gel d'embauche, un contrôle accru des finances. «Il faut une rigueur constante. Mais il faut toujours être attentif parce que c'est très facile de dévier de ça», considère-t-il.

Plus élevé

Après avoir occupé la première place au cours des dernières années, Granby a par ailleurs glissé au deuxième rang en matière de déneigement. Il lui en coûte 3634 $ par kilomètre de voie, alors que la moyenne de ces coûts s'élève à 6899 $ dans les villes de son groupe de référence.

Le coût de la collecte des matières recyclables par habitant est, a contrario, deux fois plus élevé à Granby que dans l'ensemble des autres villes comparables.

«Le palmarès donne des outils aux administrateurs municipaux. Ils peuvent voir ce qu'ils font bien et moins bien. Ils peuvent agir où ils font moins bien», estime le directeur du Centre sur la productivité et la prospérité aux HEC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer