Génie mécanique: le Cégep aura son programme

Yvan O'Connor, directeur général du Cégep de Granby... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Yvan O'Connor, directeur général du Cégep de Granby

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le Cégep de Granby aura finalement son programme de Techniques de génie mécanique. Le directeur général du Cégep, Yvan O'Connor, a reçu l'autorisation de la part d'Hélène David, ministre de l'Enseignement supérieur, dans une lettre signée mardi, pour offrir le DEC de trois ans.

On confirme par ailleurs que le Cégep pourra profiter d'une enveloppe de 1 487 000$ pour l'achat d'équipements pour les cours et d'une autre de 2,8 M$ pour les travaux nécessaires dans l'église Notre-Dame, à Granby, qui deviendra un institut technologique. Si tout va bien et que l'église à valeur patrimoniale ne regorge pas trop de surprises, les premiers étudiants seront accueillis en septembre 2017.

C'est bel et bien à l'église Notre-Dame que prendra place le programme, tel qu'annoncé il y a quelques années. La nef continuera de recevoir des activités multidisciplinaires, comme des concerts ou la collation des grades du Cégep.

«Je pense que c'est une bonne nouvelle pour l'ensemble de la communauté, a commenté le directeur général à La Voix de l'Est. On est vraiment content. [...] Même quand on a redéposé notre demande en décembre, les industries de la région nous ont dit être prêtes, qu'elles avaient besoin de cette main-d'oeuvre-là, qu'elles sont prêtes à recevoir des entreprises. Il y a 25 entreprises qui ont envoyé des lettres d'appui. Les étudiants m'en ont parlé à la journée d'accueil. J'espère que cet engouement va se traduire par des inscriptions parce que c'est quand même un domaine où les débouchés sont très favorables sur le marché de l'emploi et ce sont de bonnes conditions de travail maintenant.»

Travail de longue haleine

Sylvain Lambert, prédécesseur de M. O'Connor, a travaillé d'arrache-pied depuis 2013 pour que le projet voie le jour. Ce travail a été entrecoupé de lueurs d'espoirs, d'annonces, puis de reculs. Directeur général du Cégep depuis août, M. O'Connor a repris les rênes du projet pour le mener à son terme.

«C'est un gros travail de mes prédécesseurs et, tout l'automne, on a fait des pressions avec le bureau de M. Bonnardel, ajoute-t-il. On nous a demandé à l'automne dernier de revoir nos grilles de cours pour insérer plus de formations en entreprise. C'était des communications presque toutes les semaines avec le ministère, le bureau d'Hélève David et celui de M. Bonnardel.»

Il manquait les fonds puisqu'il en coûte plus cher que de dispenser le DEC en Sciences humaines, par exemple, mais maintenant le projet peut commencer. La Ville de Granby sera responsable des travaux, dont les coûts seront répartis entre le gouvernement (2,8 M$), la Ville et le Cégep via sa fondation, explique le maire, Pascal Bonin.

Les coûts du projet, en incluant les équipements, sont de près de 8,5 M$, mais font l'objet d'une révision puisque les estimations datent de 2013. Mais M. Bonin assure que «ce n'est pas à des années-lumière» des estimations initiales. Puis la Ville lancera les appels d'offres.

Rapprocher les étudiants

Le sous-sol de l'église sera modifié pour être conforme pour le programme et la sacristie sera transformée pour accueillir les bureaux des enseignants. S'il y a un retard surmontable, le Cégep pourrait revoir sa grille de cours pour que les cours théoriques et obligatoires, comme la littérature et la philosophie, soient concentrés la première année et puissent se donner dans les locaux principaux de l'établissement d'enseignement.

«Ça nous permettra de rapatrier nos étudiants qui sont loin, rapporte Yvan O'Connor. Ils ont des cours de philosophie, etc., et le CRIF est à 3 ou 4 km d'ici. Tous les services sont ici. Le but est d'avoir tout le monde sur un même campus. Pour l'instant, il y a les étudiants de Génie industriel qui vont venir ici. Ceux d'Électronique industrielle vont rester là-bas (au CRIF).»

Jusqu'à la deuxième phase, du moins.

«Il va falloir penser à la phase deux maintenant. Le Cégep avait présenté une demande où il y avait aussi un bâtiment de construit à la place du presbytère. En 2012-2013, on nous a dit de calmer nos ardeurs, donc on a fait ça en deux phases.»

C'est dans ce bâtiment projetté que déménageront les étudiants de la technique en Électronique industrielle ainsi que les services aux entreprises.

Une annonce qui ravit

La lettre signée par Hélène David qu'a reçue Yvan O'Connor mardi a littéralement ravi les autres acteurs dans ce projet de nouveau programme académique au Cégep de Granby. François Bonnardel et Pascal Bonin ont participé aux négociations et aux pressions pour que le dossier chemine à Québec.

«Quand j'ai su la nouvelle, hier (mardi), j'en ai presque versé une larme, déclare M. Bonnardel, député de Granby, le sourire dans la voix. Ça fait tellement longtemps qu'on travaille sur le dossier, autant le maire, que Sylvain (Lambert) et Yvan (O'Connor). Quelle belle annonce ! J'ai dit à Hélène David la semaine dernière justement comment les gens de Granby attendent après ce beau projet et qu'elle serait reçue avec tous les honneurs. Ça va être vraiment grandiose. On va être capable d'offrir aux employeurs de la région une main-d'oeuvre spécialisée.»

Il a même craint d'être allé trop loin en parlant fréquemment du dossier avec la ministre de l'Enseignement supérieur.

Quant au maire de Granby, Pascal Bonin, il considère que la réalisation du quadrilatère du savoir, comme il l'appelle, est une excellente nouvelle. «On est en refonte du centre-ville, c'est un projet excessivement porteur pour l'avenir de notre ville. Le monde industriel l'attend depuis longtemps. Les perspectives sont prometteuses pour nos jeunes, tout comme l'essor économique pour la ville. En plus, ça permet la pérennité d'un joyau qui est l'église Notre-Dame.»

Le député fédéral de Shefford, Pierre Breton, a également tenu à féliciter Yvan O'Connor et son équipe pour leur persévérance. «Il s'agit d'une excellente nouvelle pour le Cégep et pour toute la région, car cela insuffle un dynamisme important pour l'établissement d'enseignement postsecondaire, mais aussi pour les entreprises de la région, réagit M. Breton par voie de communiqué. Le fait d'avoir cette formation technique offerte localement, c'est un excellent signal, notamment pour les entreprises manufacturières de la région. Sans compter que le projet inclut la mise en valeur d'un bâtiment patrimonial à Granby, c'est gagnant à tous les niveaux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer